|  

Emploi

Pernod Ricard considère la suppression de 900 emplois

Publié le 30.07.2014 à 11h20

Mis à jour le 30.07.2014 à 11h20

Par

Pernod Ricard considère la suppression de 900 emplois

Le Groupe Pernod Ricard a annoncé la suppression de 900 emplois dans le monde. Dans le cadre de son plan d’économie Allegro, le leader mondial des vins et spiritueux prévoit de réaliser 150 millions d’euros d’économies.

En février dernier, le Groupe Pernod Ricard a annoncé un plan de restructuration à l’échelle mondiale appelé « Allegro », destiné à économiser 150 millions d’euros sur trois ans. A la suite d’un comité de groupe, Force Ouvrière a fait savoir que le plan de restructuration concernerait 900 emplois.

Pernod Ricard en chiffres

Pernod Ricard emploie près de 20 000 salariés dans ses 98 usines à travers le monde. En 2013, le groupe a réalisé un chiffre d’affaires de 8,4 milliards d’euros pour un résultat net de près de 1,2 milliard d’euro.

 

Le modèle de développement du Groupe Pernod Ricard repose notamment sur un portefeuille de marques internationales Premium. Le groupe possède quatorze marques de vin et spiritueux stratégiques : Ricard, Chivas Regal, Absolut, Ballantine's, Jameson, Malibu, Havana Club, Beefeater, Martell, Kahlua, The Glenlivet, Mumm, Perrier-Jouët et Royal Salute.

 

Son développement repose aussi sur un modèle décentralisé, une forte culture entrepreneuriale et un engagement sociétal et environnemental historique.

100 emplois sur 900 devraient être supprimés en France

Les suppressions d’emplois ne devraient pas toucher l’appareil de production, selon la direction. Le plan « Allegro » concernera pour l’essentiel uniquement les services administratifs, les directions des affaires financières, les ressources humaines et les centres de recherches.

 

Certains pays seront plus affectés que d’autres, en Thaïlande notamment les effectifs vont être divisés par deux, avait annoncé en février dernier Pierre Pringuet, le patron du groupe.

 

FO précise par ailleurs que le nombre d’emplois concernés « est susceptible de changer au cours des négociations». En France, le syndicat estime qu’une centaine de personnes devraient « effectivement » perdre leurs emplois, grâce au programme de reclassement prévu à Marseille.

Ralentissement des ventes en Chine

Pernod Ricard a été contraint de mettre en place le plan « Allegro » en réaction de la baisse de 18% de ses ventes en Chine, qui l’a pénalisée de quatre points de croissance au premier semestre 2013-2014.

 

Pierre Pringuet a indiqué lors de la présentation des résultats du premier semestre, « nous n’attendons aucune amélioration sur le marché chinois pour le reste de l’année ».

 

Par conséquent, le groupe a dû revoir ses prévisions de croissance annuelle à la baisse, entre 1 et 3%, au lieu des 4 à 5% initialement prévus.