Les atouts économiques de : Nancy (54)

Liste des secteurs d'activités disponibles pour les entreprises implantées à Nancy

Exportez votre liste d'entreprises

En savoir plus

Les données clés des entreprises implantées à Nancy

Nombre total d'entreprises
19 919
entreprises
Âge moyen
15 an(s)
 
Répartition par taille d'entreprises
Indice de dynamisme
0%
-10
10

Celle qu’on appelle la ville aux Portes d'Or - en référence à ses grilles solaires - compte parmi les métropoles françaises et jouit à ce titre de fonctions importantes. Contrairement à beaucoup de villes, elle ne s’est pas développée circulairement autour d’un hyper-centre. Contrairement aussi à beaucoup de communes, elle n’est pas française depuis de nombreux siècles. En revanche, en incitant ses entreprises à se digitaliser et en les aidant à surmonter la crise économique de 2020, elle montre l’exemple à suivre à ses homologues.

La capitale des ducs de Lorraine devenue métropole

Encore capitale d’un Etat monarchique il y a un peu plus de 250 ans, Nancy est devenue à la fois un pôle étudiant et un territoire attractif pour les start-up.

Une ville française depuis deux siècles et demi

Nancy est une commune française située en Lorraine, elle est approximativement peuplée de 257 000 habitants en 2017. Son nom, elle le tient comme beaucoup de localités du pays de sa situation géographique. L’Office du Tourisme explique qu’elle le doit à un mot d'origine celte “Nance” qui signifie le marais. La ville fut en effet bâtie au XI ème siècle sur la rive de la Meurthe, une plaine marécageuse.
C’est à l’époque Gérard d’Alsace, le duc de Lorraine, qui ordonne la fondation d’un bourg fortifié à l’emplacement de l’actuel quartier St-Epvre, en dépit des difficultés naturelles.

La capitale du duché de Lorraine n’est annexée à la France qu’en 1766, tout comme le Barrois.

Quelques années auparavant était édifiée la place Stanislas, classée au patrimoine mondial de l'UNESCO, l’un des monuments phares.

En 2016, la cité Ducale devient la 15ème métropole Française.

Une grande communauté étudiante

Nancy a profité de l’arrivée du TGV européen en 2007, permettant aux parisiens de la rejoindre en seulement 1h30. L’amélioration de la desserte est une véritable préoccupation des autorités de la région, à tel point qu’elles ont décidé d’ouvrir complètement à la concurrence ses petites lignes ferroviaires, une première à l’échelle nationale à l’été 2020.

Le territoire du Grand Nancy a vu son solde migratoire très légèrement baisser de 0,1% entre 2012 et 2017 selon l’INSEE. Si la préfecture de Meurthe-et-Moselle peine à étoffer ses rangs, elle ne manque pas de vitalité et compte en proportion un très grand nombre d’étudiants.
En 2014, François Werner, vice-président du grand Nancy, délégué à l’enseignement supérieur, la recherche, l’innovation, souligne que ce public représente un peu plus de 17% de la population totale avec 45 000 étudiants pour 260 000 habitants.
En 2020, Le Figaro Étudiant a classé Nancy 6ème parmi les 40 meilleures villes étudiantes du pays.

Le dynamisme économique d’avant crise

Si le cadre de vie semble avantageux pour les jeunes qui acquièrent des savoir-faire, qu’en est-il des actifs occupés et inoccupés ? Avant la pandémie du Covid-19 et les dégâts considérables qu’elle a occasionnés sur toute l’économie du pays, la zone d’emploi de Nancy figurait plutôt parmi les bons élèves lorsqu’on on observait les taux de chômage dans la région. Au 1er trimestre 2019, Nancy talonnait Chaumont-Langres, Châlons-en-Champagne, Bar le Duc ou encore Neuf-Château et surpassait légèrement les zones d’emploi de Forbach, Troyes, Epinal et Charleville-Mézières.

Nancy , un bassin d’emploi important qui s’adapte à la désindustrialisation

La région compte encore des territoires dans lesquels les emplois industriels représentent une grande part des effectifs, mais Nancy n’en fait pas partie. La préfecture de Meurthe-et-Moselle s’est considérablement tertiarisée et se digitalise même de plus en plus.

Le deuxième bassin d’emploi

La zone d’emploi de Nancy comptait en 2017 plus de 112 000 salariés. Cela en fait le deuxième bassin d’emploi le plus peuplé de la région puisqu’il représente 6,8 % de la population du Grand Est.

Plusieurs enseignements sont à retenir du Portrait de territoire qui lui est consacré, datant de décembre 2018. Il s’appuie sur une part de cadres et de professions intermédiaires plus importante qu’en moyenne régionale. On observe ensuite une surreprésentation par rapport à la région des activités de services. Le bassin d’emploi nancéen n’a pas échappé au mouvement de désindustrialisation qui a frappé l’Hexagone. Si en France, la part des emplois industriels a baissé en moyenne de 13% entre 2008 et 2017, elle a décliné de 19% dans la zone d'emploi nancéenne.

Parmi les entreprises de ce secteur qui font plus que de la résistance, on distingue notamment le fournisseur d’équipement Fives Nordon. Tous secteurs confondus, ce sont entre autres la société de travaux public Colas et le spécialiste de gestion des déchets Veolia Onyx Est qui pourvoient le plus grand nombre d’emplois dans la zone.

Les filières stratégiques

Pour favoriser le développement de son tissu économique, la métropole du Grand Nancy a choisi d’axer ses efforts sur huit filières stratégiques qui sont l’occurrence des regroupements de secteurs d’activité. Ce sont d’une part les filières dites historiques à savoir celles des secteurs de la construction, du commerce et de la logistique, de la banque, la finance et le droit ainsi que du tourisme d’affaires. Un peu plus de 3 700 établissements prospèrent dans ces univers sur le territoire métropolitain.

Il s’agit d’autre part des industries créatives et culturelles, du secteur des matériaux, procédés et énergie, de celui de la santé et l’ingénierie de la santé et enfin de l’économie numérique. D'après un rapport de l’INSEE, ce dernier secteur a vu croître son nombre d’entreprises à hauteur de 32,2% entre 2016 et 2017, lui conférant le statut de locomotive parmi l’ensemble des filières stratégiques.

L’obtention du label French Tech en 2015 a forcément dû contribuer à l’essor du nombre de sociétés spécialisées dans le digital. Rappelons que faire partie de cet écosystème est non seulement une reconnaissance pour les entrepreneurs mais aussi l’opportunité d’être soutenus de diverses manières : accès à des fonds dédiés, mise en relation de partenaires etc.

La vitalité du numérique

Ce secteur du numérique a même constitué un refuge en 2020 pour des entreprises nancéennes.

Les restrictions sanitaires liées à la pandémie de Covid-19 ont particulièrement mis à mal les petites enseignes, contraintes de tirer le volet à plusieurs reprises. La métropole a voulu aider ces acteurs qui ne pouvaient plus accueillir du public en lançant une plateforme e-commerce baptisée Achetez-GrandNancy.fr.
Les professionnels de l’habillement, de la décoration et tous les autres commerçants ont ainsi bénéficié d’une opportunité de promouvoir leurs offres à distance et ce à moindre coût. Parmi les autres aides apportées aux professionnels, on compte le “Fonds Resistance soutien à la trésorerie” financé par la Région Grand Est, la Métropole du Grand Nancy, le Conseil Départemental de Meurthe-et-Moselle, en partenariat avec la Banque des Territoires.

Des entreprises soutenues sur tous les plans

Les entreprises existantes sont loin d’être les seules qui jouissent d’un accompagnement avantageux dans le bassin d’emploi. Les créateurs d’entreprises ont en effet l’occasion d’être épaulés par les équipes d'Initiative Grand Nancy. Ce dernier est susceptible de les orienter vers des formations afin qu’ils puissent monter en compétences, de même il peut leur proposer des aides financières telles que le prêt d’Initiative remarquable à l’expertise.
Fondée à l’automne 2018, Grand Nancy Innovation vise aussi à dynamiser l’innovation sur le territoire, elle accompagne des start-ups et souhaite “fédérer les entreprises autour d’événements”, dixit Romain Petit, directeur exécutif interrogé dans l’Est Républicain.

Ce réseautage, d’autres protagonistes aspirent à le promouvoir. Nous faisons allusion à la CCI qui organise de concert avec la Chambre de Métiers et de l’Artisanat la journée GO Nancy pour conseiller au mieux les porteurs de projet.

Dans l’agglomération, ces publics ont aussi la possibilité de faire appel à l’Incubateur Lorrain ou au Paddock, deux accélérateurs de start-up. Les entreprises sont soutenues par divers acteurs et bénéficient de conditions d’accueil privilégiées à en croire le classement Challenges qui affirme que la Cité Ducale est la deuxième métropole française en matière d’immobilier de bureau.

Une réponse plurielle au défi de l’attractivité

Nancy n’entend pas se reposer sur ses acquis, elle est en bien consciente du déficit d’attractivité dont elle est victime en comparaison de certaines métropoles. Pour y remédier, elle peut notamment considérer les propositions émanant d’entrepreneurs locaux.

Le recul du nombre d’habitants

Fin 2019, la ville est l'antépénultième au classement général de l’attractivité des métropoles réalisé par Hays, en partenariat avec RegionsJob et ParisJob. Nancy est devancée ses deux grandes concurrentes régionales à savoir Strasbourg et Metz, classées respectivement aux 4ème et 12ème places. L’un des stigmates les plus visibles, c’est la perte d’habitants. Entre 2011 et 2016, Nancy ne compte malheureusement pas parmi les villes de plus de 50 000 habitants qui voient leur démographie progresser (-0,2%). En revanche, son unité urbaine connaît une évolution stable à la même époque.

La parole aux entrepreneurs

La métropole est consciente du chemin lui restant à parcourir pour rayonner au-delà de sa seule région, en témoigne la campagne de communication qu’elle a notamment mise en œuvre à Dijon ainsi que dans la capitale. Elle compte aussi sur divers grands projets pour susciter l’intérêt du public, misant notamment sur son pôle orienté vers la rhumatologie appelé Grand Nancy Thermal ainsi que l’aménagement de l’éco-quartier Nancy Grand Coeur.
Outre l’éco-quartier, la ville a pour objectif de lutter contre la dévitalisation du centre-ville, phénomène qui touche un bon nombre de métropoles. Son bras armé n’est autre que Nancy DEFI (Développement économique foncier immobilier), une structure dont le but est “d’acquérir des immeubles disposant de locaux commerciaux et de logements inoccupés, les restructurer en aménageant par exemple un accès séparé aux logements, les exploiter éventuellement, les céder puis réinvestir dans de nouveaux biens” selon l’Est Républicain.

 

Des membres issus du monde économique sont aussi consultés à l’aube de l’année 2020. Ces professionnels en faveur d’un “Grand Nancy Business Friendly” ont formulé pas moins de 80 propositions pour mettre l’entreprise au cœur des débats avant les municipales.

 

Crédit photos : Lisa del ARTE, Dimitry ANIKIN, Gérard GRIFFAY


Nancy, d'une superficie de 1 501 km², est une ville implantée dans le département Meurthe-et-Moselle. On y trouve 106 400 habitants.

22 947 entreprises y sont implantées, dont 19 919 sièges et 3 028 établissements.

Ces sociétés sont majoritairement de type Entrepreneur individuel et ont un effectif moyen de 5 employés.

Les entreprises de cette ville ont un âge moyen de 15 an(s). C'est dans le secteur "Administration, fonction publique" que l'on observe l'âge moyen des entreprises le plus élevé (30 an(s)). A l'inverse avec 6 an(s) de moyenne d'âge, c'est dans le secteur "Energie" que l'on retrouve les entreprises les plus jeunes.

Entre octobre 2021 et décembre 2021, l'indice de dynamisme de Nancy est de 1,07%. L'indice de dynamisme est un indicateur de performances des entreprises. S'il est positif, cela signifie qu'il y'a eu plus d'entreprises créées que d'entreprises défaillantes au cours de la période. A l'inverse, s'il est négatif, cela signifie que les défaillances ont été plus nombreuses. Au cours de cette période, on compte 4 entreprises en défaillances à Nancy pour 217 sociétés créées.

Les secteurs que nous identifions comme étant porteurs car ce sont ceux qui ont eu le plus d'entreprises créées sur les trois derniers mois sont : "Services aux particuliers, collectivités, entreprises","Immobilier","Communication, marketing, information","Enseignement, formation","Banques, assurances, services financiers".

En parallèle, les secteurs de la ville les plus touchés par les défaillances au cours du dernier trimestre sont : ,"Gestion, administration des entreprises","Commerce de détail, grande distribution","Ingénieurs d'études et de recherche, chercheurs","Immobilier".

Du côté des dirigeants, 29.0% des entreprises de Nancy sont gérées par des femmes. C'est dans le secteur "Immobilier" que l'on compte actuellement le plus grand nombre de chefs d'entreprises féminines dans la ville.

* Ces chiffres sont basés sur le nombre d'entreprises dont nous connaissons le dirigeant.

Ça pourrait vous intéresser

Des analyses

Ces analyses pourraient retenir votre attention