Culture de la canne à sucre

Entreprises de l'activité "Culture de la canne à sucre" par département

01 - Ain 02 - Aisne 03 - Allier 04 - Alpes-de-Haute-Provence 05 - Hautes-Alpes 06 - Alpes-Maritimes 07 - Ardèche 08 - Ardennes 09 - Ariège 10 - Aube 11 - Aude 12 - Aveyron 13 - Bouches-du-Rhône 14 - Calvados 15 - Cantal 16 - Charente 17 - Charente-Maritime 18 - Cher 19 - Corrèze 2A - Corse-du-Sud 2B - Haute-Corse 21 - Côte-d'Or 22 - Côtes-d'Armor 23 - Creuse 24 - Dordogne 25 - Doubs 26 - Drôme 27 - Eure 28 - Eure-et-Loir 29 - Finistère 30 - Gard 31 - Haute-Garonne 32 - Gers 33 - Gironde
34 - Hérault 35 - Ille-et-Vilaine 36 - Indre 37 - Indre-et-Loire 38 - Isère 39 - Jura 40 - Landes 41 - Loir-et-Cher 42 - Loire 43 - Haute-Loire 44 - Loire-Atlantique 45 - Loiret 46 - Lot 47 - Lot-et-Garonne 48 - Lozère 49 - Maine-et-Loire 50 - Manche 51 - Marne 52 - Haute-Marne 53 - Mayenne 54 - Meurthe-et-Moselle 55 - Meuse 56 - Morbihan 57 - Moselle 58 - Nièvre 59 - Nord 60 - Oise 61 - Orne 62 - Pas-de-Calais 63 - Puy-de-Dôme 64 - Pyrénées-Atlantiques 65 - Hautes-Pyrénées 66 - Pyrénées-Orientales 67 - Bas-Rhin
68 - Haut-Rhin 69 - Rhône 70 - Haute-Saône 71 - Saône-et-Loire 72 - Sarthe 73 - Savoie 74 - Haute-Savoie 75 - Paris 76 - Seine-Maritime 77 - Seine-et-Marne 78 - Yvelines 79 - Deux-Sèvres 80 - Somme 81 - Tarn 82 - Tarn-et-Garonne 83 - Var 84 - Vaucluse 85 - Vendée 86 - Vienne 87 - Haute-Vienne 88 - Vosges 89 - Yonne 90 - Territoire de Belfort 91 - Essonne 92 - Hauts-de-Seine 93 - Seine-Saint-Denis 94 - Val-de-Marne 95 - Val-d'Oise 971 - Guadeloupe 972 - Martinique 973 - Guyane 974 - La Réunion 976 - Mayotte
Exportez votre liste d'entreprises

En savoir plus

Culture de la canne à sucre - les données clés

Nombre total d'entreprises
5 809
entreprises
Nombre de créations au cours des 6 derniers mois
Effectif moyen
4
employés
Parité Homme/Femme

Pour un Français de métropole, la canne à sucre évoque souvent des images aussi dépaysantes que plaisantes. Le rhum qui en est issu, le soleil tropical sous lequel elle croît... font d'elle une plante exotique typique des départements ultramarins. Mais la canne à sucre demeure surtout la première richesse agricole des Antilles françaises et de la Réunion.

Répartition de la culture de la canne à sucre en France et dans le monde

La canne à sucre, plante tropicale par excellence, exige pour se développer humidité et ensoleillement importants, tandis que le froid lui est rédhibitoire. Son aire de répartition culturale s'en trouve naturellement limitée aux régions situées de part et d'autre, et à distance raisonnable, de l'équateur. Les grands producteurs mondiaux sont ainsi tous campés, au moins partiellement, dans la zone intertropicale

Le Brésil et l'Inde dominent nettement la production, essentiellement parce qu'ils disposent d'immenses espaces dédiés à cette culture. 

A contrario, la France ne peut guère compter que sur ses DOM et leurs terres arables peu étendues pour cultiver la canne à sucre. La canne à sucre guyanaise, sur le seul DOM grand par la taille, se heurte à l'emprise de la forêt et souvent à des sols pauvres associés au socle rocheux constituant 95 % du territoire. Le manque d'espace est ainsi l'incontournable facteur limitant du développement de cette culture en France.

Importance de la canne à sucre dans l'agriculture des DOM

Malgré les efforts déployés depuis plusieurs décennies vers une diversification des cultures, la canne à sucre reste la première production agricole de la Guadeloupe et de la Réunion, la deuxième de Martinique

On l'y cultive surtout pour le sucre en Guadeloupe et à la Réunion, alors qu'en Martinique le rhum domine très nettement les productions issues de la plante. 
En moyenne, la surface agricole occupée par les champs de canne sur les trois îles représente 40 % des terres arables totales, mais avec de fortes disparités. 

Les exploitations cannières de la Réunion couvrent par exemple, en valeur relative, quatre fois plus de surface que celles de Martinique. 
Si l'économie agricole de cette dernière, plus diversifiée, est dominée par la banane, la Réunion tire la majorité de ses recettes à l'exportation de la canne à sucre. 

L'une des devises des Guadeloupéens, "la canne c'est notre sidérurgie" évoque quant à elle assez bien l'importance de cette plante dans l'économie de l'île antillaise.

Les usages de la canne à sucre et ses produits dérivés

L'écrasante prévalence du sucre et du rhum parmi les productions générées par cette culture ne doit pas occulter l'étonnante diversité d'usages auxquels peut se prêter la canne à sucre :

  • alimentation du bétail
  • production d'énergie par combustion de la bagasse (résidu ligneux restant après extraction des sucs)
  • confection de boissons sucrées diverses
  • création de biocarburant...
la liste des affectations possibles de cette culture est longue. 

Parmi les deux produits principaux générés par la culture de la canne à sucre dans les DOM, le rhum donne lieu à divers modes de production. La principale distinction se fait entre le rhum agricole, préparé à partir du jus de canne, ou vesou, et le rhum industriel, dit de sucrerie, lequel, comme son nom l'indique, provient d'un sous-produit de l'industrie sucrière. C'est souvent du rhum agricole que les DOM tirent leurs spiritueux de qualité, notamment l'AOC produite en Martinique.

Les difficultés de la filière, dans un contexte de libéralisation du marché

Paradoxalement, le principal concurrent de la canne à sucre ultramarine est une spécialité bien française, mais cette fois métropolitaine : la betterave à sucre.
C'est grâce à cette plante que la France se hisse parmi les dix plus gros producteurs mondiaux de sucre. Elle se situe tout simplement au premier rang mondial pour celui extrait de la betterave, ce qui laisse au sucre ultramarin la portion congrue (un peu plus de 5 % de la production française totale).
Que le Syndicat National des Fabricants de Sucre mentionne tout juste l'apport de la canne à sucre dans la production nationale est à ce titre très révélateur. 

En outre, la libéralisation de l'OCM Sucre, dans le cadre d'une réforme de la PAC, a supprimé en 2017 les quotas du secteur, au risque de fragiliser les régions les moins compétitives, obligeant l'État français à trouver des parades.

Reste éventuellement le marché du rhum, sur lequel seule la Martinique réussit véritablement à tirer son épingle du jeu. Mais là aussi la part croissante des rhums étrangers dans la consommation française met à mal l'exception martiniquaise. 

Quel avenir pour la filière de la canne à sucre dans les DOM ?

La culture de la canne à sucre est et restera une composante essentielle de l'économie des Antilles françaises et de la Réunion

La stabilité de la surface agricole qui lui est accordée (40 000 ha en 2001 comme en 2017), l'importance des effectifs qui y travaillent à temps plein ainsi que celle des revenus qu'elle génère, témoignent de la volonté française de consolider le secteur coûte que coûte. 

L'intervention de l'État français demeure la principale garantie de la pérennité de la culture de la canne à sucre. Même si la marge de manœuvre de la France est limitée par les règles du marché européen, les privilèges fiscaux et les subventions devraient permettre à ce domaine d'activité de se maintenir à moyen terme.

La collaboration des acteurs locaux et de la puissance publique devrait mettre l'accent sur la valorisation de certaines productions, notamment les rhums premium

La réaffectation partielle des espaces culturaux dédiés au sucre, trop soumis à la concurrence, constitue aussi une piste à explorer. Le potentiel écologique de la canne à sucre, tant dans la production de biocarburant que dans la fourniture d'énergie renouvelable, encourage dans cette voie. Le secteur de la canne à sucre, pilier de l'économie agricole des départements d'outre-mer, restera quoiqu'il en soit tributaire des aides de la métropole. 


Crédits photos : Schreib-Engel , Momolebo2020  , jackmac34 , luci_bi

Ça pourrait vous intéresser

Des analyses

Ces analyses pourraient retenir votre attention