|  

Innovation

(In)conscience face au risque de cyberattaques !

Publié le 21.07.2016 à 11h42

Mis à jour le 21.07.2016 à 14h35

Par

(In)conscience face au risque de cyberattaques !

Réseaux sociaux, serveurs, ou autres cloud pour ne citer qu’eux sont autant de plateformes qui prélèvent nos données personnelles. Mais alors, comment pouvons-nous protéger nos données des cyberattaques qui sont de plus en plus fréquentes et conséquentes ? Fort heureusement, des solutions existent.

C’est indéniable, particuliers ou entreprises, nous sommes de plus en plus présents sur Internet. Et à chaque connexion, nous produisons des données. En 2016, quelle société ne stocke pas ses documents sur des serveurs en ligne ? Les entreprises ont-elles conscience qu’elles évoluent dans un contexte de risque permanent de cyberattaques ? Rien n’est moins sûr !

 

Si  les différentes enquêtes menées depuis quelques années montrent l’émergence réelle de craintes de la part des chefs d’entreprises à l’égard des cyber-attaques, en 2014, en France, seuls 8% des patrons se déclaraient inquiets face à la cyber-menace (chiffres d’une étude menée par Hiscox en décembre 2014) et en 2015, 22% des entreprises françaises n’ont pas de système de sécurité internet ! D’après une étude menée par PWC, seulement 69% des entreprises utilisent un cloud basé sur des services de cybersécurité. 

 

Multinationales, PME : risques démultipliés, conséquences désastreuses

Tous les domaines industriels sont touchés et peuvent avoir des conséquences désastreuses lorsque les données sont volées et/ou dévoilées. Dans ce genre de situation, les clients peuvent voir leurs coordonnées bancaires utilisées contre leur gré et les entreprises voient leur image se détériorer en raison de la perte de confiance de la part de leurs clients. Dans certains secteurs d’activités, les répercussions peuvent avoir une dimension colossale.

 

Quand ce genre d’événement arrive, d’une part, la confiance de la part des clients est ébranlée mais en plus, la facture grimpe très vite pour les entreprises. Par exemple, en 2013, la chaîne de distribution américaine TARGET s’est fait dérober les données personnelles de plusieurs millions de clients. Au départ, le coût financier de cette attaque s’élevait à 1 milliard de dollars et le coût final a été de 250 millions de dollars.

 

Pour les PME, la menace est de plus en plus oppressante. En effet, 90% d’entre elles redoutent une attaque. Ces doutes sont d’ailleurs bel et bien fondés puisqu’entre 2004 et 2011, 72% des incidents se sont produits dans des entreprises de moins de 100 employés. En 2014, les pertes financières reposant sur les cyberattaques représenteraient 95 000 dollars. Les risques sont donc très importants puisque les PME n’ont pas les moyens financiers pour assumer de telles attaques. Ces risques restent toutefois peu connus des employés et de la direction. 80% des entreprises n’utilisent pas de protection des données.

 

 

Focus sur le secteur de l’énergie : un secteur à haut risque !

 

Les risques sont bels et bien présents, d’autant plus dans un climat tendu en raison du risque terroriste permanent. D’ailleurs,  en mars dernier, Gilles de Kerchove, actuellement coordinateur de l’Union Européenne pour la lutte contre le terrorisme, déclarait qu’il s’attendait à un changement dans les modes opératoires allant jusqu’à cibler les centrales nucléaires européennes d’ici environ 5 ans. Le think tank américain a quant à lui interrogé des spécialistes qui déclaraient que « les cyberattaques [deviendraient] un pilier du terrorisme ». Concernant le risque d’attaques sur les centrales nucléaires, c’est peut-être ici l’occasion pour les gouvernements d’investir massivement dans de nouvelles stratégies comme  la transition énergétique par les énergies renouvelables…

 

Il est donc primordial de se prémunir contre ces attaques nouvelles qui pourraient avoir des conséquences désastreuses.

 

Des solutions existent pour réduire le risque de cyberattaques

Thales, grand acteur français de la défense

 

Thales est spécialiste en termes de technologies numériques destinées à la défense et à la sécurité. Il développe des solutions permettant de sécuriser les systèmes les plus complexes. Les solutions déployées par Thales permettent d’aider les Etats et autres autorités locales à sécuriser et à protéger les citoyens et l’environnement dans lequel ils évoluent. Thales a donc trouvé sa place dans une société moderne devenant toujours plus connectée. En effet, l’entreprise déploie ses solutions dans ce qu’elle considère comme étant les 4 espaces vitaux d’une société dite moderne à savoir : les Etats, les villes avec les Smart Cities, les infrastructures critiques comme le secteur de l’énergie et le cyberespace. Thales est capable de déployer des solutions adaptées avec, entre autres, des bases de données sécurisées et des réseaux de communication sécurisés.

 

 

Union Européenne et cybersécurité

 

L’Union Européenne investit massivement dans ses stratégies de cybersécurité. Leur plan d’action repose sur un partenariat public-privé européen dans lequel l’Union Européenne a décidé d’investir 450 millions d’euros afin d’intensifier ses recherches dans le cadre de son programme Horizon 2020. Dans le cadre de ce projet, l’Union Européenne espère arriver à lever 1,8 milliard d’euros. Elle peut compter sur le soutien de 130 entreprises dont les françaises Atos, Thales, Airbus ou encore Anssi pour déployer d’importantes solutions pour se prémunir contre les attaques 2.0.

Le saviez-vous ?

En 2015, des chercheurs américains ont prouvé qu’il était possible de gérer une Jeep à distance. Déconnecter le système de freinage, actionner les essuie-glaces, activer la radio ou la climatisation, couper le moteur : le tout depuis leur salon !