|  

Cession

HIG Capital négocie le rachat du verrier Arc International

Publié le 02.09.2014 à 11h35

Mis à jour le 02.09.2014 à 11h35

Par

HIG Capital négocie le rachat du verrier Arc International

Le verrier français Arc International vient d’entrer en négociation exclusive avec le fonds d’investissement américain HIG Capital en vue de la cession de la majorité de son capital. Un bijou de l’industrie française en difficulté, sur lequel l’américain est prêt à débourser 70 millions d’euros.

Arc International et HIG Capital France ont fait savoir dans un communiqué de presse que « dans le cadre du projet de recapitalisation présenté en janvier dernier, et après avoir informé les représentants du personnel et les organisations syndicales, HIG Capital France et la direction d’Arc International annoncent avoir signé un accord d’exclusivité. Cet accord est une étape essentielle dans le processus visant à l’acquisition de la majorité du capital d’Arc International par HIG Capital France avant la fin de l’année 2014 ».

Les acteurs de la cession

Arc International est une entreprise française créée en 1825, spécialisée dans les arts de la table et la verrerie. Elle commercialise les marques déposées Luminarc, Cristal d'Arques, Pyrex, Arcoroc et Chef & Sommelier en France et à l'international. Elle emploie 10 520 collaborateurs dans le monde, dont 5 700 en France. Le groupe originaire d’Arques dans le Pas-de-Calais a réalisé un chiffre d’affaires de 901 millions d’euros en 2013.

 

Quant à son repreneur, le fonds d’investissement HIG Capital est l’un des principaux acteurs mondiaux de l’investissement en fonds propres après avoir investi dans plus de 250 entreprises depuis sa création en 1993, il gère plus de 10 milliards d'euros d'actifs à travers le monde.

Les termes de l’accord de cession

Le fonds d’investissement américain devrait mettre 70 millions d’euros sur la table, tandis qu’un accord entre plusieurs banques pourrait effacer 70% des 400 millions d’euros de dettes contractées par Arc International. Il ne resterait alors que 20% du capital à la famille Durand, fondatrice de l’entreprise.

 

Depuis un an et demi, le groupe connaît d’importantes difficultés financières. Contraint par une dette (bancaire et obligataire) de 450 millions d’euros et par un chiffre d’affaires en fort recul (901 millions d’euros en 2013 contre 978 millions en 2012 et 1,1 milliard en 2011), Arc International est forcé de mener une restructuration drastique. 

Un plan social financé par un fonds de l’Etat

L’entrée au capital d’Arc de HIG Capital pourrait se faire en partenariat avec Bpifrance, ce qui permettrait de financer un vaste plan de restructurations qui pourrait concerner 2 000 personnes sur les 5 700 employés en France.

 

Jusqu’ici, les négociations ont tardé, étant donné que les deux entreprises attendaient un accord de principe de l’Etat sur un plan amiante pour financer le départ des salariés dès 2015. Un membre du fonds d’investissement souligne par ailleurs que « c’était la condition sine qua non pour que HIG accepte d’investir dans l’entreprise ». L’Etat devrait verser jusqu’à 400 millions d’euros étalés sur 20 ans au fonds amiante.