|  

Economie

Les boutiques éphémères désormais prisées par les grandes enseignes

Publié le 01.06.2015 à 14h04

Mis à jour le 01.06.2015 à 14h04

Par

Les boutiques éphémères désormais prisées par les grandes enseignes

Qu’elles ouvrent leurs portes pour seulement quelques jours, quelques semaines ou quelques mois, les boutiques éphémères rencontrent un succès grandissant. Si ce concept de pop-up stores a longtemps été associé aux petites marques en quête de notoriété, les plus grands groupes commerciaux et les collectivités s’intéressent maintenant de près à ces boutiques alliant flexibilité et visibilité.   

Cette tendance venue des Etats-Unis permet notamment aux entreprises de présenter les nouveautés de leurs offres commerciales, de manière décalée et inédite. 

Un concept attractif

L’Hôtel Pasteur de Rennes, qui abritait une faculté dentaire, sera désormais destiné à accueillir des événements ponctuels de toutes natures. A l’image de ce site, de nombreux emplacements sont choisis par des marques pour la mise en place de pop-up stores. Ces boutiques éphémères peuvent aussi bien s’inscrire dans un centre commercial à forte fréquentation que dans un quartier peu achalandé, permettant ainsi de créer une animation nouvelle.

 

Pour présenter son nouveau GPS, le spécialiste de l’information routière Coyote a ainsi choisi d’ouvrir des boutiques éphémères à Bordeaux, à Dijon ou encore à Lille. En avril dernier, Monoprix a ouvert son pop-up store dans le Marais à Paris pour présenter sa nouvelle collection consacrée au confort de la maison. La démarche est ainsi expliquée par cet acteur de la grande distribution : « Dans ce type de boutique, les gens viennent chercher de l’émotion. Elle nous a permis d’explorer de nouveaux territoires et d’offrir à nos clients une expérience inédite ». 

Des locaux flexibles

Symbole du succès de ce concept, la place de marché Pop Up Immo, basée à Paris, permet aux entreprises de louer un espace parmi un choix de 500 boutiques « pour quelques heures, une journée, une semaine, un ou deux mois » selon les termes de Mohamed Haouache, dirigeant de la structure. Il poursuit : « les enseignes qui les occupent recherchent la flexibilité à moindre coût » pour des prix variant en fonction de la surface, entre « 150 € par jour pour les plus petites et plusieurs milliers d’euros pour les surfaces de taille très importante ».

 

Un sondage Ipsos, commandé par la plateforme de commerce éphémère HopShop, indique que 86% des consommateurs pensent qu’un pop-up store permet aux jeunes créateurs de se faire connaître, 78% que c’est un « bon moyen de mettre de l’animation », et 68% reconnaissent avoir été intrigués par leur visite d’une boutique éphémère.