|  

Entreprises

Incursion improbable mais réussie de Michel et Augustin aux Etats-Unis

Publié le 23.06.2015 à 11h35

Mis à jour le 23.06.2015 à 11h35

Par

Incursion improbable mais réussie de Michel et Augustin aux Etats-Unis

C’est un coup de poker sans précédent que l’entreprise française Michel et Augustin a réussi. Elle a réussi à s’imposer sur l’un des marchés les plus compliqués qui soient : le marché américain. La PME française sera distribuée dans les cafés Starbucks, aux Etats-Unis donc, mais également en Grande-Bretagne et en France.

Retour sur une success story à l’arrière-goût de blitz, tant l’accord s’est conclu rapidement. En moins de 48 heures, les dirigeants du trublion français de l’alimentaire ont réussi leur pari, à grand renfort de communication et d’humour sur les réseaux sociaux.

#AllezHowardunCafé

L’histoire est digne d’un film américain avec bien sûr un happy ending. Il y a quelques semaines, le patron de Starbucks, Howard Schultz, demande aux fondateurs de Michel et Augustin de lui envoyer des échantillons de leurs sablés. En lieu et place de quoi seront envoyés deux employés de la marque. Charge à eux de créer un engouement sur les réseaux sociaux pour donner une visibilité et une portée importante à leurs démarches, notamment en utilisant le hashtag « Allez Howard un Café ». Et ça marche. Le PDG de Starbucks accepte de les recevoir à l’improviste et organise même une conférence pour que les employés français racontent leur démarche aux employés de la firme américaine.

 

La PME française a toujours basé sa communication sur les réseaux sociaux, utilisant ces derniers pour se faire connaître et faire découvrir ses produits. Un positionnement qui fonctionne, au vu du nouveau pari en passe d’être en réussi. En effet, si Starbucks a déjà commencé à distribuer les sablés de Michel et Augustin dans ses boutiques new-yorkaises, aucune commande officielle n’a été passée. A charge donc pour Michel de Rovira et Augustin Paluel Marmont de transformer l’essai et de capitaliser sur cette nouvel relation d’affaires qui pourrait leur ouvrir la porte de 22 000 cafés dans le monde.