Les atouts économiques de : Tours (37)

Liste des secteurs d'activités disponibles pour les entreprises implantées à Tours

Les données clés des entreprises implantées à Tours

Nombre total d'entreprises
17 846
entreprises
Âge moyen
15 an(s)
 
Répartition par taille d'entreprises
Indice de dynamisme
0%
-10
10

En Indre et Loire, près du plus long fleuve de France, marchés fleuris et festivals de cinémas se côtoient dans un lieu unique : Tours. 

Portail d’entrée vers les châteaux de la Loire, cette ville est un incontournable du patrimoine français. En plus d’être un pilier de la culture française, la commune tourangelle, c’est-à-dire la ville de Tours et ses 22 communes, est un réel moteur économique pour la région d’Indre et Loire, et s’inscrit dans une dynamique d’innovation et de croissance économique, dans une région ou le taux de chômage est plus bas que la moyenne française.  


Entre tradition et innovation, une diversité d’activité

La ville et son pôle urbain affiche 20 735 entreprises pour près de 300 000 habitants. L’activité du commerce est traditionnelle à Tours et représente encore une part importante et concerne près d’une entreprise sur cinq, soit environ 7 500 établissements, auxquels se greffent 123 marchés hebdomadaires. 

Un secteur tertiaire en pleine croissance

Le secteur des services est en pleine expansion dans la ville de Tours (contrairement à l’activité de l’agriculture, qui continue à décroître). Le secteur tertiaire représente environ 63% des emplois salariés de la région d’Indre et Loire, pour lequel le secteur du tourisme représente une bonne partie (près de 30%). Cette activité n’a pas fini d’avoir de beaux jours devant elle ! 

En effet, la capitale de la région affiche une volonté de rayonner dans le domaine grâce à PALO ALTOURS, une association qui a pour but de diffuser la culture du numérique ainsi que de favoriser l’innovation.

Un patrimoine culturel à l’image de la basilique St Martin

Impressionnante, immuable, imposante, la basilique de St Martin veille sur la ville de Tours depuis près de 1 500 ans. Elle est l’allégorie parfaite du patrimoine culturel de Tours. La commune dans son entier est parsemée de lieux et d’anecdotes qui permettent un voyage à travers le temps.

Du Moyen Age, à travers les anciennes tours de la basilique St Martin, jusqu’aux châteaux de la Loire de la Renaissance, cette ville possède un poids culturel important.

En plus de ses vingt siècles d’histoire, la ville propose de nombreux événements culturels. Des festivals, allant du cinéma « Tours-métrage » à la musique « Aucard de Tour » ainsi que de nombreux musées (avec notamment l’ouverture récente du CCCOD, Centre de Création Contemporain Olivier Debré) sont les témoins d’une culture en mouvement.

Tours désire capitaliser sur son patrimoine pour rendre la commune ainsi que la région davantage attractive et continuer à drainer un tourisme important.


Le Tourisme, un moteur économique de la région

Le tourisme dans la Touraine connaît de beaux jours et affiche plus de 4 millions d’entrées dans ses monuments et l’on compte en 2016 plus de 2.6 millions de nuitées dans les hôtels. Tours rassemble à elle seule plus de la moitié de ce chiffre. Et la plupart sont français ! Ils représentent presque 2/3 des visiteurs ! Cela permet de contrebalancer la décroissance des visites internationales.

La ville de Tours représente à elle seul près de 1 200 000 nuitées. Avec un CA de près de 1 257 000 €, une partie de cette réussite provient d'un office de tourisme très actif mais surtout de la facilité d’accès de la ville.

Tours est au centre d’un réseau de transports important

De nombreux réseaux de transport mènent à l’agglomération tourangelle…

  • L’Aéroport de Tours Val de Loire, à portée internationale
  • 30 connexions TGV journalières en provenance ou à destination de Paris
  • Plusieurs autoroutes (A10, A85)… Elles-mêmes articulées autour de nombreux moyens de locomotion au sein de la Touraine :
    • 360 km de lignes de transports en commun
    • Un tramway d’une quinzaine de kilomètres




Une ville verte et jeune

La Touraine, surnommée « Les Jardins de la France » depuis le XVème siècle, est reconnue par l’UNESCO qui l’a inscrite au patrimoine mondial depuis 2000. Tours, capitale de la Touraine, incarne cette beauté verte au sein même de sa commune. De nombreux parcs parsèment la ville et ses alentours, de nombreux espaces verts sont préservés et la région est sublimée par les nombreux jardins des châteaux de la Loire. De plus, la ville essaie de mettre l’accent sur un transport responsable : le vélo. Avec plus de 1 200 vélos loués en longue durée et 300 km d’itinéraires cyclables, la ville affiche une volonté de transition vers du transport et du tourisme responsable. 

Malgré cela, la ville de Tours rencontre des difficultés à mettre en place une politique écologique efficace comme le reste des communes de sa région. 

Cela n’enlève en rien l’attrait des étudiants pour la capitale des Jardins de la France. La beauté, le patrimoine de Tours constituent un reliquaire séduisant pour ces derniers. 

Avec ses 30 000 étudiants (dont 14% d’Erasmus), la ville est très dynamique et jeune et représente un enjeu majeur pour la commune. Ces derniers représentent presque 10% du nombre d’habitants de la ville de Tours ! La ville abrite l’Université François Rabelais, acteur majeur dans la région au niveau de l’Education. En 2014, L’Etudiant a même noté les initiatives locales en faveur des étudiants d’un superbe 10/10. Ce rayonnement étudiant va aussi fournir le carburant nécessaire pour un des projets majeurs de Tours : l’innovation et le numérique.

La Silicon valley du Val de Loire

Avec ses 1500 chercheurs, plus de 70 unités de recherche ou encore la présence de l’INRA (notamment l'Unité physiologie de la Reproduction et des comportements, dépendant à la fois de L’Université François Rabelais et du CNRS) ou du CEA le Ripault, Tours est déjà un pôle important de recherche. Mais le cœur du Val de Loire va plus loin : construire une Silicon Valley au sein du Val de Loire.

C’est le projet ambitieux lancé par les deux communes de Tours et d’Orléans. Le 10 juin 2017 s’ouvrent deux incubateurs de start-up, respectivement dans chacune des villes : le Mame et le Lab’O. L’objectif est simple : devenir des accélérateurs de start-up dans la région. Ces deux « Totems » vont jouer un rôle majeur dans le développement d’une Loire Valley, fraîchement labellisée French Tech par le gouvernement. Cette French Tech Loire Valley rassemble des pépinières d’entreprises, des start-up, des webschools, avec un axe très prononcé sur le numérique.

Le Mame à Tours est l’exemple parfait du choix de la ville de mêler la puissance de ses racines et sa vision de l’avenir. C’est dans cette ancienne imprimerie mythique de Tours que le Totem le Mame est installé. 

Une politique de soutien à l’innovation

Cette volonté d’innover se concrétise par une politique visant à soutenir le projet d’innovation, comme en témoigne les 13 millions d’euros investis par les deux villes d’Orléans et de Tours dans le projet Totem Mame cité précédemment. Cela passe aussi par l’objectif d’équiper 70% des lignes à haut débit en 2020, et une volonté de faciliter l’émergence de start-up, garantes de l’innovation.

Photos : Place Plumereau et Tour Charlemagne par Anais Dutour 


Ça pourrait vous intéresser

Des analyses

Ces analyses pourraient retenir votre attention