|  

Entreprises

Le déstockeur Noz ouvre une nouvelle plateforme logistique

Publié le 16.09.2015 à 12h07

Mis à jour le 16.09.2015 à 12h07

Par

Le déstockeur Noz ouvre une nouvelle plateforme logistique

Le vendeur de produits à prix cassés Noz a racheté un entrepôt de 24 000 m² en Côte-d’Or afin d’y implanter sa neuvième plateforme logistique. Ce site va permettre au groupe français de déstockage d’alimenter 35 de ses magasins localisés dans le Sud-Est. Ce bâtiment logistique sera opérationnel dans quelques semaines.

La nouvelle plateforme logistique de Noz a nécessité un investissement de 3,6 millions d’euros pour l’achat du bâtiment et de 2 millions d’euros pour ses équipements de tri des marchandises et de préparation de commandes.

Un nouveau site logistique en Côte-d’Or

Le groupe Noz, fondé il y a 40 ans à Saint-Berthevin (en Mayenne), va ouvrir sa 9ème plateforme logistique. Le déstockeur a racheté l’ancien bâtiment logistique de But situé sur le Technoport de Pagny en Côte-d’Or, en bordure du canal de dérivation de la Saône. Sa situation géographique, au niveau d’un embranchement fluvial, va permettre à cette plateforme de recevoir, à terme, des marchandises par voie d’eau, en provenance du Port de Marseille.

 

La mise en place de ce nouveau site (qui va alimenter 35 des magasins du Sud-Est de Noz) devrait créer 30 postes d’ici à la fin de l’année et 150 autres d’ici 2017. La plateforme logistique sera opérationnelle dans quelques semaines.

Une stratégie globale

Le groupe, qui réalise un chiffre d’affaires de 450 millions d’euros, poursuit une stratégie de développement qui mise sur la diversification des sources d’approvisionnement. Le Directeur de Noz, Rémy Adrion, explique : « Nous pouvons encore plus que doubler nos points de vente, mais pas sans une diversification des sources d'approvisionnement et, parallèlement, une chaîne logistique très productive ».

 

Le groupe de vente de produits à prix cassés va, de plus en plus, se tourner vers l’international pour nourrir ses stocks. Son dirigeant indique d’ailleurs : « L'Europe représentera bientôt 50 % de nos achats et le grand import 20 %, car nous couvrons déjà bien le marché français et nos clients veulent une offre de plus en plus large ».