|  

Entreprises

Comment propulser son projet avec un accélérateur d’entreprises ?

Publié le 10.10.2016 à 9h00

Mis à jour le 13.10.2016 à 9h52

Par

Comment propulser son projet avec un accélérateur d’entreprises ?

Vous avez une idée géniale, un concept innovant et vous souhaitez créer une structure en mesure de le développer et de le commercialiser ? Le problème est que vous devez faire vite, très vite dans un monde ultra concurrentiel, si vous ne voulez pas être dépassé par un concurrent potentiel. Mais vous n'avez pas l'expérience, ni même les fonds pour vous lancer ? Peut-être est-il temps de faire appel à un accélérateur d'entreprises.

Comment définir un accélérateur d'entreprises ?

L'objectif d'un accélérateur d'entreprises est, comme son nom l'indique, de vous aider à mettre en place une structure solide de développement de votre société en quelques mois ce qui vous aurait peut-être pris un an pour le faire seul.

 


Pour être sélectionnés, vous devez présenter un dossier solide, montrer que votre société a un fort potentiel de croissance. Votre idée, votre concept, votre produit doit être déjà relativement abouti ainsi que la cible que vous visez en termes de marché, développement, ventes… A partir du moment où votre projet est retenu, l'accélérateur va mettre à votre disposition des experts, des professionnels, des fonds pour amorcer votre activité et généralement des locaux pour une durée de quelques mois. En contrepartie des fonds et des services accordés, certains accélérateurs vont prendre des participations, représentant généralement entre 6 et 8% du capital de la société.

Quelques exemples d'accélérateurs d'entreprises

Les premiers accélérateurs d'entreprises ont vu le jour aux Etats-Unis en 2005 et 2006. A l'heure actuelle, Y Combinator etTechStars ont accompagné plus de 500 sociétés dans leur développement, dont par exemple Dropbox ou Airbnb. Depuis, des centaines de structures se sont créées à travers le monde, comme Seedcamp au Royaume-Uni (véritable institution en Europe désormais), SBC2go à Berlin (créée par Mercedes Benz, Bosch et HDI) ou encore Orange Fab à San Francisco.

 


La France rattrape son retard depuis 2012 avec la création de quelques structures particulièrement actives ces dernières années. Naturellement, beaucoup d'accélérateurs voient le jour à Paris. L'Accélérateur a déjà formé une vingtaine de start-ups pour un investissement de 10% dans chaque société et met les entrepreneurs en relation avec des investisseurs renommés. The Family, nouvellement créé, a pour objectif d'assister une centaine de sociétés par an en échange d'une participation de 1%. Le Camping, lancé en 2011 et qui s'inspire de Y Combinator, s'exporte désormais à Toulouse et met ses start-ups en relation avec une centaine d'investisseurs européens et propose un partenariat avec Google qui offre quelques milliers d'euros aux projets sélectionnés. Mais Paris n'est pas la seule ville à attirer les accélérateurs. Basée à Lille, EuraTechnologies propose une structure de 150 000 m² intégrée au sein d'un campus destiné à héberger plusieurs écoles et d'un ensemble d'entreprises telles que Cap Gemini ou Microsoft, de façon à faciliter les échanges et les partenariats.

Qu'apporte réellement un accélérateur à l'entreprise ?

Le fait d'avoir un concept novateur ne suffit pas. Il faut construire un modèle économique solide et un plan de développement réaliste. La moindre erreur, le moindre faux pas peut conduire à la catastrophe et renvoyer un magnifique concept, un merveilleux produit, aux oubliettes… jusqu'à ce qu'un concurrent le reprenne et mène l'affaire à son terme.

 

Tout d'abord, l'apport de fonds, même modeste, pour démarrer son activité, et le prêt de locaux, ne serait-ce qu'un bureau, une salle de réunion dépanne grandement quand on lance son activité. Cela représente généralement des frais non négligeables pour des services dont on peut difficilement se passer.

 

Si l'on pouvait démarrer une activité au fond de son garage il y a 30 ou 40 ans, ce n'est plus le cas maintenant. Dans un monde hyper connecté, il faut aller toujours plus vite et le fait de pouvoir facilement entrer en contact avec des personnes plus expérimentées accélère les choses. Les contacts entre les différents participants d'un accélérateur génèrent une émulation et une stimulation favorables aux différents processus de création et de développement des entreprises concernées. Les contacts, les réseaux, les échanges sont désormais primordiaux dans le développement d'une activité.

 

Enfin, l'intervention d'experts, qu'il s'agisse du domaine de l'entreprise ou « simplement » de gestion, de développement, apporte un plus indispensable. Grâce à eux, les entrepreneurs affinent leur concept ou leur produit, prennent du recul lors de la prise de décisions importantes, définissent plus précisément le modèle économique vers lequel ils vont se diriger et se forment à leur rôle de chef d'entreprise.

Le cas Leka

Les entrepreneurs que nous vous présentions en début de mois, Ladislas et Marine, ont eu recours à un accélérateur d’entreprises dans le cadre de leur création. Dans leur témoignage, ils reviennent sur leur expérience au sein de cet accélérateur d’entreprises. Le chemin pour accéder à ce programme intensif de trois mois au sein de l’accélérateur américain Techstar a été long et périlleux mais après 7 entretiens, ils ont fait partie des 10 start-ups élues parmi les 700 candidatures. Ce programme a été pour eux l’opportunité de développer leur projet sur le marché américain en plus du territoire français. Une aubaine pour une start-up ! Le programme leur a permis de mettre en place une campagne de financement participatif qui permettait aux futurs utilisateurs de pré-commander le produit. Le succès était au rendez-vous et bon nombre de produits sont désormais épuisés.

Pour conclure

Les accélérateurs d'entreprises portent bien leur nom. Là où il faudrait peut-être un an à un entrepreneur pour lancer et développer son activité, parfois en tâtonnant ou en se trompant de direction, un accélérateur va permettre de le faire grâce à un programme intensif en 3 à 6 mois, tout en développant ses compétences, son réseau et son carnet d'adresses. Si la sélection est draconienne et le résultat somme toute non garanti (c'est souvent le prix de l'innovation), les accélérateurs sont un formidable outil pour se lancer dans l'entrepreneuriat et façonner le monde de demain.