|  

Acquisition

Le projet de rachat de Mr Bricolage par Kingfisher tombe à l’eau

Publié le 31.03.2015 à 10h43

Mis à jour le 31.03.2015 à 10h43

Par

Le projet de rachat de Mr Bricolage par Kingfisher tombe à l’eau

Annoncée en avril 2014, l’acquisition de la coopérative française Mr Bricolage par le britannique Kingfisher n’aura finalement pas lieu. En effet, ce mariage n’a pas répondu aux exigences de l’Autorité de la Concurrence, qui demandait aux protagonistes de cette opération de renoncer à certains magasins. Aucun terrain d’entente n’a pu être trouvé. 

Cette transaction aurait pu donner naissance à groupe détenant à lui seul 43% du marché français du bricolage. 

Point de divergence

Propriétaire de Brico Dépôt et de Castorama, Kingfisher souhaitait un mariage avec le réseau Mr Bricolage. Comme le veut la procédure pour un cas de concentration, l’Autorité de la Concurrence a examiné le niveau de concurrence par zone de chalandise et a pointé la nécessité d’exclure certains points de vente, principale raison de l’échec de cette alliance amorcée.

 

Si Kingfisher, leader européen du secteur du bricolage, dit envisager « toutes les options » pour obtenir réparation face à cette impasse, la direction de Mr Bricolage maintient avoir honoré ses engagements. Eric Bilhaut, Directeur Financier de Mr Bricolage explique que si l’enseigne française « a respecté tous les accords avec KingFisher. (…) Le nombre de magasins à céder était nettement plus élevé que prévu. Le conseil d’administration n’a pas accepté les engagements proposés par Kingfisher. Ensuite, nous souhaitions éviter des sorties définitives de magasins, en leur proposant un contrat d’affilié sans enseigne. Mais sur ce point, l’Autorité de la Concurrence n’a pas donné d’accord pour permettre de façon systématique ce transfert ». 

Des perspectives financières rassurantes

Malgré cette tentative infructueuse, Mr Bricolage, réseau rassemblant 797 magasins en France, reste optimiste pour l’avenir. Le groupe français qui a réalisé 2,2 milliards de chiffre d’affaires l’an dernier, a vu son résultat net passer de 6,8 millions d’euros en 2013 à 14 millions d’euros en 2014.

 

Eric Bilhaut commente ainsi la situation économique de Mr Bricolage : « Notre situation financière s’est améliorée en 2014. Nous avons les capacités de poursuivre notre croissance de manière indépendante. Nous prévoyons 20 ouvertures en 2015. Notre projet de mariage avec Kingfisher n’a pas ralenti l’atteinte de nos objectifs ».