|  

Entreprises

BlaBlaCar.fr lève 73 millions d’euros

Publié le 03.07.2014 à 16h57

Mis à jour le 03.07.2014 à 16h57

Par

BlaBlaCar.fr lève 73 millions d’euros

La start-up française BlaBlaCar spécialiste du covoiturage, a annoncé mercredi 2 juillet une levée de fonds de 73 millions d’euros (100 millions de dollars) qui va lui permettre de développer son modèle de consommation collaborative à l’international.

Anciennement covoiturage.fr, BlaBlacar.fr est une plateforme communautaire de covoiturage lancée en 2006 par Frédéric Mazzella. Longtemps, le service de covoiturage a mis en relation les usagers gratuitement avant de devenir payant en 2011. Avec 6 millions d’utilisateurs en 2014, BlaBlaCar est devenu le leader du covoiturage en Europe en l’espace de quelques années.

Une levée de fonds record

BlaBlaCar a su attirer l’attention du fonds d’investissement Index Ventures, partenaire des sites Flipboard, ASOS, SoundCloud ou Criteo, tout en conservant la confiance de ses précédents investisseurs, Accel Partners, ISAI et Lead Edge Capital, qui ont également participé à la levée de fonds.

La jeune start-up française réalise une levée de taille, avec un montant record de 73 millions d’euros comme il y en a peu en Europe. En 2009, elle a réussi une première levée de fonds auprès de « business angels » pour un montant de 600 000 euros. Par la suite, le fonds ISAI des leaders de l’internet français a apporté 1,2 million d’euros en 2010 et l’année suivante, le fonds Accel Partners et Lead Edge ont apporté 7,5 millions d’euros au capital de BlaBlaCar.

Un modèle vertueux qui s’internationalise

Frédéric Mazzella, président de Blablacar explique : «  Nous avons trouvé un modèle vertueux, nous voulons le rendre global. C’est la raison pour laquelle nous allons chercher des fonds, pour aller investir à l’étranger ».

Le plan stratégique de la startup française de covoiturage est d’abord de couvrir l’Europe de l’Atlantique à l’Oural et l’ambition de Frédéric Mazzella est d’aller partout où il y a un réseau routier développé et un usage répandu des téléphones mobiles. Jean-David Chamboredon, président d’ISAI et membre du conseil d’administration de BlaBlaCar, a déclaré : « nous aurions pu faire une levée moins importante, car l’entreprise n’a pas besoin de tant d’argent, mais si on considère BlaBlaCar comme un leader mondial, on se trouve de fait face à un très gros business ».

 

Un point de vue que partage Dominique Vidal, responsable d’un fonds Index Ventures à Genève, Londres et dans la Silicon Valley à San Francisco, ajoutant « on a suivi cette société depuis pas mal de temps, on l’a vu se développer et on a cru dans un premier temps à un marché de niche pour étudiants CSP+».