|  

Entreprises

Les Galeries Lafayette en lice pour reprendre le bail de Virgin

Publié le 07.10.2014 à 16h45

Mis à jour le 07.10.2014 à 16h45

Par

Les Galeries Lafayette en lice pour reprendre le bail de Virgin

Inoccupés depuis la faillite du Virgin Megastore en juin 2013, les locaux du 52 avenue des Champs Elysées vont devenir "le nouveau flagship de référence des Galeries Lafayette aux côtés du magasin historique du boulevard Haussmann" a annoncé hier l’entreprise familiale française dans un communiqué.

L’emplacement qui compte 9 000 mètres carrés est détenu par le fonds Qatar Investment Authority. L’immeuble des années 30 avait été racheté à Groupama pour 500 millions d’euros en 2012. La reprise du bail devrait être effective au plus tard fin 2014.

Des négociations exclusives

En reprenant cette surface de vente, parmi les plus grandes de l’avenue des Champs Elysées, les Galeries Lafayette concrétisent un projet de longue date puisque la direction avait déjà entamé des négociations en 2010 avec les anciens propriétaires. L’accord avait alors échoué en raison du montant du loyer demandé. 

 

La société de textile Primark et le groupe Volkswagen étaient également intéressés par la reprise du bail du magasin de produits culturels Virgin Megastore. Notamment grâce à leur parfaite connaissance technique du bâtiment, ce sont les Galeries Lafayette qui ont mené en exclusivité les négociations avec le fonds qatari.

 

L’ouverture du magasin est prévue pour 2018 en raison de l’importance des travaux nécessaires à la remise aux normes. 

Une adresse mythique

La superficie totale de ce bâtiment à l’adresse prestigieuse (qui abrite également un Monoprix et des bureaux) est de 26 000 mètres carrés.

 

Avec 25 millions de visiteurs par an, l’avenue des Champs Elysées représente un lieu stratégique pour l’enseigne de grands magasins qui n’a pas révélé le montant du loyer. Une information permet néanmoins d’avoir un ordre d’idée à ce sujet : un budget de 17 millions d’euros après travaux avait été évoqué en 2013 concernant la potentielle reprise du bail par Volkswagen.

 

Pour rentabiliser ces frais colossaux, les Galeries Lafayette peuvent s’appuyer sur les autorisations d’ouverture dominicale en vigueur dans ce secteur touristique.