|  

Emploi

Le secteur aéronautique peine à recruter faute de candidats qualifiés

Publié le 10.04.2015 à 14h02

Mis à jour le 10.04.2015 à 14h02

Par

Le secteur aéronautique peine à recruter faute de candidats qualifiés

L’aéronautique française, qui a pourtant déjà recruté 10 000 personnes l’année dernière, constate une pénurie de candidatures pour des emplois d’ouvriers qualifiés. 2000 postes restent vacants dans ce secteur dont les acteurs doivent désormais parfois se tourner vers d’autres pays pour renforcer leurs effectifs.

Cette situation paradoxale, dans un pays qui compte 6 millions de demandeurs d’emplois, ne décourage pas les industriels qui se tournent vers la formation en alternance et l’emploi des jeunes pour créer un nouveau vivier de compétences.

Des métiers qui n’attirent pas assez les jeunes diplômés

Certains métiers souffrent plus que d’autres des difficultés de recrutement. Ainsi, les ingénieurs restent attirés par le secteur de l’aéronautique tandis que les métiers liés à la production sont moins plébiscités par les jeunes diplômés. Les départs à la retraite des différents ajusteurs, soudeurs, chaudronniers et monteurs peinent à trouver une relève.

 

Marwan Lahoud, Président du GIFAS (Groupement des Industries Françaises Aéronautiques et Spatiales), explique ainsi que des groupes tels que Airbus, mais aussi ses sous-traitants, ont du mal à recruter : « Ces métiers suscitent peu d’engouement chez les jeunes, car ils sont mal connus. Nous nous heurtons aussi à un problème de formation. Les lycées professionnels ne forment pas assez de jeunes à ces métiers. (…) Il reste pas loin de 2000 postes à pourvoir ».

Recrutements à l’étranger et formation

Depuis 2010, le secteur aéronautique a embauché 59 000 salariés. En 2014, ce sont 10 000 nouvelles personnes (dont 2000 créations de postes) qui ont rejoint les grands groupes aéronautiques français. Pourtant, cela ne suffit pas. Marwan Lahoud raconte : « Récemment, une entreprise du secteur a dû recruter des usineurs en Pologne et en Tunisie, faute de candidats en France ».

 

Pour résoudre ce problème, les industriels de l’aéronautique concentrent leur action vers la formation des jeunes. Ce sont ainsi 6000 stages en alternance qui seront proposés en 2015. L’accent sera également mis sur le dispositif de « parcours partagé » qui permet aux petites entreprises du secteur de partager leurs jeunes employés en alternance.