Les atouts économiques de : Orleans (45)

Liste des secteurs d'activités disponibles pour les entreprises implantées à Orleans

Les données clés des entreprises implantées à Orleans

Nombre total d'entreprises
15 025
entreprises
Âge moyen
15 an(s)
 
Répartition par taille d'entreprises
Indice de dynamisme
0%
-10
10

Deuxième ville de la région Centre-Val de Loire, Orléans rayonne davantage que ce que ne le laisserait supposer son importance démographique ou sa puissance économique. En effet, son nom est connu de quiconque dans le monde ayant un peu de connaissance géographique, au moins par le biais de son homologue et presque homonyme métropole nord-américaine.

Les différents acteurs œuvrant à sa promotion auprès des entreprises nationales ou internationales ont alors beau jeu pour prouver que Orléans représente plus qu'elle-même : Orléans, c'est la France, et donc un véritable art de vivre.

L'Orléanais, une terre d'histoire et de culture

Hormis Paris, on peut difficilement trouver ville plus française qu'Orléans. L'histoire de la cité s'inscrit en effet dans celle de la monarchie française depuis au moins l'avènement d'Hugues Capet, en 987. Il y fait sacrer son fils, constituant le premier maillon d'une dynastie royale qui régnera sur la France jusqu'à la Révolution et au-delà.

Comme un signe du destin, Orléans sert de cadre à la deuxième naissance du royaume, lorsqu'en 1429 Jeanne d'Arc y livre une bataille décisive et victorieuse pour bouter les Anglais hors de France.

Située sur l'itinéraire des cours royales, la ville profite ensuite des fastes de la Renaissance pour se doter d'une riche architecture religieuse et civile. La construction des châteaux de la Loire vaut aujourd'hui à Orléans de faire partie intégrante de la portion du fleuve inscrite au patrimoine mondial.

Les atouts d'une situation géographique favorisée par la proximité de Paris

La position stratégique de la ville sur un fleuve majeur comme la Loire a perdu de son importance lorsque se développèrent les chemins de fer. Dépourvue de ressources minières, Orléans a peu participé à la révolution industrielle.

La ville a fait figure de "belle endormie" jusqu'à l'aube des Trente Glorieuses, pendant lesquelles elle bénéficia de la déconcentration industrielle. Après une longue stagnation, la croissance économique et démographique de l'agglomération orléanaise reprit vigoureusement. Reliée à Paris, distante de 120 kilomètres, par l'A10, Orléans a notamment bénéficié de la délocalisation de Dior et de ses laboratoires dans la commune limitrophe de Saint-Jean-de-Braye.

La préfecture de la région Centre est aussi le siège de diverses institutions décentralisées, le conseil départemental et le conseil régional en premier lieu. Seuls bémols : l'absence de connexion aux lignes ferroviaires européennes à grande vitesse, ou d'un aéroport digne de ce nom.

Les forces et les faiblesses du tissu économique local

Orléans s'intègre à quatre pôles de compétitivité dont le plus emblématique est peut-être la Cosmetic Valley. Ces différentes spécialisations expliquent l'importance du secteur recherche et développement au sein de l'économie orléanaise, dans une région pourtant un peu en retrait en matière d'innovation.

Orléans s'intègre à quatre pôles de compétitivité dont la Cosmetic Valley

Les laboratoires de LVMH à Saint-Jean-de-Braye, dans la banlieue est, constituent les fleurons de la recherche dans le Loiret. Cependant le développement de la R&D se heurte à un manque d'attractivité de l'agglomération vis-à-vis des étudiants. Orléans présente en particulier un déficit fâcheux en doctorants.

Orléans à l'échelle de la France : une ville moyenne ?

Orléans est au centre de la 21e aire urbaine de France, démographiquement comparable à celles de Nancy ou Caen.

La croissance de sa population est supérieure à celle de beaucoup de grandes aires urbaines, cependant il faut nuancer. C'est le solde naturel (la différence entre les décès et les naissances) qui explique cet essor, et non la dynamique migratoire, légèrement négative. Si la structure de la population, relativement jeune, est encourageante pour l'avenir, le solde migratoire révèle un territoire peu attractif.

Le solde migratoire révèle un territoire peu attractif

L'agglomération d'Orléans a toutefois accédé en 2017 au statut de métropole, ce qui est a minima un gage de visibilité. En outre les mouvements de la population active sont favorables au bassin d'emploi d'Orléans à l'échelle de la région Centre, révélant un dynamisme économique certain.

A ce jour, Orléans compte 15 025 sièges d'entreprises et 2 286 établissements secondaires. Ces sociétés sont majoritairement de type Société civile immobilière et ont un effectif moyen de 6 employés.

Les entreprises de cette ville ont un âge moyen de 14 an(s). C'est dans le secteur "Administration, fonction publique" que l'on observe l'âge moyen des entreprises le plus élevé (26 an(s)). A l'inverse avec 4 an(s) de moyenne d'âge, c'est dans le secteur "Environnement, récupération, tri, recyclage, traitement des déchets, matériaux, de l'eau" que l'on retrouve les entreprises les plus jeunes.

Entre juillet 2018 et septembre 2018, l'indice de dynamisme de Orleans est de 0,83%. Au cours de cette période, on compte 20 entreprises en défaillances à Orleans pour 145 sociétés créées.

Les secteurs que nous identifions comme étant porteurs car ce sont ceux qui ont eu le plus d'entreprises créées sur les trois derniers mois sont : ""Services aux particuliers, collectivités, entreprises","Commerce de détail, grande distribution","Gestion, administration des entreprises","Immobilier","Construction, bâtiment, travaux publics"". Alors que les secteurs de la ville les plus touchés par les défaillances au cours du dernier trimestre sont : "","Commerce de détail, grande distribution","Hôtellerie, restauration, tourisme","Services aux particuliers, collectivités, entreprises","Construction, bâtiment, travaux publics","Gestion, administration des entreprises"".

Loire et Orléans Éco : une instance de marketing territorial efficace ?

En dépit de quelques incontestables atouts, Orléans souffre de son statut de grande ville encore à demi ville moyenne. En matière d'attractivité, elle ne peut guère faire le poids à côté de grands centres urbains, tels Toulouse ou Nantes, d'autant plus qu'elle appartient au nord climatique, réputé maussade.

Le marketing territorial visant à promouvoir Orléans s'attache donc à valoriser le côté authentique d'une ville à taille humaine, cadre idéal d'un épanouissement à la fois personnel et professionnel. Loire&Orléans Éco est le Groupement d'Intérêt Public (GIP) chargé notamment de véhiculer cette image à travers différents courts métrages publicitaires.Les limites d'une telle argumentation sont néanmoins évidentes, car elle s'appuie moins sur des faits concrets que sur une interprétation culturelle, voire philosophique, d'Orléans et de son environnement.

Des perspectives encourageantes pour un développement "tranquille" mais continu

Proximité avec Paris, croissance démographique soutenue, implication des acteurs locaux dans le développement économique, richesse patrimoniale et naturelle... : les atouts d'Orléans pour attirer les entrepreneurs sont réels.

Les atouts d'Orléans pour attirer les entrepreneurs sont réels.

Le grand projet Interives, destiné à remodeler le nord de l'agglomération, est révélateur des ambitions de la nouvelle métropole. Desservi par la grande gare ferroviaire de Fleury-les-Aubrais, à 55 minutes de Paris, le nouveau quartier entend bien profiter de sa connexion avec la capitale pour développer son offre commerciale et éventuellement attirer des sièges sociaux.

En revanche, parmi les menaces qui pourraient peser sur l'économie locale, une crue majeure de la Seine semble la plus sérieuse. 23 000 personnes habitent en effet en zone inondable et on estime que l'impact économique d'une crue exceptionnelle pourrait peser jusqu'à 5 milliards d'euros. La gestion intelligente des rives de la Loire, atouts naturels et culturels de l'agglomération, devrait permettre de limiter les risques. Alors Orléans pourrait transcender son rôle de "grosse ville moyenne" pour devenir un pôle économique attractif de premier ordre, entre Beauce, Sologne et forêt d'Orléans.

Ça pourrait vous intéresser

Des analyses

Ces analyses pourraient retenir votre attention