|  

Politique

Le gouvernement part à l’assaut du financement et de l'investissement

Publié le 15.09.2014 à 15h32

Mis à jour le 15.09.2014 à 15h32

Par

Le gouvernement part à l’assaut du financement et de l'investissement

Le président de la République lance aujourd’hui les assises de l'investissement, il s’agit pour les entreprises de trouver des solutions au renouvellement de leurs équipements.

Avec ce rassemblement, le gouvernement montre son soutien aux entreprises, le président Hollande en personne conclura aujourd’hui les assises du financement et de l'investissement avec des annonces très attendues à la clef.

Financement de l’innovation

Il s’agit d’un événement collégial où Emmanuel Macron (ministre de l’Economie) et Michel Sapin (ministre des Finances et des Comptes publics) rencontreront un panel de dirigeants de PME d'excellence et des acteurs bancaires ou de l'assurance.

 

Le but est de dégager des perspectives sur le financement de l'innovation, les instruments de financement public et de faire un premier point sur les nouveaux outils apparus ces derniers mois.

 

L’autre sujet à l’ordre du jour sera l’épargne des français qui reste destinée essentiellement à l’immobilier et très peu à l’entreprise, apprend-t-on.

Un taux d’investissement qui se maintient en France

Le taux d'investissement en France apparaît souvent comme l'un des points faibles de la France et de la zone euro. Eurostat rapporte que, dans l’Union Européenne, le taux d'investissement était de 19,5 % de la valeur ajoutée fin 2013 contre 23 % fin 2007. Selon l’Insee, la France est parvenue à maintenir le niveau de 2007 situé aux alentours de 22,5 %. En revanche, si on retire le secteur de la construction, le taux d'investissement a chuté à 15,8 %.

 

En effet, on constate que le taux d’investissement en France se maintient dans la moyenne supérieure européenne, il est à noter que la crise a été plus dure dans les pays du sud de la zone. Or, l'investissement a été exagéré à court terme par rapport aux évolutions de l'activité.

Les différences entre la France et l’Allemagne

Le contraste qu’il existe entre la France et l’Allemagne, qui a mieux résisté à la crise, est à relever. Les taux d'investissement français et allemand sont proches alors que les entreprises allemandes sont plus rentables et plus exportatrices.

 

Quel constat peut-on faire ?

 

L’Insee explique que la progression du coût du travail a été plus rapide en France qu'en Allemagne, ce qui aurait pu inciter les patrons français à substituer du capital au travail, mais ils ne l’ont pas fait.

 

Jean-François Ouvrard, économiste chez COE-Rexecode, explique que « l'investissement n'est pas particulièrement bas en France par rapport aux autres pays de la zone euro. Mais il ne faut pas s'arrêter à ce seul chiffre car la qualité des investissements compte. Or, en France, les enquêtes de l'Insee montrent que la part des investissements pour augmenter les capacités productives recule tendanciellement au profit des investissements de renouvellement. En outre, une partie des investissements sert à mettre l'outil de production aux normes. A l'inverse, les industriels allemands investissent dans des robots et améliorent leur outil de production ».

 

Fin 2012, la France comptait environ 35 000 robots dans ses usines, contre 160 000 outre-Rhin.