Les atouts économiques de : Reims (51)

Liste des secteurs d'activités disponibles pour les entreprises implantées à Reims

Les données clés des entreprises implantées à Reims

Nombre total d'entreprises
22 741
entreprises
Âge moyen
15 an(s)
 
Répartition par taille d'entreprises
Indice de dynamisme
0%
-10
10

Peuplée d’environ 182 000 habitants début 2020, Reims possède une dimension historique hors-du-commun. Si elle entend valoriser son héritage, elle ne lésine pas non plus sur les moyens lorsqu’il s’agit d’attirer de nouveaux investisseurs. Découvrons quels leviers la Cité des Rois active pour améliorer la vie de ses habitants et booster son attractivité auprès des entreprises.

Un territoire attractif, en particulier pour les professionnels de la bioéconomie

Plutôt que de subir les contraintes écologiques, les collectivités ont décidé d’en tirer parti en misant sur un secteur porteur et en accompagnant efficacement les entreprises.

La capitale de la bioéconomie

Dans l’esprit du grand public, Reims est fréquemment associée au seul Champagne. Cela étant, la Cité des Sacres s’avère être de manière générale un territoire d’innovation en matière de bioéconomie. Cette discipline regroupe toutes les activités économiques inhérentes à la production et à la transformation de ressources biologiques renouvelables.

Les professionnels souhaitant débuter une aventure dans ce domaine ou poursuivre leur développement posent leurs valises au pôle de compétitivité mondial “Industries et agro-ressources” au nord-est de la commune ou intègrent un parc bien plus récent, le Reims Bio Economy Park, crée en 2015 par la  Chambre de Commerce et de l’Industrie en partenariat avec la Communauté Urbaine du Grand Reims. Prévu pour s’étendre à terme sur 193 hectares, il est destiné à accueillir des entreprises dont l’activité est complémentaire des agro-ressources. Avec les Etats-Généraux organisés à une grosse demi-heure du centre-ville en 2018, le territoire rémois a souhaité se poser en véritable capitale de la bioéconomie.

La filière du back-office et les pôles d’excellence

Parmi les autres filières et pôles d’excellence qui tirent leur épingle du jeu dans l’agglomération rémoise, on compte celle du back-office dont certains de ses représentants sont issus des secteurs de la banque - assurance (BPCE, HSBC...) et de l’informatique (PRODWARE, LEBONCOIN, IBM…)

Prospèrent par ailleurs sur le territoire des sociétés plus ou moins importantes dans les domaines du luxe, de l’aéronautique ou encore de la logistique.

Quid de leurs répercussions sur l’emploi ? En 2016, le taux de chômage s'élève à 10,5% à Reims, c’est tout de même 2,5 points de pourcentage de plus que le taux observé à la même époque dans la Marne.

L’accompagnement des entrepreneurs

Reims doit faire face à la concurrence d’autres agglomérations qui aspirent autant qu’elle à attirer des entrepreneurs. Pour ce faire, elle s’appuie notamment sur Invest in Reims, une agence de développement économique initialement créée pour préparer l’arrivée du TGV. Lors d’une intervention sur la radio France Bleu, son directeur Jean-Yves Heyer a indiqué que les sociétés que son agence avaient attirées recrutaient en très grande majorité dans la commune.

Invest in Reims compte aussi sur les synergies régionales, comme en témoigne les accords de coopérations au sein du G10 ( AisneMarne et Ardennes ) signés en 2013.

Un patrimoine valorisé et des rémois mobilisés par la collectivité

Comment développer son attractivité auprès des entreprises ? Il n’y a pas meilleurs ambassadeurs que ses propres habitants, ainsi les pouvoirs publics ont voulu renforcer leur sentiment d’appartenance à leur territoire qui a fait l’objet d’une revalorisation d’envergure.

Développer le sentiment d’appartenance

“Je suis #Rémois et fier de l’être” : c’est le nom équivoque donné à la campagne de communication de la Cité des Rois en 2018.

Elle se traduit par 6 visuels exposés sous des formes diverses dans l’espace public, des symboles choisis par les habitants eux-mêmes. Figurent parmi eux le bouchon de champagne, l’ange au sourire, somptueux ornement de la cathédrale et le maillot 9 de Raymond Kopa, mythique attaquant du Stade de Reims et ballon d’or en 1958.

Cette campagne qui a permis de fédérer les rémois autour de leur histoire commune a été saluée lors du 30e forum de la communication publique et territoriale. En effet, elle a remporté le prix Cap’Com 2018 dans la catégorie ”Attractivité et marketing territorial”. 

Un territoire bien desservi et dynamisé

Des transports en commun prisés

Se conjuguent aux opérations de communication de véritables projets destinés à améliorer sur la durée le quotidien des rémois. Nous faisons tout d’abord allusion aux investissements favorisant la mobilité. A titre d’exemple, le tramway déployé en 2011 permet à plus de 40 000 personnes de se déplacer quotidiennement dans l’agglomération.

L’enquête sur les Transports Collectifs Urbains (TCU) a révélé une hausse de fréquentation des transports en communs à Reims depuis l’achèvement de ce grand projet, phénomène d’ailleurs observé dans d’autres agglomérations de taille moyenne à l’image de Besançon.

L’impact du TGV Grand-Est

Si les rémois jouissent d’une mobilité locale avantageuse, ils peuvent également rejoindre Paris en seulement trois quart d’heure grâce au TGV Est-Européen.
Les retombées économiques locales liées à cette infrastructure sont estimées à 670 millions d’euros. Jean-Yves Heyer d’Invest in Reims estime tout de même qu’il s’agit d’un bonus pour les entreprises, celles-ci profitant avant tout des “qualités du bassin d’emploi, notamment les possibilités de recrutement”.

Notons par ailleurs la présence de deux grands axes autoroutiers que sont l’A26 et l’A4, ils participent à la desserte de la ville la plus peuplée de la Marne.

Les chantiers du projet Grand Reims Centre

En 2015, les collectivités ont initié le projet Reims Grand Centre, visant à redessiner le coeur de la ville pour la bagatelle de 75 millions d’euros d’investissement. Des promenades ont été réaménagées, le parvis de l’hôtel de ville a quant à lui été modernisé. Divers autres chantiers ont permis à la ville de renforcer son attractivité sur le plan touristique. Outre la rénovation du patrimoine historique et culturel (l’église Saint-Maurice, musée des beaux-arts), ce projet s’accompagne de la réalisation d’un nouveau complexe aqualudique ainsi que l’ouverture d’une grande salle événementielle. Cette dernière avant tout dédiée au basket pourra également accueillir jusqu’à 9 000 personnes dans le cadre de concerts.

Des équipements pouvant permettre à terme à Reims d’accroître son nombre de visiteurs estimés à 3,5 millions en 2017, dont plus d’un tiers ont profité de leur venue pour découvrir l’exceptionnelle cathédrale Notre Dame.

Une gestion financière saluée

D’aucuns jugeront certaines orientations trop coûteuses, or jusqu’à présent la gestion de la municipalité semble avoir été plutôt saluée par les observateurs. En 2018, l’ODIS (l’Observatoire de Dirigeants de l’Industrie et des Services) a classé à la première position des 38 plus grandes villes françaises dans la catégorie “Gestion”.

Les grands aménagements et les projets de rénovation ne sont sans doute pas étrangers aux disparités de prix qui subsistent à Reims dans l’immobilier. Nous songeons notamment au centre et à l’hyper centre très prisés dans lesquels les biens se font rares.

Qualifié de marché de report, le coût de l’immobilier reste en deçà de la moyenne nationale en 2020 avec un m² à 2 112 euros en moyenne. En revanche, il est semblable à celui constaté dans les agglomérations de taille similaire telles que Grenoble, Toulon ou le Havre. 

Ça pourrait vous intéresser

Des analyses

Ces analyses pourraient retenir votre attention