|  

Résultats

La Faïencerie de Gien renoue avec la croissance

Publié le 21.10.2015 à 14h44

Mis à jour le 21.10.2015 à 14h44

Par

La Faïencerie de Gien renoue avec la croissance

En misant sur la création mais aussi sur l’export, la Faïencerie de Gien, qui fêtera son bicentenaire en 2021, a retrouvé le chemin de la croissance. Cette entreprise qui allie tradition et modernité a décidé de jouer la carte du luxe et s’inscrit désormais dans une offre très haut de gamme. Avec son positionnement créatif, la faïencerie connaît, de plus, un beau succès à l’export.  

La société, qui a été reprise il y a 18 mois par Pascal d’Halluin (ancien patron de Cacharel), souhaite faire passer la part de l’export à 70% d’ici 5 ans. Les ventes à l’international représentent actuellement 35% de son activité.

Un travail de création

La Faïencerie de Gien dans le Loiret a effectué un important travail créatif poussant l’ensemble de son offre de tableaux, d’art de la table, de cadeaux et de décoration dans une perspective haut de gamme. Pascal d’Halluin explique : « Nous avons relancé la création, car c’est le moteur de nos ventes (…). Notre but est de tirer la marque vers le haut et de nous différencier de nos concurrents par la qualité du travail artisanal. ».

 

Illustration de la nouvelle direction prise par l’entreprise : au moment de la reprise de la Faïencerie il y a 18 mois, seul un peintre était encore en activité pour les décors peints à la main. Aujourd’hui, il sont 7 salariés (sur un effectif total de 156 personnes) à poursuivre cette tradition artisanale. Les boutiques des Monuments historiques et des grands sites de France constituent un marché important pour la Faïencerie de Gien qui collabore d’ores et déjà avec le Mont-Saint-Michel, plusieurs Châteaux de la Loire et prochainement Versailles

Une activité dynamique à l’export

L’entreprise, qui a investi 800 000 euros depuis l’année dernière, compte également renforcer sa position à l’international. Modernisation de ses corners dans les grands magasins, packaging relooké, nouvelle signature, la Faïencerie de Gien, a aussi repensé son site qui sera opérationnel en mars pour l’Europe et en mai pour les USA. Le PDG précise : « Ce sera la vitrine mondiale de la marque, en français, en anglais, en japonais et en chinois ».

 

L’entreprise espère doubler la part de l’export d’ici 5 ans, la faisant passer de 35 à 70%. Objectif principal : les Etats-Unis où une hausse de 48% en un an a déjà été enregistrée.  Grâce à son positionnement haut de gamme et à son dynamisme à l’export, la Faïencerie a vu ses comptes revenir dans le vert l’année dernière et prévoit pour cette année un chiffre d’affaires de 12 millions d’euros. Ambition annoncée : atteindre les 21 millions d’euros en 2021 pour le bicentenaire de l’entreprise.