|  

Emploi

Michel-Edouard Leclerc va créer 10 000 emplois en 3 ans dans le web

Publié le 16.04.2015 à 11h16

Mis à jour le 16.04.2015 à 11h16

Par

Michel-Edouard Leclerc va créer 10 000 emplois en 3 ans dans le web

Le patron des enseignes Leclerc a choisi de miser sur un développement de grande envergure pour la partie web de son activité. Michel-Edouard Leclerc a ainsi déclaré prévoir un investissement d’un milliard d’euros dans le numérique. Le groupe français de grande distribution devrait recruter 10 000 nouveaux salariés en trois ans pour réussir son ambitieux pari : devenir un géant d’Internet. 

Selon le PDG de Leclerc, ce tournant numérique ne devrait causer aucune suppression d’emploi dans les hypermarchés du réseau. 

Un engagement fort

Michel-Edouard Leclerc est catégorique : « Je m’engage à créer 10 000 emplois nets en trois ans ». Cette vague massive de recrutements répond au nouveau challenge que s’apprête à relever le groupe, celui de devenir, à l’instar d’Amazon, un acteur incontournable du web.

 

Pour y parvenir, Leclerc se donne d’importants moyens puisque le distributeur compte investir un milliard d’euros dans ce virage stratégique. Le PDG explique : «  Demain nos enfants iront d’abord chercher les marques sur Internet et une fois la marque trouvée, ils regarderont où elle est. Donc, il faut construire un grand portail Internet. (…) Cela va nécessiter 20-30 millions d’euros d’investissements par an et 500-600 millions d’euros par an en logistique ». 

Un positionnement nouveau

Actuellement, le chiffre d’affaires de Leclerc sur le web est de 2 milliards d’euros. Le groupe français compte notamment s’appuyer sur les drives pour booster son activité online puisque ces commandes à retirer en magasin sont effectuées depuis Internet. L’enseigne de grande distribution, dont le chiffre d’affaires global 2014 était en hausse de 1,8 %, souhaite désormais se positionner comme un concurrent du géant américain Amazon et plus seulement comme un adversaire de Carrefour ou Auchan.

 

D’autre part, « le groupe va également moderniser tout le parc d’hypers et regrouper l’offre non alimentaire en sept univers avec de nouvelles marques de distributeur ».