|  

Economie

La dette publique française franchit le cap des 2 000 milliards

Publié le 30.09.2014 à 11h25

Mis à jour le 30.09.2014 à 11h25

Par

La dette publique française franchit le cap des 2 000 milliards

Dans un récent rapport de conjoncture, l’Insee révèle que la dette publique française a pour la première fois franchi le seuil symbolique des 2 000 milliards d’euros au second trimestre 2014.

A la fin du deuxième trimestre, la dette publique française s’est établie à 2 023,7 milliards d’euros, affichant une augmentation de 30% par rapport au semestre précédent. L’Insee annonce que c’est une première en France, puisque pour la première fois la barre symbolique des 2 000 milliards d’euros de dette publique vient d’être dépassée. Un record qui correspondrait à 50 ans de recettes d'impôt sur le revenu.


La répartition de la dette publique inclut la dette de l'Etat (1 612,6 milliards), la dette de la sécurité sociale (220,4 milliards) et la dette des administrations publiques locales (190 milliards d’euros).

Une progression de 45,5 milliards au premier trimestre

Mesurée selon les critères du traité de Maastricht, la dette brute rapportée à la richesse nationale atteint 95,1% du PIB à 1 985,9 milliards d’euros au premier trimestre, soit une augmentation de 1,1 point par rapport au trimestre précédent, rapporte l’Insee dans son étude.

 

La hausse au deuxième trimestre est à imputer à l’Etat, dont la contribution a progressé de 35,2 milliards d’euros, alors que dans le même temps les dépenses publiques des administrations de sécurité sociale et des administrations publiques locales ont respectivement diminué de 4 et 2 milliards d’euros.

 

Le gouvernement comptait sur une dette publique de 95,1% du PIB à la fin de l’année, cependant les prévisions n’ont pas été mises à jour après la diminution des estimations de croissance et l’augmentation du déficit annoncé début septembre. Il s’agit toutefois d’une augmentation de 28,7 milliards, qui atteint les 2 023,7 milliards d’euros.

Une dette qui a doublé en 10 ans

A la suite de la publication du rapport de l’Insee, le gouvernement a fait savoir qu’il avait hérité de cette situation d’accélération de la dette du précédent gouvernement. Les chiffres montrent qu’entre 2002 et 2012, la dette est passée de 930 à 1 860 milliards. Le ministère des Finances a par ailleurs précisé que 600 milliards d’euros sont à attribuer à la période entre 2007 et 2012.

 

Bercy explique que « la politique menée par l’actuel gouvernement repose sur un assainissement des finances publiques avec un programme d’économies et sur une stratégie de croissance avec le CICE et le Pacte de responsabilité, et doit permettre de stopper la croissance de la dette ».