|  

Entreprises

Air France KLM affecté dans le moyen-courrier

Publié le 02.09.2014 à 12h33

Mis à jour le 02.09.2014 à 12h33

Par

Air France KLM affecté dans le moyen-courrier

Le PDG du groupe Air France-KLM, Frédéric Gagey, a déclaré dans un entretien accordé au Figaro que les pertes sur le réseau moyen-courrier de la compagnie aérienne s’élèveraient à 120 millions d’euros en 2014.

Le Groupe Air France-KLM, qui devrait dévoiler le 11 septembre son nouveau plan stratégique « Perform 2020 », fait savoir par l’intermédiaire de son PDG, Frédéric Gagey, que pour l’année en cours la compagnie prévoit que « les pertes sur le moyen-long courrier seront divisées par deux par rapport à 2012. Elle devraient être de l'ordre de 120 millions d'euros», précise-t-il.  

« Perform 2020 » en riposte au low cost

En restructuration depuis janvier 2012, le groupe Air France-KLM a l'intention dans son nouveau plan stratégique « Perform 2020 » de redresser le réseau moyen-courrier malmené par les compagnies low cost et le TGV.

 

Air France prévoit d’attribuer ses propres lignes aériennes moyen-courrier à sa filiale régionale Hop et développer à terme sa filiale low-cost Transavia, sur les dessertes européennes. C’est d'ailleurs sur le développement de Transavia que le bât blesse avec le Syndicat National des Pilotes de lignes (SNPL) reconnaît Frédéric Gagey.

Les recommandations du SNPL

Le premier syndicat de pilotes d’Air France a appelé à une semaine de grève à compter du 15 septembre pour peser sur ce nouveau plan. Pour le SNPL, les conditions de travail des pilotes Transavia n’ont plus rien à voir avec celles d’Air France. Ils contestent notamment la remise en cause de la règle des 13 jours de vol par mois et la menace qui pèse sur les congés d’été.

 

La solution que souhaiterait le syndicat réside dans la création d’un groupe d’une centaine de pilotes pouvant intervenir sur les trois compagnies : Air France, Hop !Regional et Transavia.

 

Frédéric Gagey a toutefois prévenu que cela ne pourrait se faire qu’à « des conditions de travail et de rémunération différentes pour permettre aux entreprises de s'adapter à leur marché respectif».

La question du développement de Transavia

« Dès la naissance de Transavia en 2007, une négociation s'est engagée avec les pilotes pour accompagner la croissance de cette compagnie jusqu'à ce qu'elle atteigne 14 appareils. C'est le cas aujourd'hui. Nous devons préparer la prochaine saison d'été de Transavia, qui verra entrer cinq nouveaux appareils dans la flotte. Pour cela, nous devons trouver un accord avec les pilotes. Le développement de Transavia n'est pas de l'externalisation. Il ne se fait pas aux dépens du moyen-courrier d'Air France. C'est un nouveau segment que nous voulons capturer face à nos concurrents, les low costs, qui se développent à toute vitesse», déclare le PDG d’Air France.

 

Frédéric Gagey insiste sur le fait que Transavia évolue sur un « nouveau segment » de marché du moyen-courrier en Europe où Air France se doit de faire face à la concurrence, avec le même standard low cost.