|  

Emploi

L’offre Intermarché sur Gad supprimerait 300 emplois

Publié le 29.09.2014 à 16h25

Mis à jour le 29.09.2014 à 16h25

Par

L’offre Intermarché sur Gad supprimerait 300 emplois

Les abattoirs Louis Gad S.A, mis en liquidation judiciaire le 11 septembre dernier, viennent d’annoncer qu'une offre de reprise à été déposée auprès du tribunal de commerce de Rennes par la société SVA Jean Rozé, elle ne concernerait que le site de Josselin dans le Morbihan.

Lorsque le tribunal de Rennes a prononcé la liquidation judiciaire de la société Gad S.A, il a mentionné une poursuite d’activité pendant trois mois, le temps pour d’éventuels repreneurs de se faire connaître. La mise en liquidation concerne l'abattoir de Josselin et deux ateliers à Lampaul-Guimiliau dans le Finistère qui emploient au total 820 salariés en CDI.

L’offre de Jean Rozé sur l’abattoir de Josselin

La seule offre déposée auprès du tribunal de commerce de Rennes est celle de SVA Jean Rozé qui se porte sur l'abattoir de Josselin dans le Morbihan.

 

Lors d'un Comité central d'entreprise le 29 septembre, Intermarché a dévoilé son projet de reprise du site de Josselin par l’intermédiaire de sa filiale SVA Jean Rozé, qui a décidé de reprendre près de 507 salariés sur les 755 CDI du site. Offre qui sera examinée par le tribunal de Rennes lors d’une audience le 13 octobre.

300 emplois pourraient être supprimés

La mise en redressement judiciaire des abattoirs Gad, détenue à 65 % par la coopérative morbihannaise Cecab (propriétaire de la marque de conserves de légumes d'Aucy) et à 35 % par le groupe Prestor (groupement de producteurs de suidés), avait suscité de fortes réactions.

 

Sur le site de Lampaul-Guimiliau, l’atelier qui emploie 14 salariés serait sur le point d’être repris par la société Saria. En revanche, aucune offre n’a été formulée pour l'atelier de produits fumés qui emploie 58 salariés.

 

Au total, il s’agirait de près de 300 postes supprimés au sein de la société Gad.

Intermarché s’engage à investir

En octobre 2013, le plan de continuation, approuvé il y a un an, a confirmé la fermeture de l'abattoir de Lampaul-Guimiliau, du siège de Gad dans le Finistère et d'un site à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), représentant une suppression de 900 emplois.

 

Mais le site de Josselin a continué à perdre de l'argent, confronté à des difficultés commerciales, la Cecab a été contrainte de faire une déclaration de cessation de paiement auprès du tribunal.

 

La fermeture pure et simple du site de Josselin est pour le moment écartée, grâce à l’offre d’Intermarché, qui s’engage par ailleurs à investir 20 millions d’euros dans la société pour la remettre sur pied.