|  

Résultats

Eramet affiche un résultat opérationnel positif au 1er semestre

Publié le 30.07.2014 à 15h35

Mis à jour le 30.07.2014 à 15h35

Par

Eramet affiche un résultat opérationnel positif au 1er semestre

Le groupe minier français, Eramet, a annoncé mercredi un résultat opérationnel courant à nouveau positif au 1er semestre, grâce à la remontée des prix du nickel et à la stabilisation des prix du manganèse. Le groupe s'attend à une amélioration de sa rentabilité au second semestre.

Eramet annonce un résultat opérationnel courant s’inscrivant à 14 millions d’euro au 1er semestre, contre une perte de 9 millions un an plus tôt. Il progresse ainsi de 50 millions d’euros par rapport au second semestre 2013.

Un groupe au cœur des enjeux industriels

Eramet est présent sur cinq continents (20 pays) avec un effectif de près de 15 000 salariés répartis sur une soixantaine de sites.

 

Le groupe minier est l’un des principaux producteurs mondiaux de métaux d’alliages (le manganèse et le nickel, utilisés pour améliorer les propriétés des aciers) et d'aciers spéciaux à haute performance (utilisés par les industries de l’aéronautique ou de la production d’énergie).

 

Eramet étudie et développe des projets dans de nouvelles activités à fort potentiel de croissance, telles que le lithium, le niobium et les terres rares.

Résultat opérationnel en progression au second semestre

Le groupe minier déclare avoir bénéficié de l’amélioration des performances de sa filiale Eramet Nickel, avec un chiffre d’affaires semestriel qui se monte à 381 millions d’euros, soit un chiffre d’affaires annuel qui s’établit à 1535 millions d’euros.

 

 A la fin du semestre dernier, Eramet explique avoir bénéficié aussi de la stabilisation des prix du minerai de manganèse et ainsi redresser sa production.  Patrick Buffet, le PDG d’Eramet, a déclaré dans un communiqué que « la production de minerai de manganèse au Gabon sera en hausse significative au deuxième semestre 2014 par rapport au premier semestre».



Le PDG du Groupe ajoute que « compte tenu des perspectives actuelles du marché du nickel et grâce aux progrès opérationnels réalisés dans toutes les activités, les besoins de trésorerie au deuxième semestre 2014 devraient se réduire significativement ».