Fabrication, vente, pose de menuiserie bois, métal, pvc, aluminium, acier, de fournitures

Entreprises de l'activité "Fabrication, vente, pose de menuiserie bois, métal, pvc, aluminium, acier, de fournitures" par département

Fabrication, vente, pose de menuiserie bois, métal, pvc, aluminium, acier, de fournitures - les données clés

Nombre total d'entreprises
85 464
entreprises
Nombre de créations au cours des 6 derniers mois
Effectif moyen
3
employés
Parité Homme/Femme

La menuiserie est l'une des branches d'activité majeures d'un secteur économique essentiel dans tous les pays du monde, celui du BTP. Parce qu'il est le reflet de la vitalité du BTP, le secteur de la menuiserie constitue un excellent indicateur de la santé économique globale. Traditionnellement associé au bois, le terme de menuiserie comprend désormais le façonnage des métaux et des matières plastiques, avec, au premier rang, le PVC et l'aluminium. 

Acteurs et chiffres de la menuiserie

Avec 51 689 entreprises en 2016 et 14,2 milliards de chiffres d'affaires en 2014, la menuiserie pèse environ 12% de l'ensemble du secteur BTP. Cependant, si l'on étend cette branche d'activité aux métiers associés de commercialisation et de pose des matériaux, c'est plus de 80 000 entreprises qui sont concernées par la définition.

Les PME dominent très largement l'ensemble, en particulier dans la plus ancienne menuiserie bois qui se prête moins bien aux processus standardisés mis en œuvre pour produire en série. 

La spécialisation des entreprises de la menuiserie se fonde sur le matériau utilisé plus que sur l'élément de construction conçu, fabriqué, vendu et/ou posé. Fenêtres, portes et stores constituent en effet la quasi-totalité des produits concernés par des compétences en menuiserie, dite pour cette raison "extérieure".

Rapports de force des divers composants de menuiserie

Comme dans tout le BTP, le bois est en perte de vitesse pour ce qui est de la menuiserie extérieure. Un comble pour un secteur dont le nom évoque ce matériau dans l'esprit collectif. Le marché français des fenêtres est révélateur des rapports de force entre matériaux employés en menuiserie. Le PVC le domine encore largement en volume, puisqu’environ 60% des fenêtres construites en France vers 2015 utilisent ce matériau.

L'aluminium, lui, progresse et se retrouve désormais dans plus d'un quart des fenêtres construites ou rénovées tandis qu'en valeur il tend à faire quasiment jeu égal avec le PVC.
Quant au bois, qui ne représente plus qu'une fenêtre sur 10, son seul salut semble résider dans la croissance des assemblages mixtes, en particulier ceux dans lesquels il s'allie à l'aluminium.
En queue de peloton, l'acier demeure anecdotique dans le marché de la fenêtre en se maintenant à 0,3% des parts en volume.


Avantages comparés des différents matériaux utilisés en menuiserie extérieure

Les qualités des matières artificielles, en particulier métalliques et plastiques, sont connues. Résistance à l'usure, facilité de mise en forme et donc de personnalisation...tout cela contribue à l'attrait du PVC et de l'aluminium au détriment du bois.

Les divergences entre les deux matériaux vedettes de la menuiserie actuelle sont cependant nombreuses. Si le PVC n'est pas recyclable, l'aluminium lui, est presque devenu le symbole de la nouvelle vie après la déchetterie. L'aluminium a cependant un défaut de taille pour ce qui est de la déperdition d'énergie et de l'isolation thermique : il est conducteur. Et de fait, les performances énergétiques (mesurées par le coefficient d'isolation thermique Uw) des fenêtres en aluminium demeurent inférieures à celles des éléments en PVC.

Un problème qui pourrait remettre en cause la croissance de l'aluminium dans la menuiserie, dans un contexte où les exigences vis-à-vis de la consommation des bâtiments s'accroissent au même titre que l'acuité des questions environnementales.

Le secteur de menuiserie sensible à la conjoncture économique et politique

On le sait, le BTP se porte généralement bien lors des périodes de croissance économique, avec un enthousiasme qui se reflète en particulier sur le marché du neuf. Les incitations gouvernementales contribuent largement aussi au développement du secteur, mais cette fois préférentiellement sur le marché de l'ancien. Le second œuvre est alors favorisé, dont la menuiserie.
De fait, la rénovation domine très largement dans le chiffre d'affaires des entreprises en menuiserie.

Transition énergétique oblige, le remplacement des vieilles portes et fenêtres par des modèles plus performants énergétiquement est encouragé à l'aide d'incitations fiscales et de facilités de crédit divers. CITE (Crédit d'Impôt Transition Énergétique) éco-crédit à taux zéro, TVA à taux réduit sur certains travaux de rénovation effectués... sont quelques-uns des dispositifs allant dans ce sens et adoptés, parfois sous des noms différents, par les législatures successives. 

Les perspectives d'avenir des métiers de la menuiserie

Le marché de l'emploi en menuiserie dépend surtout du carnet de commandes, lui-même très soumis à l'économie et aux caps politiques. En France, l'embellie est réelle en 2017, avec une croissance estimée de 3% du chiffre d'affaires dans le domaine d'activité de la menuiserie extérieure.

Les deux incertitudes portent sur les leviers agissant sur le secteur, à savoir l'évolution de l'économie et le maintien des politiques environnementales. Si le BTP semble bénéficier d'une reprise solide, la pérennité des dispositifs fiscaux favorisant le secteur est déjà plus incertaine. On peut cependant espérer que la France, désireuse de montrer le chemin en matière de lutte contre le réchauffement climatique, soit cohérente avec ses ambitions.

Le coup de pouce financier de l'État pour tous les travaux de rénovation reste à ce titre la meilleure garantie pour un développement de la menuiserie bois, métal, PVC ou aluminium.

Ça pourrait vous intéresser

Des analyses

Ces analyses pourraient retenir votre attention