Entreprises de l'activité "Imprimeur" par département

Imprimeur - les données clés

Nombre total d'entreprises
45 138
entreprises
Nombre de créations au cours des 6 derniers mois
Effectif moyen
6
employés
Parité Homme/Femme

Imprimerie de labeur

Ce secteur atomisé est composé essentiellement de PME opérant sur des marchés locaux. Ces industries nécessitent de lourds investissements techniques, voire technologiques qui ont été rendus difficiles pour un marché en décroissance dans les années 2000, mouvement accentué par la crise en 2008 et ses conséquences en 2009.
Pression concurrentielle, offre abondante, chute des volumes liés à des changements structurels, investissements croissants et parfois surdimensionnés et des gains de productivité captés par le client final: telle est l'équation à résoudre pour ce marché.
Ce secteur réussit progressivement à rebondir via un élargissement de son offre, la remontée dans la chaîne de valeur et l'utilisation pertinente qu'offrent les solutions internet (web-to-print). L'innovation produit et le dynamisme commercial constituent sans aucun doute l'axe majeur du redéploiement du secteur.

C'est souvent le poste le plus important, en termes de coût, de la chaîne graphique. Grâce aux films réalisés en photogravure  et en fonction du procédé d'impression choisi, on « grave » les plaques, on réalise les écrans, etc. qui serviront à l'impression effective.
Une dernière « validation » (dans le cas de procédé offset  « feuille » ou « rotative ») du document est possible : au moment du « calage » des couleurs  (on ajuste la répartition des encres sur le papier), on imprime au « ralenti » une petite quantité de papier (la « passe ») jusqu'à l'obtention d'une feuille imprimée techniquement et esthétiquement satisfaisante (bon repérage des couleurs entre elles, maximum de « fidélité » par rapport à l'épreuve de photogravure qui sert de référence...).
Cette feuille est traditionnellement signée par le client en guise de « feu vert » pour le « tirage » ou « roulage » (impression normale rapide).

Façonnage / Embellissement

C'est la phase de « finition ». C'est une étape qui, bien qu'elle intervienne en « bout de chaîne », n'en demeure pas moins très importante.
Si elle est mal contrôlée ou mal maîtrisée, on aboutit à un véritable « gâchis » du document même si les phases précédentes ont été correctement exécutées.

Elle va de la simple « coupe au format » du document jusqu'à l'application de vernis, de pelliculage ou bien encore la « dorure à chaud »...
Le tout requérant, évidemment là aussi, des techniques très diverses et spécifiques.

Les délais de réalisation

Dans ce domaine également il nous a semblé important de préciser certaines choses...Un travail bien préparé se réalise plus vite. L'établissement d'un planning (ou « rétroplanning »  car chacune des étapes est datée « à rebours » en partant de la livraison pour remonter jusqu'à la mise au net) permet de contrôler la durée de chaque étape et d'intervenir si besoin est.
L'effectif et l'équipement en matériel des fournisseurs devront aussi, dans certains cas, être pris en considération car ils peuvent influer sur les délais.
Ainsi, nous allons vous montrer la réelle incidence des délais de réalisation sur le coût de revient d'un document. Et, malgré le « flou » actuel en la matière, nous vous prouverons que chaque étape reste parfaitement quantifiable en temps, donc en argent...

Plus d'informations

En fonction du besoin attendu, il existe diverses techniques d'impressions :

Consultez également nos guides pratiques :

Ce guide a été réalisé en partenariat avec :     

   
   
     


   
   
     
   
   
     


   

Ça pourrait vous intéresser

Des analyses

Ces analyses pourraient retenir votre attention