|  

Entreprises

Le groupe ardéchois Fareva va créer 100 emplois à Annonay

Publié le 04.11.2015 à 12h46

Mis à jour le 04.11.2015 à 12h46

Par

Le groupe ardéchois Fareva va créer 100 emplois à Annonay

Fareva, spécialiste de la  formulation et de la fabrication en sous-traitance de produits cosmétiques, pharmaceutiques et ménagers, vient d’inaugurer son nouveau siège opérationnel et lance un vaste programme d’investissement. Le groupe ardéchois a notamment annoncé sa volonté de créer 100 emplois dans son usine d’Annonay.

Ce site bénéficiera en outre de deux lignes de production supplémentaires. L’investissement pour cette usine se chiffre à 28 millions d’euros.

Réussite entrepreneuriale

Lancée en 1985, la petite société de produits chimiques et industriels a vécu une véritable success-story entrepreneuriale. 30 ans après sa création, Fareva est désormais un groupe qui compte 10 000 salariés répartis sur 35 sites de production (dans 11 pays). A la fin de l’année, l’entreprise ardéchoise devrait afficher un chiffre d’affaires de 1,375 milliard d’euros.

 

Le groupe familial, détenu à 100 % par les frères et sœur Fraisse, se lance dans un grand programme d’investissement orienté vers ses sites de production et son activité R&D. Le PDG explique : « Nous sommes entrés dans une phase de consolidation de nos usines et de leurs activités. Nous entendons désormais privilégier d’abord notre croissance interne avec les investissements conséquents nécessaires tant dans l’innovation et la R & D que sur les sites de production eux-mêmes ».

De multiples investissements

Fareva vient d’inaugurer son nouveau siège opérationnel à Tournon-sur-Rhône et annonce vouloir créer 100 emplois en 3 ans sur son site d’Annonay. Cette usine qui emploie actuellement 400 employés va bénéficier d’un investissement à hauteur de 28 millions d’euros. Au premier semestre 2017, 2 nouvelles lignes supplémentaires de production vont être créées pour fabriquer du collyre en doses.

 

Le groupe effectue également des investissements sur ses sites à l’étranger, notamment aux Etats-Unis, au Mexique et en Russie. D’autres projets sont également en cours en France avec 25 millions d’euros consacrés au site de Saint-Germain-Laprade et 17 millions à Val-de-Reuil.