|  

Entreprises

Depuis sa reprise par la holding Syrah France, Polypap se développe

Publié le 26.10.2015 à 10h48

Mis à jour le 26.10.2015 à 10h48

Par

Depuis sa reprise par la holding Syrah France, Polypap se développe

L’entreprise spécialisée dans les emballages pour fleuristes Polypap a été reprise en juin 2014 par Stéphane Fournier et Christophe Camus par le biais de leur holding Syrah France. Depuis, la société vit une intense phase de développement avec le lancement de nouvelles collections, le recrutement de commerciaux, et des investissements pour la modernisation de l’outil de production.

Cette acquisition est la première réalisée par ces deux anciens cadres dirigeants de Lafuma.

Développeurs plutôt que créateurs

Polypap est une société créatrice d’emballages pour fleuristes qui avait été à l’origine d’une importante innovation dans ce secteur d’activité au début des années 90, avec le Bouquett’o, un emballage pour bouquet pourvu d’une réserve d’eau. Implantée à Beaumont-Monteux et disposant d’une filiale au Canada, cette entreprise réalise un chiffre d’affaires annuel de 3,1 millions d’euros et compte 20 salariés.

 

Le 26 juin 2014, Polypap est passée sous le giron de la holding Syrah France, propriété de Stéphane Fournier et de Christophe Camus, deux anciens cadres de Lafuma qui se définissent eux-mêmes comme des « développeurs plutôt que des créateurs ». Ils expliquent : « Notre objectif, c’est d’acheter d’autres entreprises. A priori, dans d’autres secteurs d’activité. On ne traînera pas. On souhaite aller vite. Notre job de patron, c’est d’anticiper y compris le développement de la holding Syrah France ».

Plusieurs volets stratégiques

Polypap, dont la deuxième collection est sortie ce mois-ci, vient d’accueillir de nouveaux commerciaux dans une équipe constituée de 20 salariés. Les deux dirigeants de l’entreprise misent également sur la modernisation de l’outil de production. 300 000 euros seront ainsi investis sur trois ans dans cet objectif.

 

Stéphane Fournier et Christophe Camus bénéficient du soutien du réseau Entreprendre Drôme Ardèche. Adhérant pleinement au concept de développement durable, les deux entrepreneurs ont pour credo d’ « acheter raisonnable à côté de chez soi plutôt que bio en Allemagne ».