Secteurs d'activités

Liste des grands secteurs d'activités des entreprises en France

  • Administration, fonction publique

    210 890 entreprises (sièges) et 5 179 établissements secondaires

    2 399 emplois salariés cumulés

    CA cumulé 2021 : 442 M€

  • Agroalimentaire

    Agroalimentaire

    936 013 entreprises (sièges) et 56 477 établissements secondaires

    220 436 emplois salariés cumulés

    CA cumulé 2021 : 191 277 M€

  • Artisanat d'art

    46 367 entreprises (sièges) et 2 985 établissements secondaires

    8 371 emplois salariés cumulés

    CA cumulé 2021 : 3 325 M€

  • Associations

    594 495 entreprises (sièges) et 9 232 établissements secondaires

    49 emplois salariés cumulés

    CA cumulé 2021 : 27 105 K€

  • Banques, assurances, services financiers

    331 950 entreprises (sièges) et 17 529 établissements secondaires

    71 486 emplois salariés cumulés

    CA cumulé 2021 : 58 552 M€

  • Chimie, plastique, conditionnement

    15 837 entreprises (sièges) et 2 753 établissements secondaires

    84 204 emplois salariés cumulés

    CA cumulé 2021 : 53 192 M€

  • Commerce de détail, grande distribution

    1 043 242 entreprises (sièges) et 89 172 établissements secondaires

    319 573 emplois salariés cumulés

    CA cumulé 2021 : 209 939 M€

  • Communication, marketing, information

    428 923 entreprises (sièges) et 17 374 établissements secondaires

    76 504 emplois salariés cumulés

    CA cumulé 2021 : 41 284 M€

  • Construction, bâtiment, travaux publics

    1 005 500 entreprises (sièges) et 41 832 établissements secondaires

    320 687 emplois salariés cumulés

    CA cumulé 2021 : 120 984 M€

  • Culture, sports, loisirs

    484 269 entreprises (sièges) et 21 580 établissements secondaires

    34 729 emplois salariés cumulés

    CA cumulé 2021 : 5 743 M€

  • Energie

    59 230 entreprises (sièges) et 27 097 établissements secondaires

    113 747 emplois salariés cumulés

    CA cumulé 2021 : 138 916 M€

  • Enseignement, formation

    466 729 entreprises (sièges) et 43 665 établissements secondaires

    15 362 emplois salariés cumulés

    CA cumulé 2021 : 4 740 M€

  • Environnement, récupération, tri, recyclage, traitement des déchets, matériaux, de l'eau

    21 680 entreprises (sièges) et 9 473 établissements secondaires

    43 448 emplois salariés cumulés

    CA cumulé 2021 : 19 567 M€

  • Equipement, matériel pour activités professionnelles

    199 679 entreprises (sièges) et 16 989 établissements secondaires

    203 054 emplois salariés cumulés

    CA cumulé 2021 : 170 044 M€

  • Fabrication, commerce de gros d'articles destinés à la vente

    94 005 entreprises (sièges) et 9 927 établissements secondaires

    161 451 emplois salariés cumulés

    CA cumulé 2021 : 97 037 M€

  • Gestion, administration des entreprises

    610 486 entreprises (sièges) et 26 623 établissements secondaires

    391 049 emplois salariés cumulés

    CA cumulé 2021 : 193 341 M€

  • Hôtellerie, restauration, tourisme

    430 499 entreprises (sièges) et 54 724 établissements secondaires

    110 462 emplois salariés cumulés

    CA cumulé 2021 : 16 384 M€

  • Immobilier

    2 768 804 entreprises (sièges) et 189 216 établissements secondaires

    32 807 emplois salariés cumulés

    CA cumulé 2021 : 36 177 M€

  • Industrie textile

    66 279 entreprises (sièges) et 4 798 établissements secondaires

    25 828 emplois salariés cumulés

    CA cumulé 2021 : 16 949 M€

  • Informatique

    Secteur informatique

    200 394 entreprises (sièges) et 10 932 établissements secondaires

    198 023 emplois salariés cumulés

    CA cumulé 2021 : 71 109 M€

  • Ingénieurs d'études et de recherche, chercheurs

    140 436 entreprises (sièges) et 10 979 établissements secondaires

    147 453 emplois salariés cumulés

    CA cumulé 2021 : 37 964 M€

  • Logistique, transports

    347 732 entreprises (sièges) et 26 840 établissements secondaires

    392 520 emplois salariés cumulés

    CA cumulé 2021 : 299 816 M€

  • Matériel électrique, électronique, optique

    19 379 entreprises (sièges) et 1 982 établissements secondaires

    123 353 emplois salariés cumulés

    CA cumulé 2021 : 54 208 M€

  • Mécanique, métallurgie

    76 120 entreprises (sièges) et 6 974 établissements secondaires

    176 392 emplois salariés cumulés

    CA cumulé 2021 : 69 360 M€

  • Minerais, minéraux, sidérurgie

    10 223 entreprises (sièges) et 2 060 établissements secondaires

    34 684 emplois salariés cumulés

    CA cumulé 2021 : 25 851 M€

  • Professions juridiques

    99 173 entreprises (sièges) et 6 863 établissements secondaires

    6 508 emplois salariés cumulés

    CA cumulé 2021 : 3 926 M€

  • Santé, action sociale

    686 096 entreprises (sièges) et 49 901 établissements secondaires

    146 204 emplois salariés cumulés

    CA cumulé 2021 : 78 415 M€

  • Services aux particuliers, collectivités, entreprises

    798 716 entreprises (sièges) et 35 632 établissements secondaires

    385 162 emplois salariés cumulés

    CA cumulé 2021 : 73 487 M€

Voir plus

Arrow in circle

Les chiffres clés des entreprises en France

  • Nombre total d'entreprises

    i Le nombre total de sièges et établissements connus cumulés d'entreprises actuellement actives en France

    13 471 444

    entreprises

    Nombre d'entreprises
  • Chiffre d'affaires cumulé

    i Le cumul des chiffres d'affaires de toutes les entreprises françaises ayant publié publiquement leur bilan sur l'année calendaire complète précédente

    2 147 M

    Chiffre d'affaire cumulé
  • Effectif cumulé

    i Le cumul des effectifs, sur l'année calendaire complète précédente, de toutes les entreprises françaises ayant publié publiquement leur bilan et ayant renseigné la donnée de leurs effectifs

    3 788 837

    employés

    Effectif cumulé

La France est traditionnellement identifiée comme une importante puissance agricole, industrielle et touristique, qui restent aujourd'hui les trois secteurs les plus importants de son économie.
Ces trois secteurs majeurs doivent faire face à des défis de restructuration complète pour que la France conserve sa place de leader mondial : le lien entre production agricole, santé et emploi doit être renouvelé ; la France doit saisir au vol la 3e révolution industrielle ; et le tourisme doit améliorer sa qualité de prestations et de services pour continuer à capter une clientèle en pleine mutation.


Agriculture : rétablir le lien entre production agricole, santé et emploi

Bien que le secteur agricole ne représente qu'une très faible partie de son PIB et de sa population active (3% environ), il permet de générer ¼ de la production européenne, principalement en blé, maïs, viande et vin. Loin d'une agriculture paysanne, la France a vu la taille de ses exploitations augmenter depuis 1950. La mécanisation,
la motorisation et d'importants moyens techniques sont à l'origine de l'ampleur de cette production, sans toutefois garantir aux agriculteurs un niveau de vie satisfaisant : ils exercent souvent une autre activité pour assurer un revenu minimum.

La France s'engage de plus en plus sur la voie de l'agriculture biologique, à la demande d'une population davantage exigeante sur la qualité des aliments et de leur impact santé. Cependant, si la conversion des agriculteurs au bio continue à suivre un rythme accéléré, cela ne représente encore que 5,6% des exploitations françaises, pour plus
de 7% des emplois agricoles.


En effet, outre le gain santé pour les agriculteurs et les consommateurs, l'agriculture biologique est dynamisante pour l'emploi du secteur car elle repose davantage sur
de petites structures, moins mécanisées et employant davantage de main d'œuvre.

Industries : saisir les enjeux de la troisième révolution industrielle

L'activité industrielle représente un quart des salariés du secteur marchand non agricole, répartis dans 275 000 entreprises. Malgré un processus de désindustrialisation amorcé depuis 40 ans, la France conserve ses fleurons. Les trois activités les plus dynamiques en termes de développement d'installations et usines sont l'énergie, l'aéronautique et le pharmaceutique, parmi les 8 secteurs phares. L'informatique, la chimie, l'agroalimentaire, l'automobile et la métallurgie sont également des secteurs dans lesquels la France continue à représenter une forme d'excellence.

L'emploi industriel repart à la hausse, y compris dans les secteurs émergents liés à la disruption numérique. Après avoir refusé de saisir l'opportunité de la robotique dans les années 70 pour sauvegarder le maximum d'emplois, la France se doit de prendre le virage du numérique pour transformer ses industries, sous peine d'un déclassement continu. 

En effet les atouts de l'industrie française sont aujourd'hui fragilisés par cette 3e révolution industrielle. Les circuits de distribution, les partenariats, les produits phares, les infrastructures, les usines et les brevets connaissent un cycle de vie raccourci avec des obsolescences brutales. L'enjeu pour l'Etat français est aujourd'hui de libérer son secteur marchand pour lui donner toute l'agilité dont il a besoin pour surfer sur le phénomène au lieu de le subir;

Tourisme : un défi structurel à relever

L'un des secteurs de l'économie les plus bousculés dans ces dernières années est certainement le tourisme. La France reste la destination la plus fréquentée par les touristes internationaux avec 84,5 M de visiteurs en 2015. Le secteur est toutefois fragilisé par plusieurs phénomènes concomitants. La France a attiré 7% de touristes en moins durant les trois premiers trimestres de 2016 : outre des causes conjoncturelles liées à la sécurité, le tourisme est touché par des problèmes structurels que la France doit encore résoudre.

La digitalisation est un élément clé pour capter la clientèle touristique, qu'elle soit Asiatique ou simplement digital native. Les investissements français sur le front numérique, que ce soit en présence sur Internet via le référencement ou en investissement sur des équipements wifi, sont insuffisants. Fort heureusement, la France compte quelques champions de l'e-tourisme et du smart tourisme pour relever ce défi structurel.

La baisse de fréquentation est également en partie liée aux séjours via AirBnB, qui ne sont pas comptabilisés dans les chiffres officiels. Ce phénomène majeur vient bouleverser la profession : si les centrales de réservation tiennent encore le haut du pavé, elles ne peuvent plus se passer de l'interaction avec des acteurs internationaux comme Trip Advisor, dont la notation est perçue par les consommateurs comme un gage de confiance bien plus lisible et important que les classements touristiques en étoiles.

L'ingénierie du secteur doit encore s'améliorer en termes de qualité de service et de prestations pour capter une clientèle friande d'expériences uniques. Le secteur touristique doit encore se moderniser pour prendre en compte l'importante mutation du tourisme d'affaires, qui vient combiner loisirs et business d'une manière inédite.