|  

Entreprises

Le groupe Fimalac obtient la concession de la Salle Pleyel

Publié le 08.01.2015 à 16h16

Mis à jour le 08.01.2015 à 16h16

Par

Le groupe Fimalac obtient la concession de la Salle Pleyel

L’appel d’offres lancé par le conseil d’administration de la Cité de la Musique pour l’attribution d’une convention d’occupation de 15 ans de la Salle Pleyel a été remporté par Fimalac. Le projet présenté par la compagnie du milliardaire Marc Ladreit de Lacharrière comprend notamment un important programme de travaux. 

La décision de la Cité de la Musique, propriétaire de la mythique salle de concert parisienne depuis 2009, clôt un dossier riche en péripéties dans lequel de nombreux concurrents se sont affrontés. 

Un strict cahier des charges

C’est le projet « convaincant » proposé par Fimalac qu’a finalement retenu la Cité de la Musique mettant ainsi de côté les 3 derniers candidats en lice pour la reprise de la concession de la Salle Pleyel : Universal Music - Eurosites, Morgane Groupe et Jean-Marc Dumontet / DB investissement. Le communiqué de presse annonçant cette décision indique que Fimalac va verser « le niveau de redevance le plus élevé avec un revenu annuel moyen qui devrait se situer autour de 1,85 million d’euros ».

 

Pour répondre à un cahier des charges strict, Fimalac s’engage à ne pas programmer de spectacle de musique classique, afin d’éviter toute concurrence avec la Philarmonie de Paris qui sera inaugurée dans quelques jours. 165 concerts par an devraient être produits dans la grande salle. De plus, la compagnie financière, créée en 1992, va lancer des travaux pour un montant évalué à 12 millions d’euros.  

Un dossier à rebondissements

La reprise de la concession de la salle Arts Déco du 8ème arrondissement par Fimalac met un terme à une intense compétition entre plusieurs acteurs du divertissement et du spectacle. Le litige mené devant les tribunaux par Marie-Christine Tarditi, épouse de l’ancien propriétaire de Pleyel qui contestait la vente de Pleyel par son mari (pour 60,5 millions d’euros en 2009) avait été réglé en décembre dernier par la Cour d’Appel de Paris.

 

Au cours de l’appel d’offres, plusieurs candidats s’étaient finalement retirés de la compétition parmi lesquels le site Vente-privée.com, le groupe Lagardère ou encore le consortium Nous Production / Magma Cultura / MK2 Vision.