|  

Acquisition

Le groupe français Lactalis rachète le premier laitier turc AK Gida

Publié le 12.05.2015 à 14h15

Mis à jour le 12.05.2015 à 14h15

Par

Le groupe français Lactalis rachète le premier laitier turc AK Gida

En prenant possession de 80% du capital du leader turc des produits laitiers AK Gida pour 700 millions d’euros, Lactalis marque une nouvelle étape dans sa stratégie d’internationalisation. Cette politique de croissance lui a déjà permis de porter son chiffre d’affaires à 16,4 milliards d’euros. 

Le géant laitier français n’est pas le seul industriel à s’intéresser au marché turc, porte d’entrée du Proche et du Moyen-Orient. D’autres acteurs de l’agro-alimentaire sont également déjà implantés dans ce secteur géographique prometteur. 

Stratégie de développement mondial

L’acquisition réalisée par Lactalis concerne la division laitière AK Gida du groupe turc Yildi, dont le chiffre d’affaires en 2014 a atteint 12,5 milliards d’euros. Le groupe de produits laitiers et de fromages français (notamment connu pour le camembert Président et les bouteilles de lait Lactel) confirme ainsi sa volonté de développement à l’international, récemment illustrée par le rachat de Brazil Foods au Brésil.

 

L’essentiel de l’activité du groupe AK Gida s’effectue en Turquie. Yildi, qui a récemment racheté United Biscuits (produisant notamment les marques Delacre et BN), avait tout d’abord envisagé d’introduire sa filiale laitière en Bourse avant de finalement choisir sa cession. 

Un marché prometteur

Ce rachat de 80% du capital d’AK Gida permet à Lactalis de mettre un pied en Turquie, et dans le même temps d’approcher les marchés du Proche et du Moyen-Orient, gros consommateurs de produits laitiers. Le groupe français dispose également de 5 usines en Egypte, 1 en Arabie Saoudite et de différentes représentations commerciales à Bahreïn et dans plusieurs Pays du Golfe.

 

Les géants de l’industrie agro-alimentaire sont déjà présents depuis plusieurs années dans cette région du monde qu’ils jugent très prometteuse. Danone ou Bel (fabricant de la célèbre Vache qui Rit) ont ainsi choisi d’y implanter des usines. Ce marché reste modeste dans le chiffre d’affaires global de ces groupes mais sa croissance est constante.