|  

Entreprises

La nouvelle structure SNCF/RFF privilégiera la sécurité client

Publié le 04.09.2014 à 9h27

Mis à jour le 04.09.2014 à 9h27

Par

La nouvelle structure SNCF/RFF privilégiera la sécurité client

A la suite de la réforme ferroviaire qui entrera en application dès janvier 2015, la nouvelle structure SNCF et Réseau Ferré de France annoncent que la priorité sera donnée à la sécurité. Un poste d’inspecteur général devrait même être créé à cet effet.

Les deux dirigeants de la SNCF et de Réseau Ferré de France (RFF), Guillaume Pepy et Jacques Rapoport ont l’intention de profiter de la réforme ferroviaire votée fin juillet pour transformer en profondeur le fonctionnement du rail français. Le futur pôle public ferroviaire apportera une attention particulière à la sécurité.

Simplifier l’organisation de la nouvelle SNCF

La nouvelle entité, formée par les deux établissements publics (Epic), sera pilotée par un troisième Epic, baptisé SNCF.

 

RFF accueillera 50 000 cheminots en charge de l’entretien des voies et sera renommé SNCF Réseau. Quant aux activités de voyageurs et de transports de marchandises, elles seront confiées à SNCF Mobilité.

 

Outre ces changements inscrits dans la réforme, Guillaume Pepy et Jacques Rapoport sont résolus à restructurer les organigrammes dans le but de les simplifier et d’en inscrire certaines priorités.

Création d’un poste d’inspecteur général de la sécurité

Le poste d’inspecteur général de la sécurité sera confié au général Frédéric Castay qui était jusque-ici inspecteur des armements nucléaires à l'Etat-major particulier du président de la République. Guillaume Pepy précise qu’ « à l’image de ce qui se fait à EDF ou au CEA, il sera rattaché directement à la présidence et aura pour mission d’aller sur le terrain sans prévenir, pour regarder sous le tapis. Il aura également comme fonction d’être un lanceur d’alerte, hors hiérarchie, à l’écoute de l’entreprise sur les questions de sécurité. »

 

Depuis le déraillement de Brétigny en juillet 2013, qui a fait 7 morts, et la collision entre un TGV et un TER à Denguin cet été, la question de la sécurité devient une priorité absolue pour la nouvelle entité SNCF et pour l’Etat, qui devrait également créer une direction de l’audit et des risques unique, recentrée sur l’excellence des métiers ferroviaires.

Une nouvelle stratégie client pour renforcer les convergences

Guillaume Pepy explique que la stratégie de la nouvelle SNCF sera « une stratégie de porte-à-porte, qui consistera à proposer une offre conjuguant différents moyens de transport, ce qui imposera de renforcer les convergences. Cela devrait se traduire par exemple par la mise en place à terme d’un site d’informations voyageurs unique, quel que soit le type de trains ».

 

L’attention apportée aux clients se traduira par le regroupement des activités TGV, TER, Intercités et Transilien qui sera piloté par Barbara Dalibard qui dirige aujourd’hui l’activité grande vitesse.

 

Le poids du digital, qui devrait conduire à « une refondation des métiers »  selon le dirigeant, s’exprimera par la création d’une direction spécifique rattachée à l’Epic de tête que l’actuel patron de voyages-sncf.com, Yves Tyrode, chapotera.

 

Par ailleurs, plusieurs responsables changent de poste, une nouvelle génération de dirigeants quadragénaires fait son apparition, ce qui devrait donner un nouveau souffle à la SNCF.