Les atouts économiques de : Gap (05)

Liste des secteurs d'activités disponibles pour les entreprises implantées à Gap

Exportez votre liste d'entreprises

En savoir plus

Les données clés des entreprises implantées à Gap

Nombre total d'entreprises
7 510
entreprises
Âge moyen
16 an(s)
 
Répartition par taille d'entreprises
Indice de dynamisme
0%
-10
10

Gap est une ville qui brille indéniablement par son dynamisme, aussi bien sur le plan sportif que culturel et commercial. Première commune des Hautes-Alpes, il s’agit aussi d’un pôle économique majeur pour la Communauté d’Agglomération du Pays Gapençais, qui regroupe près du tiers de la population totale du département, soit plus de 40 000 habitants. Si ce statut de « moteur » de l’économie locale suffirait à lui-seul à justifier que l’on s’intéresse aux atouts de Gap, la diversité de son tissu économique, et ses perspectives d’avenir, renforcent l’intérêt exercé par celle qui reste à ce jour la plus haute préfecture de l’Hexagone.

Une ville dynamique et attrayante

Entre sportivité, culture et commerce

Régulièrement, Gap est désignée par des organes spécialisés – tels que le magazine L’Equipe – comme la ville la plus sportive de France, et ce titre n’a effectivement rien d’usurpé. En effet, tout au long de l’année, les évènements sportifs s’enchaînent, tout en variant les plaisirs ; ainsi, du célèbre Rallye de Monte Carlo au « Gapen’cimes », en passant par le Raid VTT des chemins du soleil, sans oublier les tournois au golf de Gap Bayard ni bien sûr les sports d’hiver, il y en a pour tous les goûts.

Outre le fait qu’une ville active sur le plan du sport accroît sa notoriété, aussi bien nationale qu’auprès du public étranger, et donc son attractivité, il est à noter que Gap démontre ici aussi sa volonté d’être une ville pionnière. En effet, alors que la pratique de l’e-sport ne cesse de se développer, en particulier auprès de la génération des milenials, la compétition locale du Gap Good Game fait partie des plus réputées de France.

De la scène nationale de la Passerelles au Conservatoire de la Musique, et du Quattro aux multiples festivals estivaux, Gap n’hésite pas à mettre en avant son offre culturelle ô combien développée, qui vient s’ajouter à une histoire toute aussi riche, pour proposer aux visiteurs un cadre passionnant à découvrir. Au-delà des aspects festifs et de découverte, l’on découvre aussi un tissu associatif particulièrement dense, qui vient accroître la qualité de vie pour les habitants de la ville, les Gapençais(es).

Par ailleurs, s’il est bien un autre domaine dans lequel Gap brille fréquemment, c’est celui du commerce local. Pour exemple, la fédération Procos l’a récemment élu à la première place des centre-ville commerçants les plus dynamiques parmi les villes moyennes.

En outre, selon une étude de 2018 du Commissariat Général à l’Equilibre des Territoires (CGET), Gap est la ville moyenne de la région Provences-Alpes-Côte d’Azur présentant le moins de vulnérabilité en termes de dynamique économique, de développement démographique et de taux de pauvreté.

Un pôle économique majeur, attentif aux besoins des créateurs d’entreprise

Au niveau du territoire des Alpes du Sud, Gap fait figure de moteur de la croissance économique, grâce notamment au dynamisme précédemment évoqué de son centre-ville. Les zones périphériques (Les Eyssanières, les Fauvins et Tokoro, notamment) ne sont toutefois pas en reste, tandis que le futur se prépare au sein du parc technologique de Micropolis (axé sur les Technologies de l’Information et de la Communication) et d’un espace de coworking avec incubateur.

Récemment, le Président de la République a déclaré qu’il souhaitait voir se développer rapidement le nombre de « licornes françaises », c’est-à-dire de start-ups valorisées à plus d’un milliard de dollars. Or c’est bien au travers d’initiatives telles que celles prises à Gap pour favoriser l’implantation et le développement de ces entreprises innovantes – dont le club de business angels 05 Amorçage – que cet objectif ambitieux pourra être atteint.

Parallèlement aux start-ups, à la durée de vie parfois – voire souvent, ne nous le cachons pas – éphémères, Gap investit aussi dans l’implémentation d’activités économiques pérennes, par des mesures très concrètes, telles que le versement d’une aide financière sur 3 ans au propriétaire d’un local vacant depuis plus de 6 mois.

Un tissu économique diversifié et prometteur

Les atouts de Gap, par secteur d’activités

L’économie gapençaise présente plusieurs particularités notables, telles que le fait de reposer sur un tissu dense de TPE et PME, majoritairement concentrées sur leur marché local, et qui englobe notamment les services liés à l’activité touristique.

Au niveau du secteur primaire, les activités agricoles – et, de façon plus globale l’industrie agroalimentaire – se portent plutôt bien, sur l’ensemble du territoire. Bien sûr, le nombre d’agriculteurs a nettement diminué depuis les années d’après-guerre, mais la situation géographique de Gap – et son relatif isolement – a permis une plus grande préservation de ce secteur que dans bien d’autres villes de taille moyenne. A l’heure où la réduction de l’empreinte carbone de notre nourriture devient une impérieuse nécessité, il s’agit indubitablement d’un atout pour Gap.

Concernant l’industrie et les services, le constat qui s’impose est nuancé, mais – là encore – prometteur. De fait, en dehors de quelques entreprises ayant su se développer au-delà des frontières de la région, c’est essentiellement le marché local qui stimule la demande – avec, fort heureusement, la présence de multiples administrations et d’un tourisme dynamique. Cette situation d’enclavement – relatif, mais bien réel – n’est cependant pas une fatalité, et elle a pu préserver Gap des effets de la crise économique et financière de 2008-2009. Bien d’autres villes « ouvertes » ne peuvent pas en dire autant …

Quoi qu’il en soit, l’agence de développement économique du département des Hautes-Alpes ambitionne à présent de favoriser la croissance des entreprises locales vers l'ensemble du territoire national, et même au-delà. avec, en corollaire, le nombre des emplois

Quatre filières d’excellence principales : énergies renouvelables, agroalimentaire, TIC, aéronautique

Au travers du solaire – avec 300 jours d’ensoleillement sur 365 – de l’hydro-électricité – avec le barrage de Serre-Ponçon – ou bien encore des constructions en bois – liées aux forêts denses présentes sur l’ensemble du département – Gap présente les atouts nécessaires pour accueillir une filière des énergies renouvelables active et performance. Cette dernière s’appuie sur plusieurs réseaux, dont le pôle Bois des Hauts Pays du Buëch ou bien encore Capernergies et Tenerrdis.

Comme mentionné précédemment, la filière agroalimentaire est d’ores et déjà bien développée, tirée par une filière lait intégrée, une production de bouteilles d’eau reconnues pour leur qualité, et une myriade d’entreprises artisanales proposant des produits du terroir. Tous ces acteurs se retrouvent autour d’une filière d’excellence baptisée « le goût de notre terre ».

Par l’intermédiaire notamment des infrastructures de pointe du parc technologique Micropolis, nul ne sera surpris de découvrir que Gap compte aussi beaucoup sur la filière des TIC. Cela se comprend d’autant plus aisément que la ville profite de sa proximité avec les pôles microélectroniques alpins, d’une part – on pense ici au Minalogic de Grenoble, par exemple – et méditerranéens, avec Solutions Communicantes Sécurisées à Rousset, notamment. De surcroît, Gap bénéficie de l’implémentation d’une plateforme scientifique d’envergure européenne – le laboratoire ASTEP – sur le plateau de Bure, ainsi que du forum annuel OCOVA (Objets COmmunicants et VAlorisation).

Enfin, Gap est entourée par quatre aérodromesGap-Tallard, bien sûr, mais aussi Saint-Crépin, Chevalet et la Bâtie-Montsaléon – qui proposent une large gamme d’activités, de l’ULM au parachutisme, en passant par l’hélicoptère, le vol à voile, l’aviation certifiée, etc. De nombreuses entreprises locales exercent d’ailleurs dans le domaine de l’aviation, d’où le fait que la quatrième filière d’excellence de la ville soit celle de l’aérien, portée notamment par le pôle de compétitivité régional PEGASE.

Ces filières d'excellence ont pour but de renforcer la croissance économique locale, ainsi bien sûr que de contribuer à l'accélération de la baisse du taux de chômage, qui reste paradoxalement assez élevé, alors même que la commune offre plus d'un emploi par habitant actif.


Ça pourrait vous intéresser

Des analyses

Ces analyses pourraient retenir votre attention