|  

Juridique

Le Big Data est le nouveau cheval de bataille de Bruxelles

Publié le 15.10.2014 à 15h19

Mis à jour le 15.10.2014 à 15h19

Par

Le Big Data est le nouveau cheval de bataille de Bruxelles

Le Big Data est un secteur en pleine mutation. Chaque société dispose maintenant d’un plan de développement à plus ou moins long terme pour faire évoluer ce domaine d’activité qui est potentiellement générateur de gains financiers importants.

A côté des entreprises, les gouvernements se mettent également à la page. Bruxelles est la dernière institution à se lancer dans le grand bain du traitement des métadonnées.

Un partenariat pour une croissance de l’emploi

La Commission européenne a en effet annoncé la mise en place d’un partenariat public-privé pour le développement du Big Data. Ce partenariat a pour but essentiel la maîtrise des métadonnées. Mais il tend également à avoir des répercussions sur l’emploi. En effet, selon la Commission européenne, « 100 000 nouveaux emplois pourraient être créés en Europe d’ici à 2020 » grâce à la maîtrise des métadonnées.

 

Par cette initiative, Bruxelles souhaite inciter le secteur public, le secteur privé ainsi que les universités à se réunir et à discuter du Big Data et de ses implications notamment dans des domaines tels que l’énergie, l’industrie ou la santé.

 

Enfin, la volonté affichée derrière la mise en place de ce PPP (partenariat public privé) est l’instauration d’un cadre juridique stable et unique pour le traitement des volumes de données, qui sont chaque jour plus importants et plus complexes. Ce sont des problématiques telles que la vie privée, la confidentialité des données et leur sécurité qui sont au cœur du partenariat. En effet, si le Big Data se pose aujourd’hui comme une révolution dans le monde de l’Internet, il engendre également des interrogations concernant le traitement réel des données. Ces dernières concernent des informations sensibles et personnelles qui peuvent potentiellement porter atteinte à la sécurité juridique des personnes. Ce dernier point est d’ailleurs l’une des préoccupations principales de la Big Data Value Association, consortium de grandes entreprises dans le secteur de la haute technologie telles qu’Orange ou Atos, et d’universités.