|  

Entreprises

Le groupe français Nexans décroche un contrat de 340 millions d’euros

Publié le 15.07.2015 à 14h01

Mis à jour le 15.07.2015 à 14h01

Par

Le groupe français Nexans décroche un contrat de 340 millions d’euros

C’est par voie de communiqué de presse que le fabricant de câbles Nexans a annoncé hier, mardi 14 juillet, avoir décroché un contrat d’un montant de 340 millions d’euros pour la conception, la fabrication et la pose de câbles sous-marins CCHT (courant continu haute tension) sur 730 kilomètres au large des côtes norvégiennes. Ce contrat a été signé avec les opérateurs publics des réseaux énergétiques norvégien et britannique.

Ce système de câbles va permettre à la Norvège et au Royaume-Uni de partager, à compter de 2021, jusqu’à 1 400 MW d’énergie verte.

Un système permettant le partage d’énergie

Le groupe Nexans a annoncé hier, par communiqué de presse, avoir décroché un contrat d’un montant de 340 millions d’euros auprès de Statnett SF, l’opérateur public du réseau énergétique norvégien et National Grid, son homologue britannique. Cette commande porte sur la conception, la fabrication et la mise en place d’un système de câbles sous-marins permettant au Royaume-Uni et à la Norvège de partager de l’énergie verte.

 

Avec ses 730 kilomètres de longueur, ce projet d’interconnexion des marchés énergétiques sous la Mer du Nord est la plus importante interconnexion électrique sous-marine au monde. L’achèvement des travaux est prévu pour 2021.

Des projets de grande ampleur

Le fabricant français de câbles Nexans précise dans son communiqué que cette liaison entre le Royaume-Uni et la Norvège est « destinée à développer les opportunités d’utilisation partagée d’énergie renouvelable ». Les câbles nécessaires à cette liaison NSN seront conçus et fabriqués dans l’usine Nexans de Halden, en Norvège.

 

Au sujet de ce contrat, Arnaud Poupart-Lafarge, Directeur Général de Nexans, a déclaré : « Forts de cette commande supplémentaire, nous pouvons nous prévaloir d’un carnet de commandes cumulé atteignant désormais 2 milliards d’euros ». En février dernier, le groupe français avait déjà remporté un contrat de grande ampleur, pour un montant de 500 millions d’euros. Ce projet permettant à l’Allemagne et à la Norvège de partager de l’énergie verte d’ici 2019, nécessite 700 kilomètres de câbles.