|  

Entreprises

Fifi Bastille, la success-story d’une TPE de Saint-Brieuc

Publié le 22.10.2015 à 12h17

Mis à jour le 22.10.2015 à 12h17

Par

Fifi Bastille, la success-story d’une TPE de Saint-Brieuc

En 2008, Anne-Sophie Le Gallic quitte son emploi de commerciale et la région nantaise pour suivre son mari à Saint-Brieuc. Peinant à retrouver un emploi, la jeune femme se fait créatrice et invente un petit personnage : Fifi Bastille. Très vite, le succès a été au rendez-vous. Le fillette dessinée sur des sacs à main, des trousses de toilette ou encore des étuis à lunettes est distribuée dans 230 magasins et parcourt désormais non seulement la France mais aussi l’Europe et bientôt le Japon.

Nouvelle étape pour la créatrice : Anne-Sophie Le Gallic devient éditrice d’artistes et lance sa nouvelle marque : « Y a pas de mais ».

Un changement de carrière réussi

Fin 2008, Anne-Sophie Le Gallic, commerciale de 35 ans, quitte la région de Nantes pour suivre son époux à Saint-Brieuc. Ne retrouvant pas d’emploi, la jeune femme se lance dans une nouvelle aventure et décline un petit personnage, Fifi Bastille, sur toute une gamme de sacs à mains, de trousses de toilette ou encore d’étuis à lunettes.

 

7 ans plus tard, les produits de la SARL Fifi Bastille sont distribués dans 230 magasins en France mais aussi en Italie, en Belgique, au Portugal, en Suisse, en Espagne ou encore en Grèce. En septembre, lors du Salon Maison et Objet à Paris, le stand de Fifi Bastille a même suscité l’intérêt du Japon et devrait bientôt être disponible là-bas. Partie de rien, la jeune entrepreneuse, installée dans un bureau de la pépinière Cap Entreprises à Trégueux, devrait atteindre en 2015 un chiffre d’affaires d’un montant de 300 000 euros.

Une nouvelle marque

La créatrice a embauché une salariée pour l’administratif et la communication de son entreprise et une dizaine de commerciaux s’occupent de trouver les boutiques cadeaux susceptibles de vendre les produits Fifi Bastille. Concernant l’aspect logistique, Anne-Sophie Le Gallic s’appuie sur Logical, un prestataire basé près de Rennes qui s’occupe des stocks, prépare et envoie les commandes.

 

L’entrepreneuse va lancer également une nouvelle marque intitulée «  Y a pas de mais ».  Devenue éditrice, Anne-Sophie Le Gallic va  imprimer les créations d’autres artistes sur ses supports : « Dès le début, j’avais l’idée de faire de l’édition. Mais pour éditer, il faut être sûr de son fabricant, avoir un bon réseau de distribution ». Ayant expérimenté l’ensemble de ces rouages grâce à Fifi Bastille, la SARL devrait élargir son audience avec ce nouveau projet.