|  

Juridique

L’organisation de Google attaquée par le Parlement européen

Publié le 24.11.2014 à 16h49

Mis à jour le 24.11.2014 à 16h49

Par

L’organisation de Google attaquée par le Parlement européen

Le Parlement européen semble vouloir accentuer sa présence dans le secteur des nouvelles technologies. Après les prises de position de Bruxelles sur le Big Data et le droit à l’oubli (à travers la Cour de Justice de l’Union Européenne), c’est au tour de la Cour de Strasbourg de s’emparer de la problématique Google. En effet, elle semble vouloir s’attaquer à son organisation même.

Google est aujourd’hui un moteur de recherche mais également un vaste marché de la publicité. C’est cette organisation dichotomique de ses activités à laquelle les parlementaires semblent vouloir mettre fin.

Des conséquences pour les entreprises utilisatrices 

Cette volonté fait suite à la récente affaire dans laquelle Google est soupçonné d’abus de position dominante. L’une des solutions évoquées par un haut dignitaire allemand était cette scission des activités du géant de Palo Alto. Le Parlement européen s’en est emparé pour tenter de faire voter une motion. Google n’y est pas explicitement désigné car cette mesure aurait vocation à s’appliquer à tous les moteurs de recherche qui développent par ailleurs des activités parallèles.

 

Si Google et ses concurrents n’ont pas trop à s’en faire pour l’instant, le Parlement européen n’ayant aucun pouvoir pour mettre en œuvre cette mesure, la situation pourrait rapidement tourner en leur défaveur si la Commission européenne venait à être séduite par l’idée.

 

Par ailleurs, les conséquences d’une telle décision produiraient bien évidemment leurs effets en premier lieu sur Google. Mais les conséquences sur les entreprises utilisant ses services annexes ne sont pas à ignorer pour autant. En effet, Google commercialise différents services que les entreprises de certains secteurs, notamment marketing et BtoB, emploient quotidiennement. Scinder les activités de Google entre d’une part la recherche et d’autre part les services annexes l’obligerait à compartimenter ses différents services et affecteraient alors la synergie des informations collectées, qui était un argument de vente de la firme. Ainsi, les entreprises utilisatrices verraient la prise en main des outils complexifiée avec une perte de lisibilité des résultats et à terme une difficulté à piloter globalement leur stratégie.

 

Ainsi, en voulant s’attaquer à une entreprise en particulier, le Parlement européen et à sa suite la Commission européenne, pourraient potentiellement mettre en danger la survie d’entreprises tributaires des services tels que ceux proposés par Google. Cependant, la volonté derrière cette initiative est bien d’insuffler un nouvel élan à un secteur sclérosé par le monopole de Google en remettant en place un véritable système de concurrence. Cette mesure, si elle est adoptée, pourrait mettre un coup d’arrêt à l’emprise exponentielle de Google sur l’Internet et laisser la place à ses concurrents voire à de nouvelles entreprises ambitieuses de se développer et d’enfin peser.