Les atouts économiques de : Clermont ferrand (63)

Liste des secteurs d'activités disponibles pour les entreprises implantées à Clermont ferrand

Exportez votre liste d'entreprises

En savoir plus

Les données clés des entreprises implantées à Clermont ferrand

Nombre total d'entreprises
21 812
entreprises
Âge moyen
15 an(s)
 
Répartition par taille d'entreprises
Indice de dynamisme
0%
-10
10


Clermont-Ferrand et ses quelques 139 000 habitants ne bénéficient pas de l’aura de Lyon, sa plus grande concurrente régionale. Pourtant, la ville noire s’avère être aussi une commune dynamique, reconnue comme l’une des métropoles de taille intermédiaires les plus attractives du pays.

Une métropole dynamique développée autour d’une butte volcanique

Si Clermont se trouve à proximité de volcans endormis il y a déjà des centaines d’années, elle n’en demeure pas moins une cité pleine de vie, au cadre de vie avantageux. 

Une région facile d’accès pour tous les français

Clermont-Ferrand telle que nous la connaissons aujourd’hui est née de l’union de Clermont et Montferrand au 17ème siècle. Cette ville, préfecture du département du Puy-de-Dôme, s'est développée autour d'une butte volcanique. Située entre la Chaîne des Puys, potentiellement active selon les vulcanologues, et la Plaine de Limagne, elle a la particularité de n’être traversée par aucune rivière.
Se trouvant à l’intersection de deux autoroutes, l’A71 (Nord/Sud) et l’A89 (Est/Ouest), la métropole est accessible des 4 coins de l’Hexagone en moins d’une journée de transport. 

L’Aéroport de Clermont-Ferrand-Auvergne est localisé à un peu plus de 7 kilomètres à l’est du centre-ville. Il se classe parmi les 30 premiers aéroports français et propose une trentaine de destinations dont plus de la moitié sont des destinations étrangères européennes.

Une population relativement jeune, un sentiment de sécurité et un marché immobilier accessible

Clermont-Ferrand compte à elle seule près de 50 % des habitants de sa métropole. Selon la DDT du Puy-de-Dôme, cette dernière connaît une croissance démographique de l’ordre de 0,5 % par an, ce qui la place en 2ème position parmi les 4 métropoles de la région (Auvergne-Rhône-Alpes), juste derrière la métropole de Lyon, mais devant celles de Grenoble et Saint-Etienne.

Les 35 000 étudiants (dont 5 000 étrangers) représentent pas moins d’un quart de la population clermontoise, ce qui participe à l’image d’agglomération très dynamique.

D’après les données dévoilées par l’ONDRP (Observatoire National de la Délinquance et des Réponses Pénales) en 2014, le nombre de violences aux personnes s’y élève à 10,5 pour 1 000, c’est un peu plus élevé que la moyenne nationale, mais largement en dessous des taux de délinquance que connaissent deux autres collectivités de taille comparable à savoir Grenoble et Villeurbanne, avec respectivement 15 et 14,1 pour 1 000 habitants.

En outre, son marché immobilier s’avère relativement accessible au regard de ses concurrents régionaux. Si un appartement se négocie en moyenne à 1 729 € du m2 début 2020 à Clermont-Ferrand, le m2 bondit respectivement à 2 338 € et 4 873 € à Grenoble et Lyon.

Clermont-Ferrand, étroitement liée à Michelin

Quand on évoque Clermont-Ferrand, beaucoup d’entre-nous songent à la silhouette unique de Bibendum, la mascotte de la manufacture française des pneumatiques. L’entreprise Michelin conserve une forte présence dans la métropole et contribue à son rayonnement économique. Cela étant bien d’autres entreprises contribuent au dynamisme du marché de l’emploi.

Une entreprise qui a fait croître la population

Impossible de dresser le portrait du tissu économique sans souligner l’importance de Michelin. Le fabricant de pneumatiques demeure non seulement un employeur incontournable de la métropole, mais il a contribué à lui seul à l’accroissement démographique de Clermont-Ferrand. Le groupe a vu ses effectifs passer de 50 lors de sa création en 1889 à 18 000 en 1926.

Toutefois, à l’image de nombreuses entreprises hexagonales, Michelin a été contrainte à réorganiser ses usines et investir dans des sites de productions situés à l’étranger. Ainsi, si la société comptait 28 000 salariés en 1982 dans la préfecture du Puy-de-Dôme, elle ne s’appuie plus en 2019 que sur 11 000 collaborateurs à Clermont. Le spécialiste des pneumatiques fait néanmoins de la résistance en conservant son siège social à Clermont-Ferrand, une singularité notable pour une entreprise cotée au CAC 40.

Un dynamisme en termes d’emploi

Outre l’industrie automobile, d’autres secteurs d’activité tirent leur épingle du jeu dans la plus grande agglomération auvergnate. Nous songeons par exemple à l’industrie aéronautique (SN Auvergne AéronautiqueA.I.A.), à la santé (Laboratoire ThéaPharm Adis) ainsi qu’à l’agroalimentaire. Il faut également noter que la métropole est labellisée Communauté French Tech depuis 2016, ce qui témoigne de la présence d’entreprises à la pointe dans le domaine du numérique.

Certes, le taux de chômage observé en 2019 est égal à la moyenne nationale, mais supérieur à la moyenne départementale. Cela n’occulte pas la dynamique dont profite l’aire urbaine de Clermont-Ferrand depuis la deuxième moitié des années 2010. D’après, les données Acoss (Agence centrale des organismes de Sécurité sociale), Clermont-Ferrand a bénéficié d’une création nette d'emploi de l’ordre de 3% entre 2014 et 2018. Elle constitue la deuxième métropole intermédiaire la plus attractive derrière Angers en 2019 selon le cabinet Arthur-Loyd. 
Elle compte environ 25 506 entreprises, dont 21 812 sièges et 3 694 établissements, pour environ 200 000 emplois.

Les entreprises de cette ville ont un âge moyen de 15 an(s). C'est dans le secteur "Administration, fonction publique" que l'on observe l'âge moyen des entreprises le plus élevé (26 an(s)). A l'inverse avec 7 an(s) de moyenne d'âge, c'est dans le secteur "Services aux particuliers, collectivités, entreprises" que l'on retrouve les entreprises les plus jeunes.

Entre août 2020 et octobre 2020, l'indice de dynamisme de Clermont ferrand est de 0,88%. L'indice de dynamisme est un indicateur de performances des entreprises. S'il est positif, cela signifie qu'il y'a eu plus d'entreprises créées que d'entreprises défaillantes au cours de la période. A l'inverse, s'il est négatif, cela signifie que les défaillances ont été plus nombreuses. Au cours de cette période, on compte 5 entreprises en défaillances à Clermont ferrand pour 196 sociétés créées.

Les secteurs que nous identifions comme étant porteurs car ce sont ceux qui ont eu le plus d'entreprises créées sur les trois derniers mois sont : ""Services aux particuliers, collectivités, entreprises","Immobilier","Commerce de détail, grande distribution","Santé, action sociale","Construction, bâtiment, travaux publics"".
En parallèle, les secteurs de la ville les plus touchés par les défaillances au cours du dernier trimestre sont : "","Commerce de détail, grande distribution","Communication, marketing, information","Enseignement, formation","Banques, assurances, services financiers"".

Des esquisses du Clermont de demain

Pour autant, Clermont-Ferrand est loin de se reposer sur ses acquis. Différents projets doivent lui permettre d’accroître son attractivité ces prochaines années, et de tendre vers une métropole plus vertueuse sur le plan écologique.

Divers projets d’aménagement

En 2020, la Comédie Scène Nationale est destinée à accueillir ses premières représentations. Indéniablement, ce théâtre a l’ambition de changer la vie culturelle de la ville. La même année, la place des Carmes change de visage, en partie grâce au financement de Michelin. Exit les rampes autoroutières, le site se métamorphosera en un lieu de vie arboré, dans lequel on trouvera un somptueux mur d’eau de 32 mètres de long. 
Les passionnés de sport ne sont pas en reste avec les rénovations des stades Philippe Macombes et Gabriel-Montpied planifiés respectivement en 2021 et 2023. Ils profiteront aux clermontois comme aux visiteurs qui semblent se presser de plus en plus dans la capitale auvergnate.

Séduire les touristes étrangers

À titre d’information, plus de 1,46 million de nuitées ont été comptabilisées à Clermont Auvergne Métropole en 2017.
L’Office du Tourisme reçoit essentiellement des voyageurs français, il entend désormais susciter l’intérêt d’une clientèle internationale, notamment des pays du nord de l’Europe. Pour ce faire, la ville pourra par exemple mettre en avant ses bâtiments historiques construits en pierres volcaniques, ce qui lui vaut le surnom de “ville noire”. 
D’après le maire Olivier Bianchi, il convient aussi de valoriser le thermalisme et le tourisme sportif. Les amoureux de rugby ont par exemple l’occasion de visiter le Stade Marcel-Michelin avant d’assister à l’une des rencontres de son club résident, champion de France en 2017.

Un grand potentiel de transition énergétique 

La métropole de Clermont compte parmi les 15 territoires français nationaux identifiés par l’Union européenne pour sa mauvaise qualité de l’air. Ce n’est sans doute pas une fatalité pour les responsables du pôle de compétitivité régionale Tenerrdis. Ils ont pour objectif d’aider les entreprises dans leur transition énergétique, qu’il s’agisse de groupes grands consommateurs d’énergie ou de sociétés qui travaillent dans le domaine de l’énergie et cherchent à développer des solutions encore plus compétitives. Installé à Grenoble, ce pôle de compétitivité entretient notamment des liens avec le Laboratoire d’innovation territoriale (LIT) pour les grandes cultures et ambitionne de s’implanter à Clermont “s’il y a assez d’activités”. 
La filière bois, l’élevage, des entreprises agroalimentaires...d’innombrables acteurs auvergnats pourraient avoir besoin d’être accompagnés dans leur transition énergétique selon la déléguée générale de Tennerdis.

À l’horizon 2050, la métropole a pour objectif de réduire par deux les consommations d’énergie du territoire par rapport à 2012.

Ça pourrait vous intéresser

Des analyses

Ces analyses pourraient retenir votre attention