|  

Entreprises

5 à Sec se déploie sur le digital et les conciergeries d’entreprise

Publié le 30.09.2015 à 11h23

Mis à jour le 30.09.2015 à 11h23

Par

5 à Sec se déploie sur le digital et les conciergeries d’entreprise

L’enseigne de pressing 5 à Sec a choisi de miser sur le digital afin de conserver son leadership. Une application dédiée, sur Internet et pour smartphones, va ainsi voir le jour début 2016. En parallèle, le groupe français, qui compte 1 900 magasins dans une trentaine de pays, va développer la livraison à domicile et accentuer sa présence dans les conciergeries d’entreprise.

Ces 5 dernières années, 5 à Sec a également procédé à d’importants investissements (entre 2,5 et 3 millions d’euros par an) pour répondre aux contraintes imposées par la réglementation française en matière d’écologie.

Une stratégie orientée vers le digital et le B to B

Leader du secteur du pressing depuis 40 ans, l’entreprise de nettoyage 5 à Sec va lancer, au premier trimestre 2016, une application sur Internet et sur smartphones. Cette solution digitale permettra aux clients du groupe de précommander, de régler et de récupérer leurs vêtements par le biais d’une porte de restitution automatique (ce modèle est déjà testé à Paris dans le quartier de la Défense).

 

5 à Sec mise aussi sur les accords avec les entreprises afin de s’implanter dans les conciergeries. Le président du groupe, Nicolas Boucault, explique : « Le B to B représente déjà 15% de nos ventes en Suisse, nous visons la même chose en France ». L’enseigne de pressing ne se limite pas aux bureaux puisque les lieux de transports comme les stations de métro et les gares sont également concernés. La société, déjà présente dans la gare Saint-Lazare, va ouvrir en octobre un site à la station de métro d’Issy-les-Moulineaux.

Une situation financière assainie

L’enseigne française compte, en parallèle, développer son service de livraison à domicile. Nicolas Boucault indique : « Cette activité représente déjà 30 % de notre activité au Brésil, mais cela est plus compliqué en France : cette culture y est moins développée et le coût y est plus élevé pour nous en terme de transport ».

 

Cette stratégie globale a été rendue possible grâce à l’assainissement de la situation financière du groupe qui a accueilli, fin 2014, de nouveaux actionnaires ayant apporté 10 millions d’euros au capital. Pour répondre aux nouvelles réglementations françaises en matière d’écologie, 5 à Sec doit également faire face à d’importants changements dans son process. Son dirigeant annonce à ce sujet : « On se donne jusqu’à la fin 2017 pour la mise à neuf de 90 à 100 % du parc ».