|  

Entreprises

Le groupe français Picard Surgelés à la conquête du marché japonais

Publié le 20.11.2014 à 17h26

Mis à jour le 20.11.2014 à 17h26

Par

Le groupe français Picard Surgelés à la conquête du marché japonais

Le géant du secteur des surgelés, élu en 2014 « enseigne préférée des Français », inaugure aujourd’hui un partenariat inédit avec le distributeur japonais Aeon. Cette collaboration consiste, dans une première phase, à installer des corners Picard proposant les recettes best-sellers de la marque dans 8 supermarchés à Tokyo et sa périphérie. 

La célèbre chaîne de surgelés étend pour la première fois son activité hors de la zone européenne. L’entreprise, qui atteint un chiffre d’affaires d’1,4 milliard d’euros avec un réseau de 920 magasins en France, se lance sur le marché nippon avec un positionnement haut de gamme.

Une stratégie internationale prudente

Les rayons réservés aux surgelés Picard dans les supermarchés japonais sont la première étape d’un dispositif qui prévoit la mise en place d’autres points de vente d’ici la fin de l’année. La direction de la chaîne de surgelés reste tout de même prudente et explique à l’AFP : « Nous aimerions ensuite ouvrir des magasins Picard au Japon comme il en existe en France à l’horizon 2016, mais nous allons d’abord observer la réaction des clients ».

 

Ce référencement auprès du grand distributeur japonais Aeon entre dans une stratégie d’internationalisation globale pour Picard Surgelés. L’entreprise centenaire ne dispose pour l’instant que d’une présence modeste au-delà des frontières hexagonales, avec quelques magasins en Belgique, en Italie, au Luxembourg et en Suède. L’objectif pour Picard est de réaliser entre 10% et 15% de ses ventes à l’étranger. 

Un marché à fort potentiel

Pour séduire une clientèle japonaise encore très frileuse sur les produits surgelés qui ont une mauvaise image au Pays du Soleil Levant, Picard mise sur un positionnement gastronomique français haut de gamme et s’appuie sur ses plus grands succès commerciaux comme le moelleux au chocolat ou le foie gras.

 

L’évolution des modes de consommation, notamment liée à la proportion croissante de femmes qui travaillent (avec moins de temps pour cuisiner), permet à Picard d’envisager sous les meilleurs auspices ce marché potentiel composé de 127 millions d’habitants. Picard espère également saisir cette opportunité en travaillant ses recettes en fonction des goûts culinaires asiatiques.