Les atouts économiques de : Dijon (21)

Liste des secteurs d'activités disponibles pour les entreprises implantées à Dijon

Les données clés des entreprises implantées à Dijon

Nombre total d'entreprises
22 123
entreprises
Âge moyen
15 an(s)
 
Répartition par taille d'entreprises
Indice de dynamisme
0%
-10
10

Dijon est au cœur d’une des régions industrielles majeures du pays où son économie repose essentiellement sur le secteur des services (BtoB et BtoC). Les acteurs politiques de Dijon désirent accroitre son attractivité grâce au marketing territorial. Dijon est une ville où l’entrepreneuriat est facilité, dans un environnement innovant et écologique. La principale métropole de Bourgogne a su valoriser son terroir et attire de nombreux touristes.

Dijon : des atouts historiques, actuels et une localisation idéale

Dijon a été la capitale rayonnante du duché de Bourgogne pendant une longue période. Désormais Dijon est le chef-lieu de la région Bourgogne-Franche-Comté, et la préfecture du département de la Côte-d’Or. La ville est devenue en 2017 une métropole, et a pris officiellement le nom de "Dijon Métropole".

La capitale des ducs de Bourgogne se trouve au centre de trois grands reliefs : la « côte » au sud s’étendant jusqu’à Beaune, le parc naturel régional du Morvan à l’ouest et la plaine de Saône à l’est. Dijon a un atout géographique : la ville est située au carrefour des grands axes français de communication est-ouest et nord-sud. L'A31 (autoroute de Lorraine-Bourgogne) reliant la France et le Luxembourg (c’est une des autoroutes au débit le plus important de France) passe par Dijon. Les lignes ferroviaires à Dijon forme une structure en étoile. Avec le TGV Rhin-Rhône la ville est connectée à l'Europe, ensuite avec les lignes de TGV (le TGV Sud-Est et le TGV Méditerranée) Dijon se situe à seulement 1 h 30 de Paris, à 1 h 51 de Roissy, à 3 h 22 de Marseille et à 3 h 33 de Montpellier.

États des lieux et rivalités économiques

Dijon totalise 25 234 entreprises, dont 22 123 sièges et 3 111 établissements secondaires. Plus de la moitié des entreprises dijonnaises évoluent dans le secteur des services (BtoB et BtoC confondus). Un tiers des entreprises sont regroupées dans le secteur du commerce, des transports et du tourisme. Dans ce secteur on retrouve Dijon Automobile notamment. Et enfin, le reste des entreprises est réparti entre le secteur de la construction et de l’industrie.

Les secteurs que nous identifions comme étant porteurs car ce sont ceux qui ont eu le plus d'entreprises créées sur les trois derniers mois sont : ""Services aux particuliers, collectivités, entreprises","Immobilier","Gestion, administration des entreprises","Commerce de détail, grande distribution","Banques, assurances, services financiers"". En parallèle, les secteurs de la ville les plus touchés par les défaillances au cours du dernier trimestre sont : "","Commerce de détail, grande distribution","Hôtellerie, restauration, tourisme","Agroalimentaire","Enseignement, formation","Gestion, administration des entreprises"".

Dijon et Besançon sont deux villes proches géographiquement et rivales. En 2017, le CROUS Bourgogne-Franche-Comté à Besançon a été déplacé au profit de Dijon. De même Dijon abrite désormais le siège régional de Réseau Ferré de France qui était auparavant localisé à Besançon. Le siège de la Banque Populaire de Bourgogne Franche-Comté est aussi situé à Dijon.

Dijon, une terre d’entrepreneuriat et d’apprentissage

Une ville industrielle

À Dijon l’industrie est très présente. Les domaines d’activités sont la pharmacie, l'agroalimentaire et la logistique. Les zones industrielles sont : "Cap Nord", "Longvic" et "Chevigny-Saint-Sauveur".

La zone Cap Nord regroupe des commerces, des industries, des services et la transformation du marché de gros. À noter que ce marché de gros est en mutation et s'apparente désormais à un marché de "l'agroalimentaire".

Quant à l'emblématique groupe producteur de condiments Amora, il a quitté Dijon en 2009 puisque l'usine dijonnaise a été déplacée à Chevigny-Saint-Sauveur. Cet évènement fut un choc pour les salariés car moins de la moitié des salariés ont conservé leur emploi chez Amora.

Une ville verte innovante

L’agriculture futuriste est représentée à Dijon par le "technopôle agro-environnemental : Agronov". Agronov est unique en son genre en France car c'est un pôle de recherche, d'expérimentation, d'entrepreneuriat et de formation lié au domaine agricole. L'Institut national de recherche agronomique (Inra) y exploite 150 hectares d'espaces agricoles afin de développer une agriculture qui soit écologique et productive. 

L'écopôle Valmy III est un parc d'activités qui accueillent des éco-industries liées au développement durable. La Valmy III a pour objectif de devenir un quartier d'affaires tertiaire de nouvelle génération et haut de gamme. La ville de Dijon prouve qu'elle est le poumon économique innovant de la Côte d'Or car cet écopôle a une approche à la fois écologique et durable s'inscrivant dans une démarche de développement durable certifiée. Dijon gagne ainsi ses lettres de noblesse en tant que"ville écologique". Les entreprises installées à la Valmy III y trouveront des restaurants, des services aux entreprises et des salles de sport, cette façon innovante de penser une zone d'activités a été imaginée par Michel Guthmann.

Une ville où l’on fait des affaires

À l'est de la ville, l'écoparc Dijon Bourgogne regroupe sur un site de 180 hectares des entreprises de tailles variées. Sur cet espace on retrouve des bureaux, des laboratoires, et les employés de ces entités peuvent profiter d'une zone de détente, d'une crèche, de restaurants. L'ambition dijonnaise ne s’arrête pas là, car on trouve dans la ville une « city » à taille humaine, c'est le quartier d'affaires Clemenceau.

Dijon, une ville étudiante

À Dijon, il y a environ 34 000 étudiants dont 4 000 étudiants venus de l’étranger. Les domaines d’études et les types de formation sont très nombreux et variés. À noter que l’université de Bourgogne concentre 90 % de l’enseignement supérieur en Bourgogne et regroupent 28 000 étudiants, soit plus de la moitié des étudiants dijonnais.

Dijon accueille sur son territoire une grande école de commerce : Burgundy School of Business. Dans cette école de commerce la culture viticole bourguignonne est mise à l’honneur avec un parcours d’études spécialisé dans le management des vins et spiritueux. L’École Nationale des Greffes qui est unique en France est implantée à Dijon. AgroSup Dijon est un établissement d’enseignement supérieur en agronomie et en agroalimentaire. Sciences Po Paris a ouvert une antenne à Dijon spécialisée dans l’étude de l’Europe centrale et orientale.

Des emplois, des logements (verts) soutenus par une politique volontariste

La capitale des Ducs de Bourgogne serait la 3ème ville (derrière Lille et Grenoble) où les opportunités concernant le logement et l'emploi seraient les meilleures, d'après une étude de Meilleurtaux.com et Jobijoba. Dijon Métropole attire ainsi beaucoup d'actifs diplômés travaillant notamment dans le secteur de l'agroalimentaire, et de l'industrie pharmaceutique.  Ces personnes peuvent s’installer dans les nombreux éco-quartiers que Dijon a érigé sur son territoire.

Le président de Dijon Métropole, François Rebsamen indique que pour développer son niveau de performance, Dijon Métropole a choisi de miser sur l’innovation. Mais le territoire dijonnais à taille humaine souhaite conserver sa qualité de vie exceptionnelle. Donc, Dijon Métropole a mis en place une politique économique proactive afin d’accompagner au plus près les entreprises. C’est pourquoi Dijon Métropole a lancé sa marque territoriale : « just dijon ». La ville de Dijon invite sa population à s’impliquer dans ce projet en devenant ambassadrice de la marque « just dijon ».

Entre juillet 2018 et septembre 2018, l'indice de dynamisme de Dijon est de 0,84%. L'indice de dynamisme est un indicateur de performances des entreprises. S'il est positif, cela signifie qu'il y'a eu plus d'entreprises créées que d'entreprises défaillantes au cours de la période. A l'inverse, s'il est négatif, cela signifie que les défaillances ont été plus nombreuses. Au cours de cette période, on compte 10 entreprises en défaillances à Dijon pour 195 sociétés créées.

De nombreux touristes sont attirés par Dijon

Dijon brille encore, avec le classement de son centre-ville en "zone touristique internationale" (ZTI). Ce classement est prestigieux puisque seulement dix villes françaises ont eu le privilège de l'obtenir. Une "zone touristique internationale" est un périmètre permettant aux commerces d'ouvrir en soirée (jusqu'à minuit) et d'être ouvert les dimanches. Les touristes peuvent donc flâner dans le plus grand espace commercial à ciel ouvert de Bourgogne : le centre-ville de Dijon. De plus, Dijon grâce à son histoire a su développer sa notoriété et son attractivité à l'international. La ville a obtenu une reconnaissance décernée par l'Unesco : celle des Climats du vignoble de Bourgogne.

"En Bourgogne, quand on parle d'un Climat, on ne lève pas les yeux au ciel, on les baisse sur la terre." Citation de Bernard Pivot, écrivain et président du comité de soutien des Climats du vignoble de Bourgogne.

Ainsi, à Dijon la gastronomie française est mise à l'honneur, notamment avec la fameuse "moutarde de Dijon", qui contre toute attente n'est pas une appellation d'origine contrôlée (AOC). Donc l'expression :  "moutarde de Dijon" ne correspond pas à un produit dont les ingrédients et la provenance sont liés à un terroir mais, à une méthode de fabrication. Toutefois, une indication géographique protégée (IGP) a été instaurée pour la "Moutarde de Bourgogne", ce qui permet de certifier la qualité de cette moutarde en rapport à son lieu de production mais les ingrédients ne proviennent pas obligatoirement de ce lieu de production.

Ça pourrait vous intéresser

Des analyses

Ces analyses pourraient retenir votre attention