|  

Cession

Siemens et Mitsubishi associés dans le rachat d’Alstom

Publié le 12.06.2014 à 12h29

Mis à jour le 12.06.2014 à 12h29

Par

Siemens et Mitsubishi associés dans le rachat d’Alstom

Le groupe allemand Siemens et le groupe japonais Mitsubishi Heavy Industries étudient en ce moment « une possible offre conjointe pour certains actifs » de la branche énergie d’Alstom.

Le japonais Mitsubishi Heavy Industries (MHI) vient de faire son entrée dans le dossier Alstom, expliquant « avoir été invité par Siemens à se joindre à lui ». Siemens à Münich a répondu que « le Japon a les mêmes problèmes que […] l’Europe » pour « l’accès aux sources d’énergies. C’est pourquoi nous avons voulu impliquer notre partenaire japonais […] dans les activités produisant […] de l’énergie ».

Alternative d’une « alliance entre égaux »

L’offre commune devrait être présentée au plus tard lundi, soit une semaine avant l’expiration de celle de General Electric, à l’étude depuis plus d’un mois chez Alstom.

 

Une source proche du dossier indique qu’il s’agit « davantage d’une offre MHI avec un appui de Siemens », qui serait intéressé par les turbines vapeur d’Alstom et ses activités dans les réseaux de transport d’électricité.

 

Quant à Siemens, il reste intéressé par les turbines à gaz et propose à Alstom d’apporter une grande part de son activité dans le transport pour la renforcer.

 

La proposition de MHI est imaginée comme un maintien d’Alstom, « le groupe joue l’alliance entre égaux », ce qui pourrait impliquer, comme le demandait le gouvernement à General Electric un « partenariat » via des sociétés communes et non plus un rachat.

 

Une source proche du gouvernement indique qu’un « groupe japonais qui propose un partenariat, ce n’est pas la même chose qu’un américain qui propose un rachat ».

 

Mais, rien ne dit que l’option Siemens-MHI ait les faveurs du conseil d’administration et des actionnaires d’Alstom, car dans l’entourage de l’équipementier français on craint un « démantèlement ».