|  

Entreprises

Transdev et la RATP unissent leurs forces en Asie

Publié le 07.08.2014 à 16h29

Mis à jour le 07.08.2014 à 16h29

Par

Transdev et la RATP unissent leurs forces en Asie

Transdev et RATP Développement font le choix de s'unir pour se développer sur l’immense marché asiatique. Leurs activités se répartissent dans une filiale commune en Inde, en Chine ou en Corée du Nord.

Pour réussir en Asie, RATP Dev (filiale de la RATP à l’international) et Veolia Transport, devenue Transdev, combinent leurs forces sur le marché du transport en commun.

Des expertises mises en commun

Cyrille du Peloux, le directeur général de Veolia Transport, expliquait il y a quelques temps «nous voulions accélérer notre développement sur cette zone, et nous avons pensé que nous irions plus vite à deux que tous seuls ».

 

Transdev amène sa très bonne connaissance de l'Asie et des contrats en cours alors que la RATP met à disposition son expertise du métro et ses compétences dans l'intermodalité (concept qui implique l'utilisation de plusieurs modes de transport au cours d'un même déplacement).

 

Par ailleurs, la coentreprise a failli tourner court car la RATP cherchait à prendre seule le contrôle de la filiale.

Rentabilité des contrats

La filiale génère 120 millions d’euros de chiffre d’affaires. Elle s’occupe des 9 lignes du métro de Séoul ainsi que du tramway de Hong Kong (75 millions de trajets par an).

 

La coentreprise en juin dernier a mis en service la première ligne du métro de Bombay, en Inde. En Chine, elle gère plus de 2500 bus du réseau de Nanjing.

 

A l’étranger, tous les contrats de la filiale sont rentables, ce qui n’est pas toujours le cas en France.

 

Cyril Carniel et Richard Dujardin, responsables des activités asiatiques de RATP Dev et Transdev, assurent que rendre des comptes à deux conseils d’administration différents ne gène pas la bonne marche des affaires. Richard Dujardin explique qu’« initialement, cela a pu représenter un frein, mais nous avons vraiment fluidifié le processus de décision. Lorsque le contrat de Séoul a été prolongé, en octobre dernier, nous avons dû faire 4 ou 5 choix assez lourds dans l'heure. Cela s'est fait sans problème ».