|  

Entreprises

Dépôt de bilan du groupe Altia, propriétaire de Caddie

Publié le 04.08.2014 à 11h22

Mis à jour le 04.08.2014 à 11h22

Par

Dépôt de bilan du groupe Altia, propriétaire de Caddie

Après la faillite de Caddie, il y a un mois, le groupe Altia va être placé en redressement judiciaire. La Banque Publique d’Investissement (BPI), qui détient 20% du groupe, est en charge du dossier.

Le tribunal de commerce de Paris a prononcé la mise en redressement judiciaire du groupe Altia vendredi 1er août. En difficulté depuis quelques mois, le groupe Altia se trouve dans une impasse financière inquiétante.

 

L’équipe dirigeante s’est vue contrainte d’engager une procédure collective pour les 48 entités du groupe, un mois après la faillite de Caddie.

Une des plus importantes faillites depuis la crise

Selon Michel Rességuier, le nouveau directeur, « la plupart des entreprises du groupe ne pouvaient pas régulariser leur situation » en si peu de temps.

 

Seulement deux entités sur les 48 que possède le groupe seront épargnées. Michel Rességuier explique dans un entretien accordé aux Echos que n’étant pas techniquement en cessation de paiement, elles ne sont donc pas concernées par la procédure collective.

 

Altia devient l’un des plus gros dépôts de bilan depuis le début de la crise, avec plus de 400 millions d’euros de chiffre d’affaires et près de 3 000 salariés.

Dossier délicat pour la BPI

Actionnaire à 20% d’Altia, la BPI avait investi en 2011 dans une entité du groupe Altia qui fournissait PSA et Renault. Le but de la BPI était de consolider la sous-traitance du secteur automobile français. Malgré l’assistance de la BPI, Altia n’est pas parvenu à redresser les entreprises rachetées.

 

La BPI a repris le dossier, il y a quelques mois, plaçant Michel Rességuier, spécialiste des entreprises en difficulté, à la tête du groupe. La banque publique « s’était engagée à verser 2,5 millions d’euros. Elle en a versé au total près de 10 millions depuis le mois de juin », rappelle ce dernier aux syndicats.

 

Le tribunal de commerce de Paris va désigner dans peu de temps un administrateur pour trouver un repreneur pour les usines. En ce qui concerne Caddie, la date limite de dépôt des offres pourrait être fixée à la mi-septembre.