Culture, production de fruits, légumes dans le département Martinique (972) - page 1

Liste des sociétés ayant pour activité "Culture, production de fruits, légumes" dans le département Martinique (972) - page 1

EDDIE THEOTISTE

97270 SAINT-ESPRIT

PAQUEMAR SARL

97280 VAUCLIN

DESIRE FINOLY

97270 SAINT-ESPRIT

MICHEL NOUGUIER

97227 SAINTE-ANNE

YVON GUIGNE

97218 BASSE-POINTE

GABY DANTIN

97230 SAINTE-MARIE

JOEL DELIN

97213 GROS-MORNE

ERIC CAUFOUR

97233 SCHOELCHER

ROGER PAM

97230 SAINTE-MARIE

GFA POTICHE

97218 MACOUBA

CHANTAL COROSINE

97232 LE LAMENTIN

CLAUDE ANACHARSIS

97240 LE FRANCOIS

YANNICK FORTUNEE

97232 LE LAMENTIN

ALEX AUGUSTIN

97214 LORRAIN

FABRICE DANTIN

97230 SAINTE-MARIE

MARGUERITE DUVAL

97270 SAINT-ESPRIT

ALAIN MARIE-CALIXTE

97213 GROS-MORNE

MARCEL CAMON

97213 GROS-MORNE

GEORGES RUSTIQUE

97270 SAINT-ESPRIT

GUY NOUVET

97231 LE ROBERT

OLIVIER DOLPHIN

97250 FONDS-SAINT-DENIS

GUY MEYAPIN

97230 SAINTE-MARIE

THIERRY ELOIDIN

97225 MARIGOT

RAYMOND LUBIN

97270 SAINT-ESPRIT

SCEA HABITATION LA HUVET

97200 FORT-DE-FRANCE

SCEA BONIFACE

97220 TRINITE

PIERRE AMANT

97270 SAINT-ESPRIT

EARL BON REPOS

97214 LORRAIN

RENEL DAMAS

97260 LE MORNE-ROUGE

OPLANE

97230 SAINTE-MARIE

ALEXANDRE TERNE

97214 LORRAIN

MACAIRE PIDERI

97240 LE FRANCOIS

HABITATION PROVIDENCE

97270 SAINT-ESPRIT

AGRI-CARAIBES

97280 VAUCLIN

SYLVAIN SINOVASSIN-NAIK

97218 BASSE-POINTE

MARCIENNE GARLIOTTE

97227 SAINTE-ANNE

HILAIRE NOVILLO

97213 GROS-MORNE

ORCHIDEES PLUS

97270 SAINT-ESPRIT

HABITATION CAPOTE

97218 BASSE-POINTE

FRED MALDEBAULT

97220 TRINITE

XAVIER GRANGERAC

97216 AJOUPA BOUILLON

THIERRY CLIO

97280 VAUCLIN

JEAN MARRY

97216 AJOUPA BOUILLON

JOEL PRIVAT

97270 SAINT-ESPRIT

LEO EGARNES

97280 VAUCLIN

MAURICE JUBENOT

97250 SAINT-PIERRE

RAMI BELLANCE

97230 SAINTE-MARIE

FIJO

97230 SAINTE-MARIE

BAN-HACKAERT

97218 BASSE-POINTE

JOSEPH VILDEUIL

97214 LORRAIN

PATRICK MARIE-CALIXTE

97212 SAINT-JOSEPH

SCEA FLEURY

97232 LE LAMENTIN

ALICE HUBERT

97213 GROS-MORNE

RENAUD EUGENE

97250 SAINT-PIERRE

LUCIENNE TORON

97260 LE MORNE-ROUGE

GRENADIERE

97232 LE LAMENTIN

ADELINE CHARLES

97212 SAINT-JOSEPH

NAZAIRE DEMONIERE

97218 BASSE-POINTE

ALIZE EARL

97240 LE FRANCOIS

REGALE

97270 SAINT-ESPRIT

MICHEL MARIE

97218 BASSE-POINTE

ALICE ACCAMAH

97216 AJOUPA BOUILLON

BLANCHETTE

97232 LE LAMENTIN

HERVE ALEXANDRINE

97213 GROS-MORNE
Exportez votre liste d'entreprises

En savoir plus

Depuis près de 300 ans, la culture des bananes et plantins fait partie intégrante du paysage économique de la Martinique. Pendant ce laps de temps, la filière a connu des hauts – pendant les Trente Glorieuses, notamment – mais aussi des périodes plus difficile, telles qu’au début des années 2000, avec une pression concurrentielle de plus en plus prégnante. 

L’importance de la filière « banane antillaise » pour l’économie martiniquaise

Pour l’INSEE, la sous-classe 01.22Z englobe les cultures des fruits tropicaux et subtropicaux, dont la banane, cette description ne suffit évidemment pas à cerner le « poids » que représente la filière « banane antillaise » pour l’économie martiniquaise.
Ce secteur fait aujourd’hui face à d’importants défis – environnementaux, notamment – sa résilience reste l’un de ses principaux atouts. Il représente un gisement d’emplois remarquable pour une île antillaise qui souffre d’un fort taux de chômage.

1736 : plantation des premiers bananiers

Les premiers bananiers plantins ont été plantés en Martinique en 1736, pendant les heures sombres de l’esclavage. Toutefois, contrairement à la canne à sucre, la banane était essentiellement consommée par les populations locales, et non exportée vers la métropole. 

A la fin du XXIème siècle, la banne dessert a été introduite, et son commerce a timidement commencé à se développer, même si la production restait alors en très grande majorité à vocation de culture vivrière. L’envol du secteur s’est donc révélé assez tardif, autour des années 50, mais il n’en a pas moins été spectaculaire – ainsi, pour exemple, les Antilles exportaient à peine plus de 75 000 tonnes de bananes au sortir de la Seconde Guerre Mondiale contre … plus de 250 000 tonnes en 1960, et environ 270 000 tonnes aujourd’hui.

Ensuite, avec l’implémentation du marché commun européen, en 1993, la préférence nationale a disparu, et la « banane de Martinique » s’est retrouvée face à des offres concurrentes aux prix « cassés », provenant notamment d’Amérique du Sud. En outre, les acteurs antillais du marché étaient tout simplement trop nombreux pour lutter efficacement contre cette pression concurrentielle.

L’apparition de l’UGPBAN (Union des Groupements de Producteurs de BANanes), en 2003, a permis à la filière de passer à une unification. Les efforts placés sur le marketing et la communication, au travers du ruban tricolore notamment, ont également porté leurs fruits. 

Mieux connaître la banane pour mieux comprendre les acteurs du marché

Si la banane fait désormais partie des fruits que l’on a l’habitude de trouver sans difficulté en grande surface, son exportation depuis les Antilles jusque dans l’Hexagone n’a pas toujours été simple, et pendant longtemps, cela lui a conféré le statut de « fruit de luxe ». Il s’agit en effet d’un produit plutôt fragile, qu’il faut veiller à bien emballer et à ne pas faire subir de chocs. Qui plus est, le temps nécessaire pour qu’un bananier arrive au stade de permettre une récolte, il faut compter neuf mois. En outre, une fois cueilli, un régime doit être transporté aussi rapidement que possible vers son point de vente.

Afin de contourner ce problème, les bananes sont acheminées vertes, et passent en mûrisserie pour simuler, de façon artificielle, le processus de maturation qui lui donnera sa couleur jaune si caractéristique. En tout état de cause, toutes les difficultés logistiques ont toutes été surmontées (avec la ventilation dans les cales des navires, par exemple, afin de retarder le mûrissement des régimes).

Le trafic mondial de ce fruit équivalait à environ 213 000 tonnes en 1900, il représente aujourd’hui plus de 18 millions de tonnes.

Une implantation très poussée en Martinique

En Martinique, la production de bananes couvre près de 6 000 hectares, se remettant doucement des effets dévastateurs de l’ouragan Maria en 2017. On retrouve le bananier dans la quasi-totalité des jardins, tant publics que chez les particuliers. Les exploitations agricoles se concentrent dans trois zones de l’île.

Le nord de l’ile, s’étendant depuis Macouba jusqu’à la Trinité, et englobant notamment les pentes de la montagne Pelée – dont Ajoupa-Bouillon – abrite ainsi de très nombreuses bananeraies.

A elle-seule, la commune du Lorrain accueille près du quart de tous les producteurs martiniquais.

Ces derniers sont également très présents dans le centre de l’île, entre le Lamentin, le Robert et le Saint-Joseph – avec 10% des producteurs uniquement dans le Lamentin, dont quelques-uns des plus gros acteurs du marché.

Enfin, le Sud est un peu moins concerné, mais les communes du François, et de Rivière-Pilote jusqu’au Saint-Esprit, par exemple, restent imprégnées par cette culture. Le fait que la production de banane soit si développée en Martinique, avec 400 producteurs, s’explique notamment par son climat idéal, caractérisé par une chaleur uniforme – autour de 26°c – une forte humidité et la richesse des terres volcaniques.

Une filière économique au fort potentiel, mais qui doit faire face à des menaces

Rappelons, tout d’abord, que chaque semaine, ce sont près de 250 conteneurs – avec 27 millions de bananes – qui transitent depuis la Martinique ou la Guadeloupe à destination de l’Europe, et qu’une ligne de fret spécifique a dû être mise en place.

L’union fait la force

Vous constaterez que nous avons ici fait le choix de regrouper les volumes produits en Martinique et en Guadeloupe, et cela ne doit rien au hasard, car les producteurs de ces deux îles des Antilles se sont alliés pour constituer une filière plus puissante face à leurs rivaux internationaux. Celle-ci porte le nom de « Banane de Guadeloupe & Martinique », et elle occupe une place prépondérante dans l’économie de ces deux îles. 

Au sein de l’UGPBAN précédemment évoquée, l’objectif est à présent de sécuriser l’avenir de cette filière, et de développer encore davantage l’emploi. Pour ce faire, il s’agit de garantir un niveau d’activité tout au long de l’année, qui soit moins sensible qu’actuellement aux événements climatiques et aux éventuels soubresauts des cours du marché. En outre, un effort important a été engagé – avec l’aide des pouvoirs publics – sur la formation des salariés concernés, pour maintenir leur employabilité pendant toute leur vie professionnelle, et pour permettre également des évolutions de postes.

A l’heure actuelle, cette filière représente plus de 10 000 emplois, soit environ 5% des actifs, et 60% des salariés agricoles en Martinique travaillent en son sein, autour d’une trentaine de compétences professionnelles distinctes. Pour les jeunes qui entrent sur le marché du travail, ce secteur peut indéniablement être porteur de nombreuses opportunités.


Les enjeux de demain

Il est certain que la banane de Martinique doit encore faire face à une concurrence internationale « zélée », dont certains acteurs n’hésitent pas à se servir de produits chimiques – dont le tristement célèbre chlordécone, désormais interdit dans toutes les bananeraies des Antilles françaises – pour accroître leur productivité. Les clients sont néanmoins demandeurs de davantage de transparence, et de pratiques plus vertueuses vis-à-vis du respect de l’environnement.

Une utilisation en baisse des produits chimiques

Ainsi, même si d’aucuns jugent les normes actuelles d’importation laxistes vis-à-vis de certains producteurs latino-américains peu regardants vis-à-vis des pesticides, le prix n’est plus le seul critère d’achat des ménages. C’est une excellente nouvelle pour l’avenir de la filière en Martinique, car les producteurs locaux sont d’ores et déjà parvenus à réduire de plus de 65% leur utilisation de produits chimiques, avec l’objectif d’arriver à une disparition quasi-totale de ces pratiques pour 2020.

La création de l’Institut Technique Tropical 

Outre la suppression des perturbateurs endocriniens, la protection de la biodiversité fait également partie des enjeux actuels, et plusieurs initiatives louables vont dans ce sens, dont la création de l’IT2 (Institut Technique Tropical), réputé pour la qualité de ses travaux, ainsi que la signature des Plan Banane Durable I et II, avec le ministère de l’Agriculture.

La Cirad 925, une banane « bio »

Enfin, si le concept de production de bananes « bio » en Martinique a longtemps été sujette à caution, du fait de problèmes de rentabilité de cette forme de culture dans les zones tropicales, ce modèle économique a fait son apparition depuis cette année seulement, au travers d’une variété très spécifique, la Cirad 925. On le voit, les initiatives pour le développement de la « banane de demain » ne manquent pas dans le département du 972, et les nombreuses opportunités d’emplois à la clé poussent à espérer qu’elles se concrétiseront pleinement.

Les données clés de l'activité "Culture, production de fruits, légumes" dans le département Martinique (972)

Nombre total d'entreprises
2139
entreprises
Répartition par taille d'entreprises
Nombre de créations au cours des 6 derniers mois
Parité Homme/Femme

Ça pourrait vous intéresser

Des analyses

Ces analyses pourraient retenir votre attention