|  

Entreprises

Le groupe Planet Sushi placé en procédure de sauvegarde

Publié le 23.07.2014 à 9h56

Mis à jour le 23.07.2014 à 9h56

Par

Le groupe Planet Sushi placé en procédure de sauvegarde

La chaîne de restaurant Planet Sushi a été placée sous la protection du tribunal de commerce de Nanterre. Le groupe fait l’objet d’une procédure de sauvegarde depuis le 8 juillet pour une période de 6 mois.

La procédure de sauvegarde lancée par le tribunal de commerce de Nanterre à la demande de la chaîne de restaurants Planet Sushi ne concerne qu’une vingtaine de succursales détenues en nom propre dans Paris et en proche banlieue.

 

Planet Sushi est un concept de restauration japonaise et de livraison à domicile qui s’est développé en réseau de franchises depuis sa création en 1998. Le groupe réunit un peu plus de 60 établissements en France, 3 à Ibiza, 1 à Casablanca et 2 succursales à Miami.

« La procédure de sauvegarde n’est pas une calamité »

Créée par la Loi de sauvegarde des entreprises de 2005, la procédure de sauvegarde permet à toute entreprise qui le désire de bénéficier de mesures préventives pour résoudre des difficultés économiques. Il s’agit d’une mesure préventive même si le tribunal peut prononcer à l’issue de la période une procédure de redressement judiciaire ou une liquidation judiciaire.

 

Le fondateur de Planet Sushi, Siben N’Ser, précise qu’il « s’agit d’une mission de surveillance pas d’assistance » et il ajoute, « la procédure de sauvegarde n’est pas une calamité. Nous espérons en sortir dès décembre ».

 

Un administrateur judiciaire et un mandataire en relation avec les créanciers ont par ailleurs été désignés par le tribunal de commerce de Nanterre.

Planet Sushi doit reconstituer sa trésorerie

Siben N’Ser déclare « notre rentabilité est bonne. Nous sommes en plein retournement après une année 2013 difficile. Nous espérons sortir un EBE de 4 millions d’euros cette année, à comparer à 0,3 million en 2013, pour un chiffre d’affaires comparable à 43 millions ».

 

Il ajoute que cette procédure de sauvegarde fait suite à «  la non obtention auprès de la Direction départementale des finances publiques des Hauts-de-Seine d’un moratoire pour deux mois de charges, soit 1,2 million d’euros au total ».

 

La procédure de sauvegarde permettrait à l’entreprise de reconstituer sa trésorerie qu’elle porte  sur l’ensemble de son passif, soit près de 7 millions d’euros selon Siben N’Ser. De plus, le réseau de franchises continue d’augmenter avec une dizaine d’ouvertures en prévision d’ici à la fin de l’année en France et à l’étranger (Dubaï et Bogota).