|  

Entreprises

Le plan de travaux du parc nucléaire français booste l’activité de CMR

Publié le 24.04.2015 à 10h59

Mis à jour le 24.04.2015 à 10h59

Par

Le plan de travaux du parc nucléaire français booste l’activité de CMR

Avec le programme de grand carénage du parc nucléaire français, le spécialiste de l’électronique de précision CMR va remplacer plusieurs milliers de ses sondes dans les centrales. Ce dopage d’activité pour le géant du secteur des instruments de mesures de température lui permet d’envisager un objectif de chiffre d’affaires de 100 millions d’euros en 2017, soit une augmentation de 25% par rapport à ses résultats actuels. 

CMR a également misé sur la diversification de ses activités en proposant désormais ses services dans la fourniture d’armoires de distribution électrique. 

Un grand carénage

Les systèmes de contrôles, de mesures ainsi que de régulation de température des centrales nucléaires françaises doivent être changés dans le cadre d’un plan de travaux chiffré à 55 milliards d’euros d’ici 2025, afin de prolonger leur durée de vie. CMR est le plus important fournisseur d’EDF pour cette catégorie de services. Alstom, Clemessy, Areva et Spie figurent également parmi la liste des clients de CMR. En France, 58 réacteurs sont équipés de sondes qui doivent être changées par le groupe.

 

En parallèle de ce plan de carénage, un programme de qualification (à hauteur de 1,7 million d’euros) est actuellement en cours afin d’adapter les capteurs CMR à la nouvelle technologie des réacteurs nucléaires EPR. 

Diversification et développement

Le groupe, créé en 1959, actif dans l’électronique de précision dans les moteurs pour les secteurs de la marine, de l’offshore, de l’industrie minière et des sites de production d’énergie, poursuit sa diversification avec la fourniture d’armoires de distribution électrique.

 

Fort de ce déploiement massif de son activité, CMR annonce ainsi des prévisions de croissance annuelle en hausse de 5%. Le groupe, déjà présent en Chine, en Inde, en Grande-Bretagne, aux USA et en Corée du Sud, a également des objectifs au niveau international. Son Président, Pascal Fouache, explique : « Notre ambition est de parvenir à réaliser la moitié de notre activité dans le nucléaire à l’étranger contre 20% aujourd’hui ».