Commerce d'électricité

Entreprises de l'activité "Commerce d'électricité" par département

Commerce d'électricité - les données clés

Nombre total d'entreprises
400
entreprises
Nombre de créations au cours des 6 derniers mois
Effectif moyen
7
employés
Parité Homme/Femme

Comment fonctionne le commerce de l’électricité en France

L’ouverture du marché de l’électricité, entamée dès 2004 pour les professionnels, s’est déroulée en plusieurs étapes en France. Si les offres alternatives ne cessent de se développer, elles restent mal connues : les fournisseurs historiques continuent de détenir la majeure partie des parts de marché, surtout auprès des particuliers. Cette situation devrait cependant évoluer…

Les différentes étapes de l’ouverture du marché de l’électricité

Depuis 1946, la production et la distribution d’électricité en France était un service public, assuré par l’État avec des tarifs réglementés. Dans d’autres contrées, d’abord en Amérique Latine, puis en Europe, la libéralisation de l’énergie était cependant en train de devenir la norme. Depuis les années 2000, c’est également le cas dans l’Hexagone. Les sites industriels ont été les premiers à pouvoir en bénéficier.
À partir de 2007, tous les consommateurs, résidentiels compris, ont pu à leur tour s’intéresser aux offres d’autres fournisseurs.
Pourtant, faute d’informations fiables, ou par crainte de démarchages abusifs, comme ceux signalés au Médiateur de l’Énergie, les particuliers restent frileux à l’idée de souscrire un abonnement chez un autre fournisseur.

En 2017, soit 10 ans après l’ouverture du marché, seuls 15 % des foyers sont alimentés par un concurrent d’EDF,selon la Commission de régulation de l’énergie (CRE).

La répartition des consommations d’énergie

D’après les chiffres communiqués chaque trimestre par le CRE via l’Observatoire des Marchés, il existe une nette disparité entre les consommations des entreprises et celles des particuliers. Les grands et moyens sites non résidentiels, soit les plus gros consommateurs d’énergie, sont plus enclins à souscrire des offres de marché, surtout depuis qu’ils ne peuvent plus bénéficier de tarifs réglementés. Ils représentent à eux seuls près de 55 % de la consommation énergétique en France, ce qui constitue un chiffre d’affaires considérable pour les fournisseurs qui parviennent à les convaincre.
À titre de comparaison, la consommation sur les sites résidentiels, en général inférieure à 10 MWh, s’approche des 35 % sur l’énergie globale distribuée.

Un commerce qui continue à évoluer

Même si le marché global de l’énergie semble frileux, il est pourtant en progression constante depuis les années 2000. Le nombre de souscripteurs d’offres de marché ne cesse d’augmenter, lentement mais sûrement, sans doute parce que les offres se font plus intéressantes. Il a fallu attendre que la différence de tarif entre le fournisseur historique et les autres dépasse les 10 % pour que de plus en plus de personnes décident de changer d’abonnement. Ce qui a entraîné également l’augmentation du nombre de prestataires dans ce domaine, avec des marques comme Total qui tentent de s’y implanter.

Quelles propositions pour l’avenir ?

Le commerce de l’électricité représente un marché où tout est encore possible. Dans l’avenir, il faudra tenir compte de l’intérêt croissant des consommateurs pour les énergies renouvelables.
Certaines sociétés se spécialisent dans ce domaine, quand d’autres ne le proposent qu’en complément. Néanmoins, entre 2015 et 2016, la part de ce type de production est passée de 17 à 21 %, quand celle due au nucléaire reculait de 77 à 67 % (source RTE France). L’énergie fossile a quant à elle doublé, de 6 à 12 %. Mais elle n’est pas inépuisable et les directives environnementales imposeront de plus en plus le recours à d’autres solutions dans les années à venir.

Pour trouver de nouveaux clients, certains fournisseurs font également appel à leurs clients existants, par des systèmes de parrainage ou en leur proposant de récupérer une part de leur cagnotte s’ils consomment moins que prévu.

Il reste encore une place pour des modèles innovants, et le décret sur l’autoconsommation, qui permet aux particuliers de devenir eux-mêmes producteurs d’électricité, ne changera pas la donne tout de suite. Le fournisseur historique, EDF, devra très certainement s’aligner pour demeurer compétitif aux yeux des consommateurs. Surtout que trouver un fournisseur d’énergie passe le plus souvent par une démarche personnelle, qui s’appuie sur un comparatif des offres disponibles.


Ça pourrait vous intéresser

Des analyses

Ces analyses pourraient retenir votre attention