|  

Entreprises

Areva déclare être prêt à ouvrir son capital à la Chine

Publié le 03.08.2015 à 11h05

Mis à jour le 03.08.2015 à 11h05

Par

Areva déclare être prêt à ouvrir son capital à la Chine

Philippe Varin, le Président du Conseil d’Administration d’Areva, a déclaré hier au Journal du Dimanche que la multinationale française, spécialisée dans le nucléaire, était prête à accueillir des partenaires chinois à son capital. L’Etat, qui détient 87% du groupe, souhaite limiter à 2 milliards sa contribution dans le cadre de la recapitalisation d’Areva.

Il y a quelques jours, Areva a annoncé la première étape de son plan de sauvetage qui prendra la forme d’un protocole d’accord avec EDF.

Plan de sauvegarde

Le Journal du Dimanche a publié des déclarations du Président du Conseil d’Administration d’Areva, Philippe Varin. Ce dernier se dit prêt à accueillir des partenaires chinois dans le capital du groupe énergétique. Il déclare ainsi : « La Chine est incontournable pour Areva. C’est maintenant qu’il faut nouer des alliances, car elle est en croissance et a besoin de technologies ». Cette solution permettrait à Areva de réduire la facture de l’Etat dans le cadre de sa recapitalisation.

 

La première étape du plan de sauvegarde d’Areva a été récemment annoncée. Elle prendra la forme d’un protocole d’accord avec EDF qui devrait racheter 75% de l’activité réacteurs du groupe. L’Etat, détenteur de 87% d’Areva, souhaiterait avoir une contribution limitée à ce plan.

Une voie stratégique

Toujours selon les informations publiées par le JDD, Emmanuel Macron, Ministre de l’Economie, ne souhaiterait pas dépasser une injection de capital de plus de 2 milliards d’euros l’année prochaine. Cet apport permettrait à Areva de couvrir sa prochaine échéance de dettes (septembre 2016) d’un montant de 1,8 milliard d’euros.

 

Concernant l’entrée de groupes chinois au capital d’Areva, Emmanuel Macron a déclaré qu’il s’agissait d’une solution envisageable « s’il y a une pertinence sur le plan industriel ou stratégique ». Pour Philippe Varin, « une alliance capitalistique est une voie qui permet d’équilibrer une relation dans la durée (…). Il faut que les actionnaires apportent quelque chose, comme le renforcement de liens commerciaux, en cohérence avec notre projet industriel ».