|  

Acquisition

Free aurait fait une offre sur Bouygues

Publié le 10.06.2014 à 12h08

Mis à jour le 10.06.2014 à 12h08

Par

Free aurait fait une offre sur Bouygues

Iliad, le groupe de télécommunication français de Xaviel Niel aurait fait une offre informelle dans l’intention de racheter son concurrent Bouygues Telecom, selon l’agence américaine Bloomberg.

Les 4 à 5 milliards d’euros proposés par la maison mère de Free seraient considérés insuffisant par le groupe Bouygues, qui en demande entre 6 et 7 milliards d’euros pour sa branche télécom. Iliad, propose donc un montant inférieur au marché, un peu plus de la moitié de ce que demande son concurrent.

Des négociations au point mort

Pour le moment, les négociations entre Iliad et Bouygues sont à l’arrêt. Toutefois, Bouygues espère toujours un rapprochement capitalistique avec Orange, ce qui lui permettrait de sauver sa branche télécom et le sortirait d’une situation financière qui se dégrade.

 

Ce rapprochement avec Orange a été confirmé par le ministre de l’économie, qui a déclaré que « le retour à trois opérateurs télécoms en France se fera ». D’après lui, la concurrence que se livrent les quatre opérateurs français serait néfaste pour l’emploi et l’investissement.

 

Par ailleurs, Stéphane Richard, le patron d’Orange vient de confirmer que la consolidation des télécoms français n’était plus qu’une question de semaines.

Bouygues contraint au plan social

L’annonce des négociations entre Iliad et Bouygues Telecom intervient dans un contexte plus que difficile pour Bouygues. Au premier trimestre, il a vu ses comptes retomber dans le rouge et a immédiatement convoqué un comité central d’entreprise pour dévoiler son nouveau plan stratégique et annoncer de nouvelles suppressions d’emplois qui pourraient être encore plus importantes que celles annoncées le mois dernier.

 

En mai, les syndicats évoquaient un plan social portant sur 1500 à 2000 emplois, ce qui représenterait environ 20 % des effectifs du groupe. Olivier Roussat, le PDG de Bouygues Telecom, a lui-même admis l’imminence d’un plan social dans l’entreprise.