|  

Entreprises

Le volailler Tilly-Sabco mis en liquidation judiciaire

Publié le 30.09.2014 à 15h25

Mis à jour le 30.09.2014 à 15h25

Par

Le volailler Tilly-Sabco mis en liquidation judiciaire

L'abattoir de volailles Tilly-Sabco vient d’être placé en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce de Brest, qui lui accorde un sursis de deux mois pour trouver un repreneur.

Le volailler Tilly-Sabco, qui emploie 326 personnes à Guerlesquin dans le Finistère et qui travaille avec plusieurs centaines d'éleveurs en Bretagne, a été mis en liquidation judiciaire mardi 30 septembre par le tribunal de commerce de Brest. Il va être en mesure de poursuivre son activité jusqu'au 30 novembre, soit deux mois pendant lesquels il  pourra organiser un plan de sauvetage.

Les freins à l’exportation

Tilly-Sabco, spécialisé dans la production de volailles destinées à l’export, notamment sur les marchés du Moyen-Orient, a été lourdement pénalisé par la fin des aides européennes à l'exportation en juillet 2013, comme son concurrent Doux, premier exportateur européen de volaille et de produits élaborés à base de volaille, qui se remet d'une longue période de redressement judiciaire.

 

D’autre part, la parité euro-dollar exerce toujours une pression commerciale défavorable sur les exportations de l’entreprise française, qui ne lui permet pas de rester compétitive face à ses concurrents brésiliens avec qui elle se partage le marché du Moyen-Orient.

326 emplois menacés

Ce sursis a été demandé par Daniel Sauvaget, le directeur de Tilly-Sabco, pour lui permettre d’organiser une reprise du site par un partenaire extérieur. Jusqu’ici, aucune offre n'a été officiellement déposée mais des contacts auraient été pris auprès de professionnels étrangers de la filière volaille.

 

Ce délai de deux mois va aussi permettre aux 326 salariés qui travaillent chez Tilly-Sabco de garder espoir, même si, semble-t-il, les chances d'une reprise des actifs sont minces. Mais la situation ne peut pas durer comme ça, Daniel Sauvaget explique qu'il perd de l'ordre de 300 euros par tonne de poulets congelés expédiés au Moyen-Orient.

 

C’est toute une filière qui dépend de Tilly-Sabco dans le Finistère, une centaine d'éleveurs, adhérents de la coopérative Nutréa dont le siège social est situé à Languidic (Morbihan). La fermeture de Tilly-Sabco serait une catastrophe pour l'économie bretonne déjà marquée au cours des derniers mois par les difficultés des usines Gad et Marine Harvest.